Paris

Chapitre XIII au Théâtre Tristan Bernard

Comme bien souvent, j’agis au coup de cœur et selon les publicités qui peuvent se montrer sous mes yeux, surtout en ce qui concerne les sorties cinéma et théâtre. J’ai donc vu cette semaine l’affiche pour Chapitre XIII, au Théâtre Tristan Bernard, et ai vu la pièce dans la foulée !

Pièce de Sébastien Azzopardi (qui m’avait déjà ravie avec La Dame Blanche, qui reste pour moi l’une des meilleures pièces qui m’ait été donné de voir), l’histoire est un huis clos se déroulant dans un monastère. Il n’en fallait pas plus pour que le scénario de base me plaise. A cela s’ajoute un romancier qui écrit des scènes horrifiques … qui se réalisent dans la vraie vie, où nous découvrons qu’un tueur en série sévit aux alentours du monastère.

J’arrête ici de décrire l’intrigue car il est très important de découvrir tout cela sur place. Les meurtres sont particulièrement bien réalisés et les effets spéciaux si réalistes que certains spectateurs sont partis en cours de route : à réserver à un public averti donc. En tout cas averti des scènes morbides qu’on risque de voir. Bien que nous ne soyons pas dans une pièce participative (au sens où on pourrait vous faire monter sur scène), nous sommes tout de même dans une atmosphère interactive, où l’action ne se limite pas à la simple scène et déborde dans l’orchestre, voire plus. Cela me fait toujours autant plaisir de voir cette liberté prise et cette immersion du spectateur dans les événements.

Chapitre XIII nous ravit également de par le nombre d’acteurs présents sur scène, les costumes, le décor, les effets sonores et visuels, l’intrigue bien menée et les différents rebondissements. Pendant près de deux heures, vous serez emportés par l’histoire et, je l’espère, en ressortirez aussi enjouée que je l’ai été.

Depuis le 21 septembre 2018 au théâtre Tristan Bernard à Paris

Publicités

Atlas – La Cantine du Monde

Bienvenue dans le restaurant (pour le moment) éphémère Atlas, la Cantine du Monde !

Située en plein cœur de Paris, l’enseigne a été créée par Danone pour promouvoir leur nouvelle gamme de yaourts du monde. Vous pouvez aussi bien venir en journée, pour 5€ par heure vous aurez café, thé, wifi et yaourts à volonté. Mais également pour dîner (le mercredi) ou bruncher (le dimanche), pour 20€, avec des conférences, de la nourriture à thème selon le pays sélectionné pour le jour où vous y allez et bien d’autres surprises encore.

J’ai découvert Atlas par hasard en cherchant où bruncher un dimanche à Paris, sans me faire avoir par les restaurants dédiés aux touristes. Je me suis rendue au brunch dédié au Sri Lanka le mois dernier, où j’ai pu découvrir la nourriture locale, concoctée le matin même par une cuisinière srilankaise, en présence de représentants de l’ambassade. Buffet froid, chaud, plats salés, sucrés, vous aurez tout ce qu’il vous faut pour passer un bon moment et en apprendre plus sur la culture des pays sélectionnés.

Subventionné en partie par Danone, vous savez où va l’argent que vous dépensez pour le repas. Il vous faudra réserver pour assister aux dîners et aux brunches car ils ont lieu en petit comité (nous étiez à peu près une vingtaine de personnes, mais le bouche-à-oreilles va je pense aller bon train).

Bien sûr, on va se dire que tout cela n’est que du marketing mais je trouve l’idée vraiment novatrice et avec une réelle plus-value pour le consommateur. Le public peut aussi bien être exclusivement français qu’international et les échanges avec les représentants des pays sont dans un univers informel, permettant d’en apprendre plus sur les cultures de manière intelligente. Car quoi de mieux pour connaître de nouvelles cultures que d’en goûter les spécialités gastronomiques ?

L’Eventreur [Théâtre Essaion]

J’ai connu le théâtre Essaion par le biais de la pièce sur le Comte de Monte-Cristo en fin d’année dernière. J’ai redécouvert ce même théâtre le weekend dernier, en aidant un proche qui montait son propre décor avant sa représentation, en en profitant pour fureter dans les coulisses et préparer le café dans la cuisine des pro. Bref, le théâtre Essaion, je m’y sens un peu comme chez moi maintenant. Et pendant que je furetais, j’ai mis la main sur un tract faisant la publicité de la pièce l’Eventreur, jouée tous les samedis en fin d’après-midi. Assez férue des pièces de thriller, voire même d’horreur (comme on peut le déduire grâce à mes précédents billets sur La Peur, Piège Mortel, La Dame Blanche, etc.), je n’ai pas eu besoin de beaucoup réfléchir pour me décider à aller voir la pièce à la prochaine représentation, soit hier.

Par le biais d’un style évidemment très british, nous suivons les principaux meurtres de Jack l’Eventreur, en présence des enquêteurs cherchant à débusquer le criminel et des victimes ayant succombé à ses attaques. Pour rappel, Jack l’Eventreur a sévi à Londres en 1888, en tuant pas moins de cinq prostituées (voire onze personnes, voire même beaucoup plus), sans que l’on ne sache jusqu’à aujourd’hui encore qui se cachait derrière ce sobriquet.

Zut, j’arrive et je vois qu’il y a déjà une dizaine de personnes devant moi. Je voulais être bien située, je ne voulais pas qu’on me pique mes places préférées. Fort heureusement, je me suis vite souvenue qu’au théâtre, les spectateurs n’aiment pas les premiers rangs (encore plus quand on sort du cadre de la comédie), j’ai donc pu prendre mes aises comme j’en ai l’habitude, au tout premier rang. J’ai au début eu peur de voir une comédie musicale (ce qui n’est pas mon genre préféré), mais la pièce n’en est pas une. Elle inclut la musique dans son récit, sans que ce dernier ne tourne autour d’elle. Ce qui m’a beaucoup frappée a été la précision des détails narrés par les personnages, tant chirurgicale que franche. Les victimes de l’éventreur ont subi de graves blessures, voire même une destruction forte de leurs organes (imaginez-vous lire du Maxime Chattam), mais le tout est décrit de façon honnête et dure, sans fioriture, ce qui glace d’autant plus que c’est bel et bien la réalité des faits. La façon qu’a le narrateur de raconter l’histoire est également précise et très bien tournée. On est face à de la belle écriture, des phrases qui font mouche et prêtent à sourire comme à réfléchir.

Je ne peux pas m’avancer plus que cela dans l’histoire car il est important de découvrir le reste sur scène. Les trois acteurs jouent chacun plusieurs personnages et sont vraiment crédibles dans leur discours comme dans leurs actes. Je n’ai pas pu aller boire un verre avec eux en sortant (terrible dilemme en un soir de l’Eurovision) mais leur entrain et leur investissement sont bien réels, ce qui donne vraiment envie de les encourager pour la suite.

Vous trouverez les horaires du spectacle sur le site du théâtre Essaion, et à savoir que des prix découvertes sont actuellement en vente sur BilletReduc.

LeavinRoom [Saw]

Après Team Break, Victory Escape Game et Kairos, j’ai débarqué ce weekend dans une nouvelle enseigne d’escape game : LeavinRoom.

Suite à tous mes précédents articles, je ne vais pas revenir sur le principe, ou brièvement : vous êtes dans une pièce, vous avez une heure pour sortir, en utilisant avant tout vos petites cellules grises et parfois votre dextérité. La véritable plus-value de cet article est plutôt de vous parler de l’enseigne en elle-même et de l’animation générale, sans dévoiler l’envers du décor. Je ne vais également pas mettre beaucoup d’images dans ce billet car je ne prends en général que celles fournies par l’organisateur afin de ne spoiler en aucun cas l’intérieur des salles.

Situé boulevard Pereire (côté Pont-Cardinet plus que côté Porte-Maillot), LeavinRoom est également présent rue Nollet et compte quatre thèmes : Alice au Pays des Merveilles, Hostel, Le Tour du Monde … et Saw, que j’ai eu le plaisir de faire il y a quelques jours à peine. Les équipes sont limitées à 5 joueurs, ce qui est amplement suffisant car on peut être amené à s’ennuyer si le groupe est trop nombreux, car on ne peut pas tous être occupés en même temps (jusqu’à 14 joueurs chez Team Break, au secours !).

Précédé par une petite mise en condition immersive, le jeu reprend fidèlement l’ambiance des films, jusqu’à la bande originale. Même si l’on se sent toujours en sécurité, les apparences peuvent être trompeuses et on a toujours l’impression de se sentir sur ses gardes. Evidemment, si vous ne finissez pas le jeu dans les temps, le game master prendra le temps de vous expliquer les dernières énigmes qu’il vous restait à faire, pour ne pas que vous restiez sur votre faim ! Mention spéciale à notre animateur de ce jour, Clément, qui a fait preuve d’une grande patience pour répondre à toutes nos questions de façon claire et précise.

A savoir qu’un cinquième thème ouvrira prochainement chez LeavinRoom, également à tendance horreur d’après mes informateurs, sans que d’autres précisions n’aient encore filtré jusqu’à présent …

Disney en concert : « Tale As Old As Time »

Les 80 ans du cinéma d’animation de Disney, cela se fête en grande pompe en France, grâce au concert Tale As Old As Time qui a eu lieu ce samedi 10 mars 2018 au Grand Rex à Paris.

 Spectacle mis en scène pour la première fois en France, pile quelques jours avant la sortie au cinéma d’Un Raccourci dans le Temps, je dois dire que j’ai été véritablement surprise par ce show. Grâce à la présence du Sinfonia Pop Orchestra, sous la baguette de Constantin Rouits, et du maître de cérémonie Benoît Allemane (voix française de Morgan Freeman et doubleur dans une vingtaine de films d’animation, entre autres), je n’ai pas vu le temps passer.

Composé de deux parties séparées par un entracte de vingt minutes, le spectacle a mis à l’honneur l’orchestre symphonique, mais également les chanteurs et chanteuses (dont la fameuse Anaïs Delva) pendant plus de deux heures, le tout accompagné d’extraits des films sur un écran géant. A savoir que le concert s’exporte ailleurs en France, avec une soirée à l’Amphithéâtre 3000 de Lyon le 19 mai 2018. C’est pour cette raison que je ne vais pas décrire plus avant les surprises qui parsèment le concert, afin que les derniers spectateurs français puissent en profiter au maximum.

Ne connaissant que très peu les chansons des films de Disney (Le Roi Lion mis à part), j’ai  réussi sans aucun problème à me sentir transportée par le spectacle et à l’apprécier comme il se doit. Un grand merci à l’équipe du Grand Rex pour cet événement exceptionnel.

Une Foodie chez Popolare

Installée depuis peu rue Réaumur à Paris, la Pizzeria Popolare est aujourd’hui un franc succès public. Même sans connaître, vous serez obligés de flasher devant la devanture emplie de bouteilles d’alcools.

Nourriture fraîche, service rapide et petits prix, voilà les clés du succès de ce restaurant gastronomique italien, proche des grands boulevards. Il n’y a pas à dire, le service est rapide et les plats sont bons. Mais le plus dur, c’est de rentrer dans le restaurant ! En effet, il n’y a pas de réservation possible. Vous devrez donc faire la queue dehors en attendant que vous soyez placés. Le restaurant ouvre à 19 heures mais un début de file commence déjà à se constituer à partir de 18h30. Et ne comptez pas sur vos amis déjà présents pour qu’ils aient une table à votre arrivée : on ne vous laisse rentrer que si vous êtes au complet. De fait, quand vous êtes assis, vous ne monopolisez pas une table sans rien commander à manger car vous êtes déjà tous là (et en plus vous avez déjà bien faim).

 Ce qui permet d’obtenir des plats rapidement est la carte minimaliste. Vous n’aurez pas plus de cinq pizzas ou cinq pâtes ou cinq plats à choisir, ou même cinq desserts, si comme moi vous poussez le vice jusqu’au bout. Les portions sont bien copieuses et gare à l’indigestion si vous vous acharnez à finir tout le chocolat fourni avec les profiteroles ! J’ai sobrement opté pour le plat le plus cher de la carte : des pâtes aux truffes à 18 euros, ce qui est largement abordable. Avec en dessert, des petits churros nappés de gianduja. Après, je ne vous cache pas que je suis directement allée me coucher.

Avec son ambiance chic parisien et son style bistrot (tout en ayant des serveurs exclusivement italiens trilingues), Popolare a rapidement tiré son épingle du jeu pour être dans les restaurants qui valent le détour en ce moment sur Paris. Je vous conseille d’y aller soit pour le second service, soit assez en avance pour être sûr de pouvoir y manger, si toutefois vous avez des amis qui savent respecter les horaires, au risque de vous voir recaler au dernier moment car les tables se seront remplies entre-temps.