Mois: mai 2018

L’Eventreur [Théâtre Essaion]

J’ai connu le théâtre Essaion par le biais de la pièce sur le Comte de Monte-Cristo en fin d’année dernière. J’ai redécouvert ce même théâtre le weekend dernier, en aidant un proche qui montait son propre décor avant sa représentation, en en profitant pour fureter dans les coulisses et préparer le café dans la cuisine des pro. Bref, le théâtre Essaion, je m’y sens un peu comme chez moi maintenant. Et pendant que je furetais, j’ai mis la main sur un tract faisant la publicité de la pièce l’Eventreur, jouée tous les samedis en fin d’après-midi. Assez férue des pièces de thriller, voire même d’horreur (comme on peut le déduire grâce à mes précédents billets sur La Peur, Piège Mortel, La Dame Blanche, etc.), je n’ai pas eu besoin de beaucoup réfléchir pour me décider à aller voir la pièce à la prochaine représentation, soit hier.

Par le biais d’un style évidemment très british, nous suivons les principaux meurtres de Jack l’Eventreur, en présence des enquêteurs cherchant à débusquer le criminel et des victimes ayant succombé à ses attaques. Pour rappel, Jack l’Eventreur a sévi à Londres en 1888, en tuant pas moins de cinq prostituées (voire onze personnes, voire même beaucoup plus), sans que l’on ne sache jusqu’à aujourd’hui encore qui se cachait derrière ce sobriquet.

Zut, j’arrive et je vois qu’il y a déjà une dizaine de personnes devant moi. Je voulais être bien située, je ne voulais pas qu’on me pique mes places préférées. Fort heureusement, je me suis vite souvenue qu’au théâtre, les spectateurs n’aiment pas les premiers rangs (encore plus quand on sort du cadre de la comédie), j’ai donc pu prendre mes aises comme j’en ai l’habitude, au tout premier rang. J’ai au début eu peur de voir une comédie musicale (ce qui n’est pas mon genre préféré), mais la pièce n’en est pas une. Elle inclut la musique dans son récit, sans que ce dernier ne tourne autour d’elle. Ce qui m’a beaucoup frappée a été la précision des détails narrés par les personnages, tant chirurgicale que franche. Les victimes de l’éventreur ont subi de graves blessures, voire même une destruction forte de leurs organes (imaginez-vous lire du Maxime Chattam), mais le tout est décrit de façon honnête et dure, sans fioriture, ce qui glace d’autant plus que c’est bel et bien la réalité des faits. La façon qu’a le narrateur de raconter l’histoire est également précise et très bien tournée. On est face à de la belle écriture, des phrases qui font mouche et prêtent à sourire comme à réfléchir.

Je ne peux pas m’avancer plus que cela dans l’histoire car il est important de découvrir le reste sur scène. Les trois acteurs jouent chacun plusieurs personnages et sont vraiment crédibles dans leur discours comme dans leurs actes. Je n’ai pas pu aller boire un verre avec eux en sortant (terrible dilemme en un soir de l’Eurovision) mais leur entrain et leur investissement sont bien réels, ce qui donne vraiment envie de les encourager pour la suite.

Vous trouverez les horaires du spectacle sur le site du théâtre Essaion, et à savoir que des prix découvertes sont actuellement en vente sur BilletReduc.

News Mai 2018

Bon j’ai un peu raté la date d’anniversaire, mais cela fait déjà plus de dix années que ce blog est en ligne !

Je suis certes moins active sur ces derniers mois que je n’ai été prolifique à certains moments de la vie de ce blog, mais vous le savez, tout est cyclique. Donc je vous rassure, il tiendra bon au moins quelques années encore.

Côté séries TV, on attendait début mars la troisième saison de Scream (tirée évidemment du film du même nom), mais l’affaire Weinstein ayant eu pas mal de conséquences, elle en a aussi eu sur la suite de la diffusion de la série, où le monsieur a été décrédité du générique. Les plus optimistes (ou les plus renseignés) nous parlent de la sortie de la saison 3 pour cet été.

La semaine dernière était pour moi une semaine ciné d’horreur, avec dans un premier temps une comédie horrifique, plutôt comédie d’ailleurs : Game Night, où une soirée murder party vire à l’angoisse, ou carrément au fiasco. Sans faire trembler le monde de par son originalité, le film contient quelques blagues qui font mouche et j’ai remarqué que cela faisait longtemps que je n’avais pas entendu une salle de cinéma rire à gorge déployée. Euh ouais ok, je ne vais jamais voir de comédies en fait. Dans un second temps, je suis allée voir hier Action ou Vérité, que je pensais avoir déjà vu, avant de me rendre compte que je confondais avec le film éponyme sorti en 2012. Les effets spéciaux sont réussis et bougrement surprenants car on ne s’y attend pas (sauf si on a vu les images issues du film avant d’aller à la séance). L’aspect terreur n’est pas forcément là mais est représenté par la menace psychologique qui plane sur les participants, ce qui n’est finalement pas plus mal. J’aurai surement oublié ce film dans une semaine mais je ne suis pas déçue vu que je ne m’attendais pas à grand chose en y allant.

Et côté perso je m’envole encore pour de nouvelles contrées courant de ce mois, pour le loisir cette fois-ci. De nouveaux articles dédiés verront donc le jour le mois prochain…