travail

News [JV] Novembre 2016

Bonjour à tous !

Moins d’articles ces dernières semaines, je pèche par manque de temps. Bon ok, ce n’est pas que le travail qui me prend tout ce temps.

Comme tous les ans, nous avons eu droit récemment au nouvel opus de la saga Call of Duty : cette année Infinite Warfare. Par la même occasion je me suis achetée une next gen, depuis le temps que ça me titillait … Cela se fait de plus en plus dans le monde des jeux vidéo, et Activision n’en est pas à son coup d’essai : la présence d’acteurs réels en tant que personnages. Pour cette saison, nous retrouvons Kit Harington en tant que grand méchant, mais également quelques petits clins d’oeil avec la présence de Lewis Hamilton ou encore David Hasselhoff dans le rôle d’un DJ qui vient à notre rescousse dans le mode zombie déjanté.

callofduty-zombies_0

Les rayons des jeux vidéo ont aussi laissé une bonne place à la nouvelle génération de Pokémon : Soleil et Lune. Grâce au battage médiatique fait par Pokémon GO pour les vingt ans de la licence, cette version s’est vendue à plus de 2 millions d’exemplaires en trois jours, et ce rien que pour le Japon. Sorties en France, les cartouches sont bien évidemment déjà disponibles ici. N’oubliez pas de bien regarder les prix des différentes enseignes, qui peuvent faire varier le prix de 34 à 56 euros selon où vous l’achetez …

Trepalium

Je vous avais précédemment parlé de la série Ainsi soient-ils diffusée par Arte, et je continue de promouvoir cette chaîne par le biais de Trepalium, diffusée en février 2016.

Dans un proche futur, la population est séparée en deux par un mur. D’un côté, la « Zone », avec les 80 % de chômeurs, de l’autre, la « Ville » hébergeant les 20 % d’actifs. Izia Katell vit dans la Zone où elle élève seule son fils. Elle est sélectionnée par le gouvernement pour devenir une « employée solidaire » à Aquaville, du côté des actifs. Elle va travailler chez Ruben Garcia, ingénieur en dépollution dévoué à son travail, qui vit avec sa femme Thaïs et sa fille devenue mutique.@Wiki

trepalium_vue_ville

En six épisodes seulement, Trepalium nous plonge dans un monde pas si éloigné que cela de la réalité actuelle, et pour cause elle évoque le thème omniprésent du travail (d’où trepalium) et plus symptomatiquement du chômage et de l’aliénation de notre société. Rappelant évidemment le système des castes et encore plus celui des murs dressés entre les populations, Arte a frappé fort autant par le scénario que par les décors utilisés et la façon mi-futuriste, mi-archaïque de traiter le sujet.

Avec Léonie Simaga et Pierre Deladonchamps en personnages principaux, la série n’a pas besoin de s’embarrasser de pléthore de personnages secondaires pour parvenir à ses fins, bien que j’aie été passablement déçue du film L’Inconnu Du Lac, dans lequel a joué ce dernier, mais ceci est une autre histoire. Tournée en Ile-de-France (à Trappes, Pantin ou encore Paris), la série nous permet de nous identifier dans les décors, sans même que nous les ayons déjà vus auparavant, peut-être grâce à une volontaire sensation de proximité et, aussi étonnant que cela puisse paraître, de banalité.

La première saison se suffisant à elle-même, il n’y aura pas de seconde saison, bien que la productrice pense à utiliser d’autres thèmes pour d’autres mini-séries du même genre, comme par exemple le vieillissement de la population …

A-t-on déjà vu été plus long ?

Réel article tranches de vie cette fois-ci, cela faisait longtemps que je n’avais pas parlé franchement sans me cacher piteusement et avec naïveté derrière d’autres prénoms. Boudiou que cet été est loong. Faute à des vacances en septembre (j’ai hâte ~) qui vont quand même me permettre de partir quand tout le monde sera rentré et la tête dans le guidon. Niark.

Je suis affreusement dépitée par la dernière saison d’Hannibal qui passe en ce moment. Elle présente un univers assez décalé par rapport aux deux premières et je comprends malheureusement pourquoi la série ne sera pas poursuivie.

melancolia_by_kique_centeno-d4hjd9s

Niveau travail je suis archie fatiguée, en train de courir entre plusieurs projets à la fois, plusieurs villes à la fois et en servant de back-up à mes collègues partis sur des plages lointaines. A charge de revanche donc. Bien que j’y mange plus ou moins bien, mes déplacements au Havre me fatiguent car la ville est tristoune, la mission est tristoune et je n’ai aucune espèce d’affinité avec mon client. Ah, et non, je ne suis pas une call girl.

Pour le reste, et je pense que c’est cela qui me pèse d’autant, j’ai le moral aussi changeant que le temps. Oscillant entre journées sympas où j’imagine mes prochains weekends et vacances et soirées archi déprimantes parce que je me sens bloquée sur bien des points qui me faisaient rêver. Ou peut-être juste des gens qui me faisaient rêver, et pour moi c’est énorme. Surtout quand je dois jouer au jeu du juste milieu entre dire ce que je pense et savoir garder pour moi ce qu’il ne faut pas particulièrement dire en société, ou aux personnes qu’on voudrait. « Voudrait » dans tous les sens du terme.

Je continue donc à manger des séries, manger des films (12h à regarder tous les Star Wars ce weekend, fiou) et manger tout court. Allez, bon été à vous !

Quand ma clope est devenue TaKlope

Je parle dans le titre de TaKlope mais je n’oublie pas tous les autres vendeurs et revendeurs d’e-cigarettes et liquides où je me fournis. Oh wait, je me souviens vous avoir dit début octobre que j’avais fait une formation pour arrêter de fumer ! Finalement je vapote encore, mais je ne fume plus de « vraies » cigarettes.

Je ne vais pas faire un article trop long, tout en sachant qu’il y a beaucoup de choses à dire à ce sujet. Tout d’abord niveau législation, nous avons toujours le droit de fumer dans les lieux publics. Pour ce qui est du lieu de travail, c’est à la discrétion de l’employeur. Ces deux prédicats resteront en application jusqu’à la fin de l’année à minima, pour le reste croisons les doigts.

Je suis en faveur de la cigarette électronique mais je m’insurge tout d’abord contre les exemplaires vendus assez facilement car les plus répandus, ceux-ci :

electronic cigarette

J’espère que le message est clair. Ce qui me désespère, c’est que bon nombre de fumeurs vont dans un premier temps tester cette e-cigarette (moins chère que les autres, vendue quasi partout, en gros abordable sur bien des plans), et donc détester, vu la qualité infecte de ce produit. Vous me direz, cela dépend des marques, en effet, mais dans la large majorité des cas c’est vraiment le modèle bas de gamme, réservé à des marques bas de gamme. Les fumeurs tentant de passer à autre chose risquent donc d’abandonner rapidement l’idée de la cigarette électronique pour revenir à la cigarette normale, malheureusement.

Pour le reste des modèles et des marques, le procédé est plus qu’abouti car les deux ne manquent pas. Je ne peux pas vous conseiller telle ou telle marque d’e-liquide par exemple, car tout dépend du goût de chacun mais également du parfum choisi. A titre d’exemple, j’adore le goût kiwi de la marque X alors que je n’apprécie pas particulièrement celui de Y, alors que pour le goût de framboise cela sera l’inverse. Je vous parlais précédemment des modèles vulgairement trop utilisés pour vous parler maintenant de ceux qui sont bien plus qualitatifs et que j’utilise dans la vie de tous les jours.

WP_20141207_004 Je conseille les deux premiers modèles à toute personne souhaitant commencer la cigarette électronique. Le procédé des mèches différent du modèle tout là-haut et la qualité globale du produit sont parfaits pour vapoter de manière simple et pratique. Je remarque d’ailleurs avec plaisir que de plus en plus de personnes que je croise vont choisir ces modèles de clearomiseurs plutôt que l’atomiseur que j’ai cité précédemment. A savoir que les deux montrés sur la photo ont une contenance doublée par rapport aux modèles standard (ce qui ne se voit pas forcément ici vu la grandeur de la batterie de la troisième).

La dernière donc est constituée d’un AeroTank, d’un drip tip tête de mort (la première cigarette permet également une personnalisation de drip tip contrairement à la deuxième) et d’un mod électronique constitué d’une pile accu, rechargeable directement via une prise électrique ou un ordinateur grâce au même câble universel qu’on utilise sur la plupart des téléphones. Le mod permet de modifier le voltage de la résistance ainsi que bien d’autres éléments selon le modèle. Pour le mien je peux également voir le nombre de bouffées fumées en une journée, le wattage et voltage, le pourcentage exact de la batterie et évidemment la date et l’heure en plus d’autres options que je n’utilise pas vraiment. Mon AeroTank permet quant à lui de régler l’arrivée d’air et donc l’intensité du tirage (comme pour une cheminée, sauf que c’est toujours autorisé en Ile-de-France) ainsi qu’une résistance plus puissante.

Il existe évidemment bien d’autres modèles, bien plus sophistiqués et puissants. La sophistication se verra dans les mods électroniques tandis que la puissance se retrouvera plutôt dans les mods mécaniques, avec un prix crescendo également. L’avantage de ces derniers mods est que la puissance est telle qu’une bouffée de liquide sans nicotine fera le même effet qu’une bouffée d’e-liquide en 6mg via les deux e-cigarettes à gauche de ma photo.

Bref je voulais faire un article concis, je vais donc m’arrêter là. Les produits proposés concernant les cigarettes électroniques sont en progression constante et les petits comme les gros fumeurs ont de quoi trouver leur bonheur parmi tous les modèles et tous les liquides en vente. C’est une évidence mais je me dois de la préciser, préférez les sites professionnels pour éviter les contrefaçons, car même si vous pourriez y gagner sur le prix, vous y perdriez niveau qualité et, mine de rien, santé.

Roland Garros, mon Amant. [3/2]

Troisième article, sur deux prévus initialement. Un premier sur ma passion de toujours, le tennis, un deuxième sur le tournoi de Roland Garros en lui-même, côté spectateur. Et aujourd’hui un troisième et pour le moment dernier, toujours sur Roland Garros, mais côté staff cette fois-ci.

Roland-gaga

Car derrière cet événement mondialement connu, des milliers de collaborateurs et hommes de main agissent dans l’ombre. Des arbitres aux journalistes, en passant par les hôtesses d’accueil, les vendeurs en tous genres, les policiers apprêtés pour l’occasion, les ramasseurs de balles, la sécurité intérieure et extérieure, les restaurateurs et les logisticiens, entre autres, car il me serait impossible d’en faire une liste exhaustive. Les célébrités que sont les tennismen et women ou encore les spectateurs et spectatrices à la Pippa Middleton ont en général tôt fait d’éclipser tout ce bas monde, difficile de dire si cela est à raison ou non. L’envers du décor est tel qu’il n’est pas amené à être dévoilé aux visiteurs lambda, dans l’optique légitime de maintenir la vision idéaliste et magnifique qu’est ce tournoi du grand chelem. Mais ne vous méprenez pas, travailler à Roland Garros n’a rien d’un enfer (avec un seul L à Roland s’il vous plait, tout le monde semblant s’être mis d’accord pour détruire ce prénom), cela reste juste un travail.

Et quoi de plus agréable pour un/une passionné(e) de tennis d’aller chaque jour fouler des pieds ce stade ? Comme de brandir son accréditation à l’entrée avec le moins de fierté possible ? De prendre son temps, avant de reprendre le travail, à la terrasse d’un stand Nespresso tout en écoutant un orchestre jouer la bande son de Super Mario ? Tout simplement de ne pas trainer les pieds en aller au travail, et ça, ça n’a pas de prix.

Je suis calme, comme toujours

Hier, c’était la journée de merde comme on n’en fait plus.

Vous savez, le type de journée où rien ne se passe comme prévu. Où vous vous réveillez une demi-heure avant que votre réveil ne sonne sans pouvoir vous rendormir ensuite. Où votre journée de travail se résumera aux horaires suivants : 8h30/20h15. Où vous vous renverserez du thé brûlant sur la main avant même d’arriver en salle de cours. Où tout ce que vous aviez prévu de faire ou dire passe à la trappe et où l’énervement vous guette de plus en plus. Ces jours où vous prenez cafés sur chocolats sur cafés pour tenir la journée entière, tout en oubliant de manger par la même occasion. Où vous ne savez pas où donner de la tête et où votre main va souvent plonger dans votre sac pour choisir au choix, sédatifs, calmants et magnésium. Où vous vous disiez la veille qu’il était temps d’arrêter de fumer mais qu’au final, non, ce jour là, ce n’est vraiment pas possible. Où vous vous mettez à tempêter contre des personnes n’y étant pour rien dans votre humeur du jour, tout en prenant les coupables avec un peu plus de pincettes. Ces jours où même l’horoscope du 20 Minutes semble se foutre de votre gueule et où votre ordinateur portable ne reconnait plus aucun point wifi pendant tout un après-midi. Ces jours où vous pensez en vous levant qu’il va vous arriver quelque chose de bien, que vous allez faire changer des choses dans votre vie et que vous ne pensez plus qu’à revenir 24 heures auparavant une fois sur le point de vous endormir.

Pour résumer, le nouveau clip de Mylène Farmer est décevant, Buried est décevant (je déteste illico toutes les personnes me l’ayant conseillé – bon ok pour l’originalité je lui ai tout de même mis 6/10 sur IMDB, je suis trop gentille) et le mois de décembre promet lui aussi d’être décevant. Plus que quelques jours avant les marchés de Noël, les vins chauds, les gaufres au sucre glace, les pains d’épice et les sandwiches fromage à raclette chaud / jambon corse. Hmm. Et je veux de la neige, vite, sinon je m’énerve !