Mois: janvier 2009

Dis-moi les mots qui rendent ivre.

Quand on est amoureux, on a des idées, des idées mirobolantes, faramineuses mais en fin de compte inconscientes.
Quand on aime, on pense que rien n’est insurmontable, on s’imagine partout mais surtout véritablement nulle part.
Quand on est dans cet état d’esprit, on est comme en plein milieu d’un trip de LSD. Une montée d’adrénaline, qui monte, de plus en plus, le cœur qui bat, à exploser. Mais on en veut encore plus, toujours plus, une passion, une envie, insatiables.
Mais quand on est en plein milieu d’un trip, on ne peut que se laisser rattraper par la descente. Ce retour sur terre si abrupte, trop abrupte. Ce changement net, qui coupe toutes les idées, toutes les envies passées. Qui les rendent complètement surréalistes dans le même temps, et surtout, complètement dangereuses et innocemment stupides.

Voilà pourquoi on devient si vite accro au LSD.

Elle était belle cette infirmière, je l’aime.

Publicités

Pour les pleurs d’une petite fille

Je m’appelle Léa, 15 ans et top modèle en devenir. Comme toutes mes copines j’ai un skyblog, un style bien à moi qu’elles me copient toutes, un copain redoublant, ce qui, en plus d’avoir une moto lui donne un air rebelle que tous les mecs de ma classe jalousent, et des parents que je déteste. Mon lycée, c’est un lycée de décérébrés. Entre les membres du pseudo club de chimie parodiant odieusement ceux de sitcoms américaines et les profs qui font tout pour nous rendre la vie impossible je n’ai qu’une seule idée, arrêter les cours.
A côté de ça j’ai de la chance, j’ai des copines sympas et toutes moins mignonnes que moi. Je crois que si c’était l’inverse je ne traînerais pas avec elles. Elles me mettent en valeur et je ne les remercierais jamais assez – secrètement- pour ça. Niveau intelligence pardon ? J’ai un beau physique et je m’en contente bien assez. Ce ne sont pas les quelques filles intellotes de ma classe qui attirent les garçons. Tout ce que je veux plus tard c’est avoir un mari que j’aime et qui veuille avoir des enfants. Ma mère me dit que je suis trop jeune pour avoir des gosses. Je la déteste, elle ne comprend décidément rien à rien.

Et en plus j’adore le rose.