Mois: juillet 2014

Little Marcel

Ce soir, comme tous les soirs, Marcel ne parvient pas à trouver le sommeil. Il tend la main toutes les cinq minutes vers son téléphone portable dans la crainte d’avoir laissé passer sans le voir un message ou un appel de l’être cher à son cœur. Mais il n’en est rien. Marcel se sent délaissé, abandonné, il ne sait pas à qui se confier. Et quand il a une idée de la personne à qui parler, celle-ci ne souhaite pas lui répondre et renvoie ses appels pour ne plus le rappeler. Alors Marcel est perdu, il ne fait que fixer le plafond de son unique pièce qui lui sert de logement, pendant que les larmes noient son visage fin. Marcel a peur aussi, peur que jamais on ne le rappelle. Peur que son avenir ait disparu en même temps que son passé pourtant si proche. Il n’a plus de but, plus d’objectif. Au travail il fait grise mine, bien qu’il se force à n’en laisser rien paraître. Ses résultats s’en ressentent, l’entraînant dans une spirale sans fond. Il a même l’impression que la personne qui lui est le plus chère lui en veut. Qu’elle lui en veut de l’apprécier. C’est ce qui lui fait le plus mal. Alors Marcel se laisse mourir, il ne se nourrit plus, il ne parvient plus à dormir, il n’a plus le goût de vivre, qui lui laisse maintenant une sensation acre dans la bouche. Alors il s’invente une vie, il s’invente des sorties, il s’invente des amis, pour se donner le sentiment d’être encore un peu vivant. Mais il ne trompe personne, et surtout pas lui.

Marcel tient grâce à l’espoir. L’espoir que son passé déchu lui revienne et qu’il soit heureux à nouveau. Parce que c’est quelqu’un de bien Marcel, il mérite ce bonheur lui aussi, bien que la vie semble donner tort à toutes ses tentatives de joie. Alors il attend, car on lui a dit que c’était la seule chose à faire pour que son salut réapparaisse et que ses yeux brillent à nouveau. Et non à cause des pleurs cette fois-ci.

Publicités

La Purge : Anarchy in the U.S. [American Nightmare 2]

the-purge-anarchy-teaser-trailer-and-poster

Après le premier opus sorti il y a tout juste un an, American Nightmare 2 : Anarchy (The Purge : Anarchy pour le titre en version originale) est la suite quasi directe de la dernière purge traitée dans le film précédent. Nous sommes en 2023, soit un an pile après la purge de 2022, et quelques heures seulement avant la nouvelle purge annuelle.

Le principe reste évidemment le même : pendant douze heures, le crime et le meurtre sont légaux aux Etats-Unis. Mise en place par les Nouveaux Pères Fondateurs, la Purge permet de réguler le taux de criminalité et de chômage sur le reste de l’année, ainsi que de purifier les âmes des américains en se « défoulant » gratuitement ou de façon visée.

Plus long que le premier film, il n’en reste pas moins prenant. Là où le précédent évoquait très peu les dimensions éthiques et les problèmes soulevés, celui-ci va plus en profondeur sur l’analyse de la dystopie présente ici (genre désormais très à la mode en ce moment quand on pense par exemple à Time Out, Hunger Games ou Oblivion pour ne citer qu’eux).

american_nightmare_2

La Purge 2 véhicule un climat de stress de bout en bout du film. Comme le précédent, il va suggérer des clichés qui feront constamment hésiter sur la nature « gentille / méchante » de chaque individu. Auprès de qui se sentir en sécurité quand on sait que toute personne est un ennemi potentiel ? Voisins, famille, amis, plus rien ne compte en ces douze heures de cauchemar. Le film se veut également extrêmement critique et cynique en ce qui concerne l’Amérique et sa politique d’armes à gogo. Je ne vais pas non plus dire que c’est un film intelligent sans aucune goutte de sang qui coule, mais il amène toutefois à la réflexion. Ce sera dur pour moi de vous dire sans spoiler en quoi il parle d’idéologie et d’éthique, mais il cherche à aller plus loin dans la dénonciation d’une société apparemment bien sous tout rapport.

Je le conseille même à ceux n’ayant pas vu le premier car il y a peu d’éléments qui y font référence et la compréhension n’est en rien gâchée par le fait de commencer directement par cet opus.

the-purge-2-anarchy-teaser-screenshot-ritual1

Pokemon X / Y

 Suite à des années d’errance dans le milieu des jeux vidéo (ayant laissé tomber mon ancien GameBoy après la version Saphir – il y a donc plus de 10 années et passant du côté obscur de la force grâce à la 360), je me suis finalement réconciliée avec Nintendo et la franchise suivante via Pokemon X.

PKMN X Y

 Mon âme d’enfant a bien sûr été flattée, mais aussi et surtout archi tourneboulée. DEUX ECRANS ! TROP DE BOUTONS ! Ayant achetée une 3DS pour l’occasion, je me suis rendue compte que j’avais pris un énorme coup de vieux quand est venu le temps de s’approprier la machine correctement. Suite à ça, il faut faire face à la 3D, qui n’est pas des plus utiles pour ce jeu. Elle pousse le jeu à son maximum lors de quelques scènes d’anthologie (explosions, Tour Eiffel illuminée), mais reste un simple gadget pendant les 90% du jeu.

Pour ce qui est de l’histoire, elle est correcte. Pas de grandes (r)évolutions mais pas de quoi décevoir non plus. Les méchants tentent toujours d’être aussi badass, sous couvert de chercher à améliorer l’humanité et les gentils le sont de plus en plus, tout de miel et de fleurs vêtus. Le Château de Combat est à mes yeux un bon point dans cette version. Il permet de battre (quasi) à l’infini une grande variété de dresseurs, tout en gagnant de l’expérience (contrairement à la Tour de Combat). J’exagère évidemment en parlant de combats infinis mais il fait passer beaucoup d’heures de jeu et permet de ne pas retourner à la Ligue quand on cherche à faire évoluer quelques Pokemons.

PKMN

Tiens les Pokemons, parlons-en ! Il y en a bien trop… Là où ce jeu était pour moi une vraie bénédiction lorsque j’étais jeune, c’est maintenant devenu un calvaire quand on cherche à « tous les attraper ». Autant on pouvait y parvenir aisément seul auparavant ou avec un, voire deux amis maximum. Autant cela devient presque impossible maintenant. IL Y EN A 719 BORDAYL ! Déjà ce n’est pas un chiffre rond, et en plus il est beaucoup trop élevé quand on part du principe que beaucoup (en fait, l’immense majorité) ne sont pas « attrapables » ni dans X, ni dans Y. C’est une usine à frustration ! Vous pouvez essayer comme moi de faire des échanges mystères via la liaison internet ou bien des échanges normaux, mais cela ne résout pas le problème. Si l’on cherche à obtenir un Pokemon soit-disant rare (comprenez : rare dans cette version), il faudra l’échanger bien évidemment avec un autre du même acabit demandé. Donc si vous n’avez pas d’amis, vous n’aurez pas de Pokemons, merci Game Freak ! Et je ne vais même pas m’arrêter sur les clichés fille / garçon tellement ils m’ont énervée (JE SUIS une fille et JE VEUX choisir le personnage féminin, mais NE ME FAITES PAS ressembler à une bimbo qui n’a dans sa garde-robe que du rose ou des fleurs !).

Heureusement, il reste pléthore de phrases ambiguës dans le jeu pour nous faire passer du bon temps. Souvenez-vous des paroles scandaleuses de Noir / Blanc (oui, j’y ai quand même joué quelques heures) : « Je frotte et j’astique, tout le temps ! Plus ça dure longtemps, mieux c’est…  » ou « Ma fierté, c’est ma grosse batte » ! Pokemon X / Y n’est pas en reste à coup de « En combat comme dans d’autres domaines, plus c’est long plus c’est bon » ou encore « Alors, tu les préfères longues ou courtes ?« . La licence parvient ainsi à garder un bon sens de l’humour, prouvant que le jeu ne se destine pas uniquement aux petits enfants.

Vous l’aurez compris, X / Y n’est pas le jeu du siècle mais il reste dans la continuité de ses prédécesseurs. Les fans (et moi) n’ont plus qu’à attendre les versions Rubis Oméga et Saphir Alpha, prévus pour la fin de l’année 2014, qui semblent plutôt prometteuses !

PKMN Humains

On ne me cherche pas … mais on me trouve !

Pour fêter les plus de trois années d’activité de mon blog, je m’étais amusée à répertorier les perles des recherches ayant été faites sur Google ou autres, qui avaient permis de tomber sur mon blog à quiconque avait fait ces recherches parfois saugrenues. Voilà un petit best-of des derniers trimestres (qui datent maintenant de 2011), qui me fait tout de même me poser des questions quant à l’orientation de mon blog et ce qu’on y trouve … Je n’avais pas pris le temps de poster cet article à l’époque, mais il me permet de relativiser sur le caractère jovial des billets !

tenue de scène des danseuses de carlos (je n’ai jamais parlé de ça, je le jure !)
blague sexy a faire craquer les filles (aaah si je savais)
ce que pense mylene farmer de depeche mode (elle adore DM, merci de vous poser la question)
les plus laides filles du monde (je suis censée le prendre comment ?)
trappe a rats (wtf ?!)
yaoi sacri (quelqu’un qui me connait bien)
amnesia the dark descent yaoi (quelqu’un qui me connait très bien mais qui a tout de même des goûts douteux)
audrey a 15 ans en bikini (euh attendez ça devient trop personnel là)
nicola sirkis sans sa coloration (je ne veux même pas savoir à quoi ça pourrait ressembler)
vieille dame fuck (un peu plus de politesse envers les dames tout de même …)
l’intérieur d’un ovni (désolée, je garde secrètes les photos de mon prototype)
droguée enceinte tu t’en souviendrais (ah oui, une fois mais pas deux !)
images de barbie et de katy perry et lady gaga dans la piscine (pardon ?)
le nouvel an ça me fout toujours le cafard (non, mon blog n’est pas un blog pour dépressifs)
phrase pour foutre la haine (non, je vous assure, tout va très bien)
collégiennes en rut (dommage, vous ne pensiez pas tomber sur mon blog en tapant ça hein !)
il y a des personnes qui disparaissent sans raisons, et qui vous abandonne en sachant que ça ne va pas bien, et qui reviennent … (recherche trop longue pour que wordpress me l’affiche en entier)
respiration du piranha (hé bien c’est une très bonne question …)
humour de cannibalisme (moi qui pensais être la seule à trouver ça marrant)
pattes de 7808 (?!!)
les filles sexy du bigdil (je ne connaissais pas leur existence et je m’en portais très bien)
j’ai mangé mon auriculaire (perso j’aime le chocolat, chacun son truc)

J’ai censuré pour cet article toutes les recherches quelque peu déplacées (voire complètement tordues) qui ont mené jusqu’à moi. Le petit florilège que j’ai listé ici m’a permis de rigoler allègrement en voyant certaines recherches. Mais je me demande toujours si le pire est ce que les gens recherchent, ou le fait qu’ils tombent sur mon blog en cherchant ce genre de trucs …

Réminiscence

chats

Cela allait faire trois années maintenant que j’avais laissé ce blog à l’abandon. Pire, je l’avais caché, détruit, désireuse de ne jamais le retrouver.

J’avais supprimé ce blog car j’avais l’impression de tourner en rond. Egalement, par trois fois, celui-ci a eu des répercussions réelles, et néfastes, dans ma vie de tous les jours, malgré cette page de notes.

L’eau ayant coulé sous les ponts, je reviens car écrire ma manque. Certes, j’ai continué à rédiger, tantôt pour mon livre personnel, tantôt pour le site Anime-Kun, mais ce blog parvenait toujours à me manquer.

J’aimerais vous dire que si j’ai arrêté, puis repris ce blog trois années après, cela est du à trois années de bonheur inégalable où je profitais de la vie, et sous le coup du sort je me retrouve désœuvrée et prête à replonger dans des écrits émoglauquestes d’amours adolescentes. J’ai eu des hauts, j’ai eu des bas, comme tout un chacun, même s’il reste vrai que je ne parviens pas encore à badiner à l’instar d’Alfred de Musset.

Il y a beaucoup de choses dont j’aimerais vous parler, mais ce ne sera pas nécessairement celles dont je vais vous parler. Je m’attacherai aux articles concrets, utiles, où se cacheront tout de même des sujets désuets et grandiloquents. Cela reste un blog après tout, et égoïstement mon blog.

Je suis consciente que je ne vais pas retrouver l’intégralité de mon lectorat d’antan et ma centaine de visites quotidienne, mais ce n’est pas cela que je vise. J’ai ressenti à nouveau le besoin d’écrire et pourquoi pas d’être lue, peu importe que cela soit par une, dix ou cent personnes.

Comme vous pourrez le constater, les images issues du blog précédent n’ont pas eu la chance de survivre aussi bien que les textes. J’ai toutefois souhaité les garder car ils représentent une tranche de ma vie, et une large. J’effectuerai des modifications dans les jours, voire semaines à venir si la flemme me prend sous le bras, pour rajouter des images, des catégories ou encore des liens (comme celui de mon très bon ami AngelMJ, qui a mérité le succès qu’il rencontre aujourd’hui).

Je vais terminer là cette nouvelle entrée en matière et je vous donne rendez-vous dans les prochains jours pour un autre billet. Merci à ceux qui me lisent depuis longtemps, merci à ceux qui ont lu cet article jusqu’au bout, merci d’être là.

Sacrilège