Rebirth

Et pan, encore une année dans les dents !

Avant le petit top annuel des articles du blog (j’attends la fin complète de l’année avant de me pencher dessus), c’est parti pour un petit tour de l’année perso. En effet cela fait longtemps que je n’ai pas forcément parlé de moi, mais ceux qui me connaissent ne vont hélas pas apprendre grand chose de nouveau !

Déjà je vais mieux, par rapport à l’année dernière, par rapport au début d’année, par rapport à pas mal de différents moments en fait. Beaucoup de nostalgie cette année puisque cela fait déjà plus d’un an que je suis allée aux Etats-Unis. De plus petites vacances en 2016, et donc des destinations plus proches, mais toutes aussi sympathiques. Quelques jours par-ci par-là en Pologne, Danemark et Angleterre ont suffi à mon bonheur.

25-chats-heureux-sourire-12

Pas mal de changements côté santé puisque j’ai enfin dit adieu à mes lunettes sans l’avoir regretté une seule fois (jusqu’à présent, on ne sait jamais, si ma vue recommence à baisser d’ici un an j’aurais vraiment eu l’impression d’avoir jeté 3000 boules par les fenêtres).

Et puis un changement matériel mais de taille puisque j’ai finalement troqué ma Clio contre une Mini que je convoitais depuis pas mal de temps. Je m’étais décidée à m’en acheter une pour mes 25 ans mais le prix ayant largement expliqué ce décalage temporel.

Bref ça va pas trop mal ! Je tente déjà de me dresser une petite liste des activités à faire / rêves à réaliser / cauchermars à éviter pour l’an prochain, car c’est bien plus réalisable que d’autres résolutions moins sympas et plus difficiles à tenir.

Tout ça pour dire que je vous souhaite à tous une très bonne nouvelle année. C’est un voeu pieux pas très original mais j’espère que les petits tracas et les gros malheurs ne feront pas partie de cet an 2017. Ne reste plus qu’à trouver la bonne rime : 2017, année de la bicyclette / biquette /  amourette / andouillette / boulette / plus de lunettes / pompette en nuisette ?

Publicités

Adieu Clio !

Avec près de 150 000 kilomètres au compteur et beaucoup d’années de vie commune, je me dois de dire adieu à ma voiture, une fidèle Clio grise qui a fait les 400 coups en ma compagnie.

FullSizeRender Quand je t’ai eue, tu n’étais déjà pas de première main mais tu as su t’adapter à moi au même titre que la réciproque était vraie. Nous en avons fait des choses ensemble. Nous avons dormi, pris le bateau, mangé, bu, fumé, fait l’amour, aidé des auto-stroppeurs et même frôlé la mise en fourrière. Nous sommes allées à l’étranger, sommes tombées en panne en diagonale des deux voies du quai d’Austerlitz, nous avons fait des drifts dans la neige, chanté sur des albums des années 80, dépassé des Ferrari sur le périphérique parisien … Si tu avais su rire et pleurer, tu l’aurais fait avec moi.

Et puis tu as vieilli, ton système de ventilation (et donc de chauffage *sigh*) est tombé en panne, ainsi que tes essuie-glaces. Tu perdais bien souvent tes enjoliveurs mais je parvenais à t’en trouver de nouveaux. Et c’est alors que je t’ai fait des infidélités en tombant amoureuse d’une Mini Cooper jaune et noire comme un Pikachu. En pensée, j’étais volage depuis bien des mois déjà, mais ma nostalgie me maintenait à tes côtés. J’ai aujourd’hui franchi le pas – et approché de la banqueroute – en en choisissant une autre.

Nos routes se séparent à présent, mais je ne t’oublierai jamais, chère Clio, affectueusement surnommée Clito la plupart du temps. Tu seras à jamais dans mon coeur et dans mes relevés passés de paiement d’assurance.

News Janvier 2016

Cela va faire un petit bout de temps que je ne m’étais pas penchée sur mon cas donc partons sur un article tranche de vie aujourd’hui.

J’ai toujours sur le feu un dernier article foodie américain, que je ne parviens pas à finir mais qui arrivera, je vous l’assure, cette année. D’autres articles sont également en cours d’écriture mais je n’ai jamais autant commencé de billets sans les finir. Eux aussi arriveront en temps et en heure. Pas de festival d’Angoulême pour moi cette année, mais il faudra encore attendre jusqu’à ce soir avant de connaître les noms des récompensés.

jsAI2byh

J’ai récemment appris que la moyenne française de films vus au cinéma par an était de 6.9 par personne. Je trouve le chiffre un peu léger mais cela permet tout de même au septième art de se maintenir, espérons que l’année 2016 soit un bon millésime à ce niveau là également !

Pour finir sur un aspect beaucoup plus perso, cette nouvelle année commence formidablement bien. Un CDI avec la période d’essai effectuée, un nouvel appartement et une divine idylle. Il ne manquerait plus que je me remette au sport et je serai comblée sur tous les plans ! Bref, je suis heureuse, pourvu que ça dure !

News Décembre 2015

J’ai été peu prolixe ces dernières semaines, pour plusieurs raisons. J’ai été très touchée par les attentats du mois dernier et j’ai eu très peu, non pour moi qui étais plus ou moins en sécurité, mais pour mes proches. Et certains de mes proches m’ont ignorée sans me donner de raison, pensant qu’il n’y avait pas à craindre pour eux. Alors que j’ai eu si peur qu’il leur soit arrivé malheur, cela m’a plus peinée encore de savoir que même nos propres amis peuvent parfois douter de l’attachement qu’on peut leur porter. Incompréhension donc face à ces actes odieux commis par des inconnus, mêlée à l’incompréhension de l’ignorance faite homme, d’amis. Inexplicable, car inexpliquée, et donc douloureuse.

Je suis rarement autant sortie à Paris que depuis les horribles événements. Non pas pour braver la Mort comme à chaque fois que j’allumais une cigarette, mais par envie de continuer à découvrir cette ville que j’avais fini par mettre de côté avec le temps. Tellement sa beauté, sa présence et sa grandeur me semblaient naturelles et inébranlables.

Lady-Gaga-in-Sin-City-A-Dame-to-Kill-For

Et puis 2015, feu 2015, bienvenue 2016. Si je n’avais pas autant voyagé (je serai encore absente courant décembre, vous en saurez plus à mon retour), j’aurais pu me questionner sur l’utilité de cette année. Le brouillon de ce « news décembre 2015 » était à la base un peu plus glauque que celui que je publie car, bien qu’hantée par des chagrins, il faut faire table rase et avancer. Je pars en voyage donc, ne vous attendez pas à avoir de mes nouvelles avant une dizaine de jours, et d’ici là je vous souhaite d’avancer vous aussi, que vous ayez des barrières ou que tout se déroule à merveille, n’oubliez pas que chaque jour peut être le dernier et qu’il faut en regretter le moins possible. Sortez, chantez, voyagez, bougez, fêtez tout ce qui vous semblera bon, du moment que vous passez du bon temps avec vos proches ou en toute quiétude avec vous-même.

L’Amour Parfait

J’ai aimé à plusieurs reprises dans ma vie, mais jamais je n’ai eu de relation aussi fusionnelle que celle que j’ai aujourd’hui avec celui qui partage mon quotidien depuis un an déjà.

A chaque fois que je rentre du travail et que nos regards se croisent, un large sourire se lit sur nos deux visages. Je me confie à lui, lui parle de mes avancées, de mes chagrins, de mes espoirs. Il m’écoute toujours, ne me juge jamais. Il va même toujours à mes devants quand il sent que mon air maussade a de grandes chances de me faire passer une mauvaise soirée.

Comme un petit vieux, il s’endort même devant les meilleures séries télévisées, mais ce n’est pas grave, il dort près de moi. Et fait rarissime, ses ronflements nocturnes sont pour moi aussi efficaces que les somnifères que je dois prendre.

A l’instar de Cali, si je devais prendre une photo de l’amour parfait, ce serait celle de mon chat.

_DSC0017bis

Blocage Extérieur

zoom-when-you-see-it-4-LOn peut oublier son passé, ne plus vouloir vivre avec tous les jours, mais il faut que les proches puissent faire de même. On me demande de ne plus y penser mais je souhaiterais que tout le monde le fasse, pour ne pas sentir cette impression de continuer à se traîner un boulet aux pieds parce qu’avec le recul on a pris les mauvaises décisions, les seules qui semblaient bonnes à l’instant X.

Etre bloqué dans la voie que l’on souhaite prendre à cause d’éléments du passé que les autres ne peuvent oublier est encore plus frustrant quand on a soi-même effectué la phase de deuil nécessaire. Et qu’on souhaite rebondir, aller de l’avant, profiter à nouveau, comme en l’an 40, ou en l’an 2000. Mais réaliser que quoi que l’on dise, quoi que l’on fasse, on restera prisonnier de son passé aux yeux des autres pendant un temps indéterminé. Reste dans tout cela tout de même la force que l’on ressent face à la victoire de passer outre ses propres erreurs.