musique

News Août 2017

Quoi de nouveau sous les tropiques ? Je passe peut-être mon tour cette année pour le festival du cinéma américain de Deauville, après une longue suite d’années où je ne loupais pas cette occasion, par manque de temps principalement (à moins que je me décide à y aller un des deux weekends sur un coup de tête, ça s’est déjà vu). Il aura cette fois-ci lieu du 1er au 10 septembre, avec parmi les membres du jury Benjamin Biolay, Emmanuelle Devos, Charlotte Le Bon et comme président Michel Hazanavicius.

Les films d’horreur ont à nouveau la côte dans les cinémas UGC puisqu’Annabelle 2 est encore à l’affiche et a passé haut la main la semaine de test « épouvante » VS « spectateurs en folie ». Le film Ça (ou tout du moins sa première partie puisque le titre international du film est It: Part 1 – The Losers’ Club) devrait donc logiquement être diffusé dans les cinémas du groupe à partir du 20 septembre (avant-première officielle au festival de Deauville justement, le 9 septembre).

Le nouvel album d’Indochine, intitulé 13, sort bientôt et n’a fait sa publicité que plutôt récemment, avant tout grâce au clip de La vie est belle, réalisé par Asia Argento (la fille de Dario !). Beaucoup de fans se sont arrêtés à Alice & June mais je trouve que La République des Meteors et Black City Parade avaient tout de même un certain cachet. Avec des titres lancinants, le groupe parvenait à nous créer un univers autour de chaque album, et il ne reste plus que quelques jours à attendre pour découvrir les 13 titres (+ 4 bonus + 4 remixes) prévus pour le 8 septembre.

Quant au Joanne World Tour de Lady Gaga il a débuté ce mois-ci à Vancouver, pour finir le 18 décembre à Inglewood, après 60 dates. Scène de 25 mètres, cinq plateformes, 44 lasers… bref le show promet d’être grandiose pour ceux qui se joindront à moi à l’AccorHotels Arena en octobre prochain.

Publicités

News Mars 2017

Enfin bientôt des vacances ! Quand je dis « enfin », ça veut dire que depuis la semaine de vacances en août dernier ça commençait à faire long. Et quand je dis « bientôt », disons plutôt que c’est imminent car ce sera dès vendredi, pour prendre un bon bol d’air frais à la montagne. En espérant réussir à faire rentrer mes skis dans ma voiture, mais ça, c’est un problème de riche.

Au niveau des divertissements on attend toujours Alien : Covenant pour la mi-mai, avec en bonus un jeu en réalité augmentée qui devrait paraître en même temps. T2 Trainspotting est un bon film mais qui ne peut hélas pas se mesurer au premier opus. Et pour aller le voir, il faut être motivé : peu de salles le diffusent encore, seulement dix jours après sa sortie, et dans des salles riquiquis …  De son côté Broadchurch diffuse tranquillement mais sûrement sa troisième saison, nettement moins médiatisée que les premières, mais dans le même style british. Depeche Mode sort son nouvel album – Spirit – ce vendredi et je suis complètement vierge des oreilles des pistes qui vont débarquer sur les ondes (12 à 17 pistes selon l’édition). Incident in a Ghost Land de Pascal Laugier, avec Mylène Farmer, est toujours prévu pour cet automne, bien que les informations se fassent encore des plus rares. Je pense qu’on aura plus tôt fait d’avoir le nouvel album de la chanteuse que la sortie du film sur grand écran.

Pour le reste côté perso sympa, je viens également de prévoir ma petite escapade estivale, dans un continent inexploré (de ma part). Plus que deux mois avant de fouler des territoires inconnus, je vous tiendrai bien sûr au courant. En attendant, je repars au travail !

Un opéra à la Madeleine

Je continue mes virées dans Paris en testant les concerts ayant lieu dans la capitale, notamment au sein de l’église de la Madeleine.

Je suis parfois tombée sans le savoir à l’avance, sur divers spectacles réalisés dans l’église, tantôt des champs religieux évidemment, tantôt à tendance plus gospel. Je me suis également rendue compte que bon nombre d’événements étaient organisés à la Madeleine, à un rythme assez effrené.

eglise-de-la-madeleine-630x405-c-thinkstock

Pour se renseigner, il suffit de se rendre sur le site officiel. En cette fin d’année par exemple, pas un jour ne passe sans un concert. Sur des périodes moins « festives », les spectacles se déroulent plutôt le weekend. Mozart, Beethoven, Ravel, Vivaldi … les plus grands sont joués en ces lieux, où l’acoustique architecturale permet d’apprécier encore plus les morceaux mis en avant.

Il faut compter entre 20 et 30 euros la place, que vous pouvez acheter sur les sites de ventes de billets habituels, ou directement le jour même à l’église. Je vous conseille d’arriver en avance car le placement est libre. L’opéra de Mozart que je suis allé voir cette semaine a fait salle comble, puisque cette dernière était déjà remplie à plus de la moitié une demi-heure avant le début du spectacle. Et tant qu’à y aller complètement dans l’ambiance parisienne, je vous conseille le restaurant Le Colibri, place de la Madeleine, qui fait preuve d’un bon rapport qualité / prix, pourtant proche des rues parmi les plus chères du Monopoly.

Notre-Dame de Paris [2016]

Depuis sa première représentation au Palais des Congrès le 16 septembre 1998, la comédie musicale Notre-Dame de Paris a fait du chemin, jusqu’à revenir à son point de départ cette année et une nouvelle tournée en France l’an prochain. Pour moi, parisienne, j’avais l’impression que c’était une véritable remise au goût du jour, mais la comédie musicale ne s’est quasiment jamais arrêtée en près de vingt ans :

1998 Paris
1999 Tournée internationale
2000 Las Vegas / Londres
2001 Paris / Barcelone
2002 Tournée en Italie / Moscou
2005 Tournée internationale / Montréal
2007 Tournée en Corée du Sud
2010 Anvers
2011 Tournée en Italie
2012 Tournée internationale
2013 Séoul
2014 Tournée internationale
2016 Tournée en Italie / Séoul / Gdynia / Tournée en France

N’ayant pas pu assister aux premières représentations (même si je connais pour autant les chansons sur le bout des doigts), c’est trépignant d’impatience que je suis allée voir l’une de celles ayant lieu actuellement au Palais des Congrès.

b9710211808z-1_20161113090738_000gc47voq37-3-0

Je dois vous dire que je suis retournée en enfance. Toute la nostalgie était bien présente et les nouveaux acteurs sont d’un tout aussi bon acabit que les premiers que nous avons connus au tout début. Seul Daniel Lavoie fait toujours partie de ce premier casting, et il a toujours autant de coffre et de présence.

Les décors sont très soignés et bénéficient de très bons jeux de lumière selon les situations. L’adaptation des pistes est un calque quasi parfait de celles que l’on écoutait au siècle dernier. Les chanteurs ayant également les mêmes intonations que ceux de l’époque. Avec une extrême ponctualité, nous assistons à plus de deux heures de show (dont un entracte d’un quart d’heure) où l’on ne peut qu’être bouche bée devant tant de puissance de voix et de charisme, de la part de chacun des personnages et danseurs. Les danseurs sont de véritables acrobates qui se démènent formidablement bien. J’ai également souri en voyant la mise au goût du jour des « soldats du roi », plutôt vêtus comme des CRS de nos jours.

En plus de deux heures de temps, je me suis rendue compte que je n’avais pas bougé d’un iota, tellement j’étais scotchée par l’ambiance, la bonne gestion du son et des lumières, ainsi que par le jeu des acteurs. Notre-Dame de Paris a eu raison de revenir sur le devant de la scène française et je pense que le spectacle a encore de beaux jours, voire même années, devant lui !

News Octobre 2016

Après un livre cette année, le nouvel album de Moby est sorti cette semaine mais je n’ai hélas pas encore eu le temps de l’écouter, j’espère pouvoir vous le conseiller rapidement !

1474583239-westworld-vintage

Côté séries télévisées, la seconde saison de Scream Queens est en-deça de la première, mais elle signe le retour de Taylor Lautner, ce qui permet de donner un nouveau souffle à la série.
Nouveauté de cette année : Westworld, produite par J. J. Abrams. Un mélange de science-fiction et de western, comme son nom aide à le présumer. Dans une époque lointaine, les parcs d’attractions sont composées de mini-villes remplies d’androïdes, qui ont pourtant le sentiment d’être de vrais êtres humains, évidemment jusqu’à un certain point, pour enclencher les rebondissements de la série …

Au rayon des salles obscures, Don’t Breathe (Don’t Breathe : La Maison des ténèbres) est sorti en ce début de mois et a été interdit aux moins de 16 ans en France. Après visionnage du film en salle ce matin, je n’ai pas compris pourquoi cette classification, là où un simple interdit aux moins de 12 ans aurait été compréhensible. Ici point de démons, point d’esprits, juste une scène de vie réelle, c’est peut-être ce qui peut choquer le plus, mais nous sommes bien loin d’un Hostel, Martyrs ou Saw … L’histoire est simple : trois jeunes adultes vont cambrioler un homme aveugle (l’excellent Stephen Lang), sans se douter que ça ne serait pas aussi simple que prévu. Le titre Don’t Breathe faisant référence au fait de se terrer dans le silence face à la personne aveugle, très attentive aux moindres bruits … La classification ne serait peut-être que pour éviter de voir déverser dans les salles des hordes d’adolescents fous furieux comme cela a déjà été vu.

dont-breathe-kodi-netflix-amazon-clawtv-kfiretv

Les jeux vidéo ont également la côte au cinéma puisqu’après Assassin’s Creed (prévu pour le 21 décembre, avec Michael Fassbender, Marion Cotillard et Jeremy Irons), ce sera au tour de Splinter Cell de débarquer en 2017. Trop peu d’informations sont sorties à ce jour mais nul doute qu’il fera parler de lui en temps utile.


Vous l’aurez sans doute remarqué je poste moins ces derniers temps, à cause d’un certain manque de temps. J’espère retrouver rapidement un bon rythme de croisière !

Nevermind [Musique]

Ce fut ma grande découverte du festival de musique d’Auvers-sur-Oise : le groupe Nevermind.

Avec Anna Besson (flûte), Louis Creac’h (violon), Robin Pharo (viole de gambe) et Jean Rondeau (clavecin), le groupe nous entraîne dans les musiques traditionnelles irlandaises et écossaises, mais avec ce petit je-ne-sais-quoi de jazzy et contemporain.

Nevermind - Conversation

Nevermind – Conversation

Je suis arrivée en néophyte car je n’avais jamais entendu parler de ce groupe, ni même du festival d’Auvers, qui en était pourtant rendu à ses 36 printemps ! Enfin, j’avais du en entendre parler sans jamais avoir franchi le pas jusqu’alors. C’est dans le magnifique décor du Château de Mery-sur-Oise (j’avais l’impression de me voir à nouveau en costume d’époque traversant le Château de Versailles :3), et plus exactement dans la bibliothèque, qu’avait lieu ce concert, rassemblant à vue d’oeil une centaine de personnes.

J’espère pouvoir dire sans me vanter, que j’ai une culture musicale assez riche et encore plus variée. Néanmoins, le registre traditionnel des 17/18èmes siècles de ces contrées m’était totalement étranger. Ce qui m’a frappée autant que la musique en elle-même, est la complicité entre les membres. Même depuis les premiers rangs on ne sait pas ce qu’il se dit tout bas, mais on se rend compte de la symbiose qui anime le quatuor. Echanges rapides, sourires, regards… Le gestuel transmet encore une fois plus que la parole et fort heureusement, puisqu’il n’y a point de textes dans les morceaux joués ici.

Lolimpiade

J’ai passé à très bon moment, cela ajouté à la joie de la découverte. Avec un final m’ayant particulièrement ravie, puisqu’ils ont même joué une musique utilisée dans Barry Lyndon, film de Kubrick mêlant des musiques du folklore irlandais et classiques.

Bref vous l’aurez compris une grande découverte et un billet en guise d’encouragements pour ce groupe jeune et décalé qui oeuvre depuis plusieurs années déjà !