films

Cinéma : Coups de cœur 2019

Comme vous avez pu le voir je me suis fait plus calme sur les critiques de films cette année, car j’en ai vus beaucoup (près de 100 sorties au cinéma cette année) et j’ai trouvé un moyen d’en parler tout de même, via le blog SeriesDeFilms, où je fais des revues mensuelles. La fin d’année est toutefois synonyme de rétrospective et j’ai souhaité me pencher sur les films que j’ai préférés cette année, me limitant à un film par mois seulement, le choix a été rude. Sans les trier par ordre de préférence, j’ai toutefois effectué un bref listing chronologique. En espérant vous donner envie de voir ceux que vous n’auriez pas vus !

L’Heure de la Sortie [Janvier]

Porté par Laurent Lafitte, ce film est un vrai thriller qui met mal à l’aise. On ne sait pas trop sur quel pied danser, on sent qu’un événement important va arriver mais on ne sait pas trop quoi. Le propos du film est difficile à cerner de prime abord mais bascule très rapidement vers l’écologie et les consciences de chacun à ce sujet. Le groupe de jeunes acteurs est très fort pour retranscrire les bonnes émotions et le casting dans toute sa globalité est un chef d’oeuvre. Le film est passé inaperçu car il est vrai que c’est un film français à petit budget mais il se tient d’un bout à l’autre et fait ressentir de vives émotions.

Le Chant du Loup [Février]

Mon gros coup de cœur de février dernier va au Chant du Loup (contre Alita et Nicky Larson que j’ai également bien aimés), que je suis allée voir sans en savoir grand chose. Le film met une bonne demi-heure à démarrer, pendant laquelle on peut avoir des difficultés à situer l’action et surtout à déterminer le genre du film. Cette partie de présentation passée, on rentre dans le vif du sujet et dans l’ambiance bien particulière de l’armée. Les rebondissements sont bien présents et la tension de certaines scènes est vraiment palpable. Les acteurs sont bons et malgré quelques légères incohérences le film est particulièrement réussi.

Us [Mars]

Battant à plate couture dans mon cœur Ma vie avec John F. Donovan sorti ce même mois, Us s’est révélé être une très bonne surprise. J’ai toujours un peu de mal avec le style horreur qui se mélange au fantastique (de type Ça) mais toute l’intrigue se recoupe d’une belle façon et est bien expliquée. La réalisation est très bien faite et le film fait son office, plus penché sur la tension que l’horreur pure. Jordan Peele, qui a également fait cette année la très bonne série remake de la Quatrième Dimension, montre qu’il en a sous le pied et je saurai l’attendre au tournant pour ses prochains films !

Shazam [Avril]

J’appréhendais un peu d’aller voir un film de super-héros pour adolescents, je pensais m’ennuyer quelque peu, d’autant plus que je ne suis pas forcément fan de super-héros de façon générale et que je ne le connaissais même pas. Ayant vu le même mois Captain Marvel et Avengers, cela commençait à faire beaucoup pour quelques semaines. Pourtant, la dose d’humour est bien présente et accessible à tous, la fin est un peu télescopée et prévisible mais le tout permet de passer un bon moment, en se laissant guider dans cet univers moins connu mais tout aussi plaisant.

Détective Pikachu + Rocketman [Mai]

Ok je fais une exception et positionne deux films pour mai car impossible de me décider entre l’amour et la raison. Mon coup de coeur du mois c’est Détective Pikachu. Pas forcément parce que le film est excellent mais parce que ça a touché ma corde nostalgique sensible. Dès la première scène, nous sommes plongés dans nos souvenirs du tout premier film Pokemon. Les allusions et clins d’œil sont présents tout au long du film, mais sans que cela ne soit trop forcé ou flagrant. Ce qui attire le regard dans ce film est bien évidemment le look du Pikachu et de ses comparses. Qu’on le trouve moche ou qu’on ait envie de lui faire des câlins, il faut tout de même avouer que le design de Pikachu est particulièrement léché. Il en va de même pour les autres Pokémon, bien que je trouve que certains semblent plus « naturels » que d’autres. On sent un réel travail de précision et une volonté de rendre hommage au matériau original. Ce long-métrage met en avant le virage que les derniers films d’animation avaient amorcé, c’est-à-dire le mélange entre l’existence des Pokémon et notre société actuelle.
Bonne adaptation partant d’un jeu vidéo, le film ne fait pas dans la demi-mesure mais apporte un résultat plus que satisfaisant, pour tous les publics, prêtant à sourire comme ravivant les souvenirs que tout un chacun peut avoir de sa propre expérience avec la licence Pokémon.

À la seconde marche de mon podium je place Rocketman. A part Taron Egerton je n’avais pas regardé le casting, et quel casting (bon ok j’ai confondu Bryce Dallas Howard et Christina Hendricks). Je ne suis pas du tout comédie musicale mais les passages de chants sont bien amenés et parfaitement chorégraphiés. Le film semble honnête et tendre et m’a beaucoup émue. Très bon biopic dans la lignée de Bohemian Rhapsody.

Parasite [Juin]

LE coup de coeur du mois c’est surtout Parasite. J’ai par la suite vu les autres films du réalisateur que je n’avais pas vus (Mother, Memories of Murder, le Transperceneige). Et c’est déjà très bon signe quand un seul film incite à se faire la cinématographie du réalisateur. Ce film fait rire, trembler, rester silencieux, appréhender, se questionner… Bref, il nous invite dans les événements et je l’ai trouvé maîtrisé de bout en bout ! Il faut dire qu’en face de ça ce mois-ci il y avait MIB dont aucune question à se poser.

Crawl [Juillet]

Car je suis fan d’Alexandre Aja même si ces derniers films étaient pour moi en-dessous de ce à quoi il nous avait habitués. Crawl maintient le suspense de bout en bout et montre de superbes prises de vues de la Floride. J’ai été heureuse de retrouver le réalisateur (avec Grégory Levasseur et Sam Raimi à la production) pour ce nouveau long-métrage.

Midsommar + Once Upon A Time … In Hollywood [Août]

L’incroyable Midsommar, le nouveau film d’Ari Aster, à qui l’on devait déjà le superbe et dérangeant Hérédité l’an dernier. Midsommar est tout aussi superbe et dérangeant. D’une durée de 2h20, ce qui est plutôt rare pour un film d’angoisse, Ari Aster nous montre sa pleine maîtrise de la réalisation, jouant avec plaisir avec les couleurs, les indices, les cadrages, mais également la légère distorsion de la réalité. Légère car remarquable en fond, sans être omniprésente. Attention, ce film est puissant et n’est pas à mettre devant tous les yeux, mais je considère le réalisateur comme quelqu’un à suivre et j’attendrai ses prochains films avec impatience.

Mention spéciale pour Once Upon A Time … In Hollywood, notamment car je connaissais bien l’histoire réelle dont parle ce film et c’est avec plaisir que je l’ai découverte ici. Ce film bénéficie de plusieurs degrés de lecture et je pense que ceux qui ignorent les événements dont parle celui-ci (surtout les non-américains) ne vont pas comprendre l’histoire de la même façon que les autres. Le long-métrage traîne parfois en longueur mais chaque scène est si bien jouée et bien filmée que c’est un régal de bout en bout.

American Skin [Septembre]

Mois un peu particulier pour moi vu que j’ai participé au festival de Deauville, donc je ne compte pas rentrer dans le détail des 20 films vus puisqu’ils ne sont évidemment pas encore sortis au cinéma (hormis le Woody Allen assez moyen). Je souhaite toutefois faire une exception pour American Skin si possible, qui se trouve être le film que j’ai le plus aimé depuis des mois, voire plus, et qui, en raison des distributeurs, ne sortira que directement en DVD / VOD et que j’aimerais mettre en avant pour vous inciter à le voir (standing ovation de plus d’un quart d’heure lors de sa diffusion au festival et grosse émotion pour moi lors de son visionnage).

Tout commence par un contrôle de police dans une riche banlieue américaine, qui va déraper. Un homme et son fils sont contrôlés et ce dernier est tué par un des policiers. S’en suit un procès où il est déclaré non coupable et une volonté du père de faire justice soi-même en prenant en otage un commissariat, peu importe qui se trouve dedans. J’ai trouvé que créer un climat anxiogène en mélangeant policiers, taulards, civils terrorisés et père à soif de vengeance était une idée de génie. Le tout saupoudré de dialogues et de réflexions pertinentes sur les bavures policières (ce qui n’est pas sans faire écho au cas de Steve en France), le conflit racial, ou encore la place de chacun dans la société. De bons arguments sont en plus portés par les deux camps, ce qui est appréciable et montre une volonté de ne pas prendre partie dans une certaine mesure, quand l’heure n’est pas à pointer du doigt le coupable. Il y a tant à dire sur ce film (l’aspect documentaire travaillé, les acteurs sublimes, la dynamique du montage, la violence de l’altercation policière, etc.) que je résumerais en disant qu’il était haletant jusqu’à la dernière scène et que c’est bien la première fois que j’utilise ce terme depuis le début du festival. Je vous invite véritablement à aller voir ce bijou dès qu’il sera disponible.

Joker [Octobre]

J’ai aimé le Joker car je ne suis pas fan des super héros et cet aspect ultra réaliste de Gotham m’a plus happée que les autres films de l’univers. Evidemment la prestation de Joaquin Phoenix, que je suis avec assiduité depuis Signes et Le Village, fait de ce film ce qu’il est, alors qu’il aurait pu totalement faire beaucoup moins de bruit avec un jeu d’acteur moindre.

A Couteaux Tirés [Novembre]

Il faut dire que ça faisait bien longtemps que je l’attendais celui-là. Truffé de bons acteurs, d’humour et d’une vraie enquête à rebondissements, dans un cadre, comme dit dans le film « comme un plateau de Cluedo », c’est avec réel plaisir que j’ai assisté à cette séance. Les spectateurs ont semblé être du même avis que moi puisqu’il y a eu une salve d’applaudissements à la fin. Amis du bon goût, je vous invite à aller le voir sans tarder !

Last Christmas [Décembre]

En vrai il n’est pas forcément dingo mais j’en ai vus peu en décembre. Je ne suis pas du tout fan des films de Noël, que j’assimile le plus souvent à des comédies romantiques à l’eau de rose. Last Christmas combine romance et comédie en effet, mais drame et réalisme sur bien des plans. Ce que j’en retiens du film et qui m’a fait l’apprécier, est qu’il met en avant le fait qu’être en couple n’est pas une fin en soi et qu’il faut avant tout être épanoui et bien avec soi-même et que c’est ce qui compte le plus. Je suis contente que ce parti pris soit porté car cela change des histoires utopiques qui ne me font pas aimer ce genre.

Et vous, quels sont vos coups de cœur pour cette année ?

Deauville Film Festival : 13 septembre 2019

J’avais prévu de voir 4 films aujourd’hui et finalement je n’en ai vus que 3. Plus par flemme et volonté de profiter d’une soirée peinarde, je plaide coupable, je ne verrai pas Seberg ce soir.

Skin

J’ai finalement rattrapé mon retard ce matin au cinéma du Casino, que je fréquentais également pour la première fois. Je suis désolée mais je n’aime pas ce genre de salles, inclinée en hauteur en direction de l’écran. Cela mis à part elle reste très belle, classieuse avec ses draps rouges, ses lustres et …. mais qui a eu l’idée de mettre des bandes métalliques le long des murs où la lumière de l’écran s’y reflète ?! Perturbant au début, j’ai trouvé que cela donnait parfois du relief, donc pourquoi pas.

Troisième film inspiré d’une histoire vraie que je vois pendant le festival, Skin nous entraîne dans un autre fléau américain : la suprématie de la race blanche. C’est également le second film (l’autre étant The Peanut Butter Falcon) que je vois être distribué par The Jokers et DIRE (distributeur indépendant). Le film nous montre un groupe de skinheads mais vu de l’intérieur, et surtout de la difficulté de s’en sortir et de faire marche arrière. Car eux voient plutôt cela comme retourner sa veste. On voit la discipline et l’obéissance prônées comme à l’armée, mais avant tout la volonté de quitter le mouvement, perçu comme une secte.

Carré dans sa réalisation, cherchant une volonté de montrer la vie telle qu’elle est sans effet de style, le film n’a aucun but artistique mais laisse passer beaucoup de sentiments. C’est un film fort, qui m’a laissée neutre sur bien des points, mais qui a le mérite de mettre en avant les associations qui cherchent à stopper ce mouvement.

The Lighthouse

C’était le film que j’attendais le plus et que je souhaitais voir depuis longtemps. Hé bien je ne m’attendais pas du tout à ça. Par « ça », je veux dire tout en noir et blanc et en 4/3. C’est un parti pris osé mais ça tient la route. Fort heureusement l’éclairage est maîtrisé et, comme pour The Wolf Hour, pas besoin de beaucoup d’acteurs pour faire tenir un film. C’est bien simple (à part l’apparition furtive d’une troisième personnage), vous n’y verrez que Willem Dafoe et Robert Pattinson. Je retiens avant tout de ce film non pas la fin que je n’ai pas tout à fait comprise, mais l’utilisation des sons, surtout des aigus et des basses, jusqu’à saturation par moments, cherchant je pense à nous faire penser à des ultrasons. J’ai du mal à avoir un réel avis à chaud sur ce film, il ne m’a pas forcément déçue et j’en ai compris le message principal mais la fin m’a laissée sur …ma faim.

Greener Grass

Film que je suis allée voir sur un coup de tête, parce qu’il me fallait rire un peu. Vu une demi-heure après The Lighthouse, c’est le grand écart. Les couleurs déjà, comme dans un cartoon ou une vieille sitcom. La musique et les petits jingles également, ainsi que l’humour global du film, qui m’a fait penser à Benny Hill.

Les deux réalisatrices nous ont expliqué que ce film était une satyre des banlieues américaines aisées, et il faut dire que c’est réussi. On se croirait à Barbieland, avec les gens qui conduisent des caddies de golf et donnent leurs enfants à leur voisine quand ils n’en veulent plus. C’est surréaliste, c’est cynique, mais il faut dire que cela fait du bien.

Les films prévus pour ce weekend sont avant tout des rattrapages des films en compétition, que j’ai déjà vus, donc je pense que je vais en profiter pour me balader aux alentours et peut-être voir un ou deux films que j’ai déjà cochés dans mon petit carnet. Je ferai une brève liste de mes films préférés de ce festival avant la décision du jury !

Deauville Film Festival : 12 septembre 2019

Journée calme ce jeudi avec « seulement » deux films vus, et un seul en compétition sur les deux projetés. Je ne ferai donc pas un « grand chelem » des films recherchant un prix. Je me suis véritablement posé cette question hier soir de voir ou non tous les films en compétition, même s’ils ne m’intéressaient pas forcément et j’en reparlerai dimanche lors de mon article de clôture. Aujourd’hui donc deux films (et une escapade à Pont-L’Évêque pour visiter Calvados Expérience car je suis en train d’exploser mon quota d’écran) :

Judy And Punch

C’est incroyable à quel point ce festival a au jour le jour bouleversé tout le planning que je m’étais fait avant d’arriver. Par exemple, pour ce matin j’avais prévu d’aller voir Memory : The Origins of Alien (documentaire making-off sur le premier film Alien) à 9h au Morny, puis enchaîner dans la même salle avec Sils Maria. Le temps brumeux a eu raison de Memory et j’ai finalement décidé d’aller voir Judy And Punch car The Climb (le second film en compet’ aujourd’hui) ne m’intéressait pas du tout mais je voulais en voir au moins un, et je ne regrette pas du tout mon choix !

Nous sommes plongés dans un tout autre temps et un tout autre lieu : une campagne au temps de la sorcellerie. Mais sans que cela ne soit traité sous l’angle de l’horreur. Pour autant, on sent beaucoup de modernité, notamment dans les musiques utilisées, et ça dès le générique d’ouverture. La bande son étant dans son ensemble très bonne. Une bonne touche d’humour est également apportée, même dans les moments qui le suggèrent le moins. La mort d’un personnage a dans le même temps terrifié et fait rire le public (moi y compris), et ce n’est pas souvent qu’on ne sache pas quoi éprouver devant une scène. Mêlant croyances populaires, possible rédemption, vengeance et alcoolisme, Judy And Punch est une réussite, qui parvient à nous emmener dans une autre époque et à nous divertir.

JT Leroy

Je ne connaissais pas du tout l’histoire vraie dont est issu ce film. Mais cela me permettait de voir Kristen Stewart en attendant la séance de Seberg que j’ai programmée pour demain. Le résumé de wiki (je suis désolée mais je n’ai pas le courage aujourd’hui) : Dans les années 1990, Laura Albert, une femme écrivain, se fait passer pour un transgenre nommé JT LeRoy (Jeremiah « Terminator » LeRoy). En public, JT LeRoy est « joué » par son amie Savannah Knoop jusque dans les années 2000, pour duper le monde des célébrités, de la mode et des lettres. Mais le canular sera démasqué par le New York Times. Le film est par moments un peu longuet et se déroule plutôt dans les années 2000. Je l’ai trouvé lent car ce qu’on recherche aussi c’est voir la supercherie tomber, et finalement ce n’est que très peu abordé. Nous suivons plutôt l’engrenage et l’escalade de mensonges qui lient les personnages principaux, en grande partie féminins. En tant que frenchy j’ai été contente de voir que les personnages secondaires présents lors des passages en France étaient de vrais français, parlant un vrai français, ce qui n’est pas si fréquent dans les films US. Ce film est vite oubliable mais c’était pas mal de voir Kristen filer un bécot à Diane Kruger.

Mes projets pour demain s’ils ne changent pas d’ici là ? Skin pour rattraper mon retard, The LightHouse parce que ça fait bien longtemps que j’ai envie de le voir et Seberg.

Deauville Film Festival : 11 septembre 2019

Retour tout d’abord sur ma séance d’hier soir. Bien qu’ayant ma propriété à cinq minutes à pied du cinéma Le Morny, c’était la toute première fois que j’assistais à une séance ici. Il faut dire que ma carte UGC Illimité me pousser à aller au cinéma plutôt en Ile-de-France. J’ai trouvé la salle toute mimi. Il y avait même des fauteuils individuels, trop choupi. Et comme au CID, de la place pour mes jambes de géante ! Je n’ai pas réussi à trouver la capacité de la salle, mais elle était à vue de nez remplie à 98%, pour voir :

Waiting for the Barbarians

On sent dans ce film la grosse production américaine (décors, costumes, acteurs), et ce n’était pas pour me déplaire, après les précédents que je venais de voir. Attention, NE LISEZ PAS LE SYNOPSIS DE WIKIPEDIA car il résume en quelques lignes l’intrigue d’à peu près 1h20 du film sur 1h52. Vous me direz, si un film peut être résumé en quelques lignes c’est qu’il est bien pauvre. Que nenni. Il n’y a pas que le final qui importe, loin de là, mais tout le déroulement et les péripéties qui amènent à cette fin, je ne vous apprends rien. On va dire que ce film nous raconte l’histoire d’un campement britannique en plein désert, qui vit en paix avec le peuple nomade qui est établi dans les contrées (les barbares). Mais les agissements d’un colonel arrivé sur le camp va mettre à mal l’accord tacite de non agression entre les deux camps. Jusqu’à nous faire nous demander qui sont réellement les barbares de l’histoire.

J’ai beaucoup aimé ce film. Les jeux d’ombres et de lumières sont omniprésents, les couleurs chaudes nous emportent véritablement dans ce désert (la photographie au global est magnifique) et les personnages peu nombreux, mais avec des personnalités bien marquées, ont fait que je n’ai pas vu passer le temps. Les quelques plans larges sur les paysages sont superbes, mais utilisés avec parcimonie et Robert Pattinson est vraiment toujours aussi pâle !

Pas de temps pour cette nouvelle journée, où je me suis programmée 4 films !

The Peanut Butter Falcon

Avec Zack Gottsagen (acteur atteint du syndrome de Down qui connaissait les réalisateurs depuis plusieurs années et qui lui ont écrit spécialement ce film pour qu’il joue dans son premier long-métrage), Shia LaBeouf et Dakota Johnson, ce film est une réussite et est pour moi le deuxième coup de coeur que j’ai eu pendant ce festival jusqu’alors. Empli de joie de vivre, le film montre qu’on peut tout aussi bien traiter d’un sujet grave avec légèreté, à travers une quête initiatique. Le trio d’acteur est au poil et semble avoir pris plaisir à jouer. Certains passages sont véritablement comiques (filer un coup de poing à un gosse malpoli, c’est quelque chose qu’on ne voit que trop rarement dans les films !), voire même carrément surréalistes mais rentrent parfaitement dans le cadre établi par le film.

Je suis vraiment contente de cette bonne surprise car je ne sais pas si je serai allée le voir hors du festival. Le public était très réactif et cela faisait également plaisir à voir. Que cela m’a fait du bien de rire un peu après tout le carcan américain des banlieues glauques et ennuyeuses vues dans les précédents films, et je ne dois pas être la seule à penser cela car les applaudissements à la fin de la projection ont duré plus longtemps que la plupart des autres films.

Watch List

Deuxième public au monde à pouvoir visionner ce film, nous assistons à l’enquête d’une mère de famille aux Philippines face au meurtre inexpliqué et gratuit de son mari, découvert avec de la drogue sur lui alors qu’il n’en connaissait et n’en vendait plus. Dur, dès les premières paroles, le film est une production philipino-américaine (ou l’inverse) qui nous donne donc une vision différente de celle mise en avant par les autres films présentés. Ouf, pas de banlieue américaine ici. J’ai pris beaucoup de notes sur l’histoire en elle-même (que je ne souhaite pourtant pas vous spoiler) et peu sur mon avis.

Watch List m’a gênée car l’héroïne est entraînée dans un engrenage qui lui fait perdre de vue l’objectif premier du film : trouver l’assassin de son mari. Vient ensuite une seconde quête qui prend le pas mais le personnage principal ne semble pas se rendre compte de l’évidence et est assez naïve sur certains aspects. La vision du monde tel qu’il est décrit est stupéfiant et a du demander un énorme travail de réalisation mais je n’ai pas été conquise par la façon dont a été menée l’histoire.

Charlie Says

J’avais hâte de voir ce film car je suis assez calée sur les tueurs célèbres, dont Charles Manson. A savoir que ce long-métrage se focalise sur trois des disciples de Manson, alors emprisonnées à vie, qui vont revenir sur cette époque charnière et peut-être, en tirer des enseignements. Boudiou que j’ai trouvé que ce film était lent. J’ai pris plaisir à retrouver deux actrices que j’apprécie beaucoup (dont Merritt Wever), mais à part cela je n’en ai pas retenu grand chose. C’est peut-être en raison du sujet que je connaissais déjà de bout en bout et qui ne m’a pas semblé apporter quelque chose de novateur. Les images sont sans grande prétention et je ne suis pas particulièrement ravie du choix de l’acteur pour incarner « Charlie ». Bref un bof.

American Skin

J’ai fini cette journée chargée en beauté par American Skin, qui me titillait beaucoup depuis que je savais qu’il avait eu droit à une standing ovation de plus d’un quart d’heure lors de sa diffusion au CID l’avant-veille. Et quelle claque. J’ai pris deux pages complètes de notes tellement tout me semblait intéressant à noter.

Tout commence par un contrôle de police dans une banlieue américaine (oui, encore), qui va déraper. Un homme et son fils sont contrôlés et ce dernier est tué par un des policiers. S’en suit un procès où il est déclaré non coupable et une volonté du père de faire justice soi-même en prenant en otage un commissariat, peu importe qui se trouve dedans. J’ai trouvé que créer un climat anxiogène en mélangeant policiers, taulards, civils terrorisés et père à soif de vengeance était une idée de génie. Le tout saupoudré de dialogues et de réflexions pertinentes sur les bavures policières (ce qui n’est pas sans faire écho au cas de Steve en France), le conflit racial, ou encore la place de chacun dans la société. De bons arguments sont en plus portés par les deux camps, ce qui est appréciable et montre une volonté de ne pas prendre partie dans une certaine mesure, quand l’heure n’est pas à pointer du doigt le coupable. Il y a tant à dire sur ce film (l’aspect documentaire travaillé, les acteurs sublimes, la dynamique du montage, la violence de l’altercation policière, etc.) que je résumerais en disant qu’il était haletant jusqu’à la dernière scène et que c’est bien la première fois que j’utilise ce terme depuis le début du festival. Je vous invite véritablement à aller voir ce bijou dès qu’il sera disponible en salles.

Fiou, j’espère avoir un peu plus de temps libre demain car depuis quelques jours c’est vraiment du sport !

Deauville Film Festival : 10 septembre 2019

 Normalement, la journée la plus froide de la semaine – ce lundi – est derrière nous ! Ce n’est pas que je passe le plus grand de mon temps à l’extérieur, bien au contraire vu le contexte, mais je ne serais pas contre passer un peu de temps à me promener sur la plage (ce sont quand même mes vacances estivales mince !).

Je pensais vraiment voir tous les films en compétition mais je ne suis sciemment pas allée voir Bull ce matin. Il y était question d’un ancien torero dans un quartier défavorisé, et franchement ça ne faisait pas vraiment partie de mes aspirations. J’essaye d’être le plus ouverte possible et c’est également cela que j’apprécie et j’admire dans un festival : pouvoir voir des films différents, être surpris et sortir de ses préférences. Pour autant, j’ai préféré aller voir le second festival du coin qui se déroule en même temps : le festival Off-Courts de Trouville, dédié aux courts-métrages.

Bon en fait, ça c’est ce que j’avais écrit ce matin en me levant. Mais motivée par l’esprit du festival (et réveillée tôt comme d’habitude), je suis allée faire quelques emplettes à Trouville, suis passée vers Off-Courts (mais les courts-métrages sont plutôt diffusés l’après-midi, en même temps que les films en compétition à Deauville) et ai pris le bac pour rallier Deauville. Il était peu de temps avant la diffusion de Bull et j’ai donc décidé d’aller assister à la projection.

Avant d’aller plus loin, je suis très fière de vous annoncer qu’à défaut d’avoir trouvé un tableau peint avec un goéland argenté, j’ai pu me procurer à l’Office de Tourisme de Trouville une peluche de mouette. C’est un bonheur simple à mes yeux que je souhaitais souligner.

Bull

Bien que la réalisatrice n’ait pu être présente, cette dernière nous a toutefois laissé une petite vidéo de présentation de son long-métrage. Centré comme je le disais précédemment sur le milieu des toreros (que j’avais dans ma tête confondu avec la corrida, ce qui faisait que je ne voulais pas aller le voir), le film ne montre jamais de passages avec de la cruauté envers les animaux. Il nous parle du rapprochement de deux êtres que tout oppose : les passions, l’âge, le sexe, la couleur de peau. Mais chacun va donner un sens à la vie de l’autre, apprendre à le découvrir, ainsi que ses aspirations et ses blessures. Comme le film suivant, c’est un film « tranches de vie », ce qui n’est pas du tout mon domaine de prédilection. Le film, tourné à Houston, est beau sur le fond, et peut être une leçon de vie pour des adolescents qui se cherchent, mais je n’ai pas franchement réussi à ressentir les émotions des personnages et il m’a laissé de marbre.

Mickey And The Bear

Après un opening bien punchy et les éléments mis en place (une lycéenne qui travaille dans un atelier de taxidermie pour rapporter de l’argent à la maison et qui vit avec son père, ancien Marine accro aux médocs), on se rend vite compte que le film reste creux dans sa globalité. Le thème de l’addiction est vite mis au second plan et ne semble pas être réellement le sujet du film. J’aurais plutôt pensé à un syndrome de Stockholm et à la vie de tout adolescent devant jongler entre les études, un petit boulot et un ou deux parents spéciaux.

Les scènes charnelles présentes à plusieurs reprises pendant le film sont toutes évoquées avec pudeur, qu’elles soient pleines d’amour ou d’horreur. Mickey And The Bear peut avoir la volonté de nous sensibiliser au sujet de l’addiction médicamenteuse, réel problème aux Etats-Unis, mais ne réussit pas forcément à aborder le point avec explications et ouverture. Comme pour Bull, je suis restée assez neutre pendant la projection, jusqu’à la fin, poignante, sans pour autant que cela ne sauve le film à mes yeux.

J’espère rattraper le coup ce soir, car (et c’est pourquoi je poste mon article si tôt aujourd’hui), je file me mettre les pieds sous la table au Berbère (dont j’avais déjà parlé ici) avant de croiser les doigts pour avoir de la place à la projection au Morny de Waiting For The Barbarians avec Johnny Depp.

Deauville Film Festival : 9 septembre 2019

Journée chargée aujourd’hui avec trois films et une escapade à Honfleur avant de me réfugier sous mon plaid au lieu de sous la pluie.

Knives And Skin

Une bonne partie des spectateurs ayant vu le film semble l’avoir trouvé nébuleux, à la limite de la compréhension, avis que je ne partage pas du tout : c’est plutôt ce que je dirais de Ham On Rye vu hier. J’en ai même parlé au JT de France 3 Normandie de ce soir, et toc !

Ce film, d’après les dires de la réalisatrice avant la projection, nous parle essentiellement de la place des femmes dans la société, et il est vrai qu’elles sont omniprésentes dans ce film. Nous suivons l’histoire de la disparition d’une lycéenne, et plutôt que de réellement chercher le coupable, nous nous concentrons surtout sur les vies de ses proches qui continuent de suivre leur cours, plus ou moins comme si de rien n’était selon les cas. Même si le thème ne s’y prête absolument pas, il y a quelques passages comiques, qui ont bien fonctionné sur la salle, des passages musicaux également (non pas avec de la danse mais adaptés au contexte (cours de chorale) ou transmettant les pensées des personnages). Les effets de post-production et d’enchevêtrement des images sont des plus sympathiques et donnent parfois un aspect mystique aux événements. Knives And Skin est un film agréable mais malgré tout sans plus, même si plein de bonne volonté.

The Wolf Hour

Second film en compétition de la journée, The Wolf Hour est un huis-clos où Naomi Watts vit seule chez elle à tel point qu’il lui est devenu difficile d’en sortir. On ne sait pas exactement depuis quand elle se nourrit de livraisons à domicile mais cela semble faire des mois à minima. Le réalisateur, Alistair Banks Griffin, en est cette année à sa deuxième participation au festival du cinéma américain de Deauville et semblait très enjoué d’y revenir. Naomi Watts étant actuellement en Thaïlande, elle n’a malheureusement pas pu nous faire l’honneur de sa présence. Oppressant, ce film s’appuie en grande partie sur la bande son et les effets sonores de toute sorte pour transmettre son ambiance angoissante (on en parle de la sonnette de l’interphone ?!). Le film est porté par la performance de l’actrice, qui est seule 80% du temps de la durée du film et semble véritablement terrifiée tout du long. The Wolf Hour nous montre par moments que la maison n’est pas forcément l’endroit où l’on peut être le plus en sécurité et qu’il est important de surmonter ses peurs, menant ainsi à l’espoir et au dépassement de soi pour une vie meilleure.

The Wind – Terre Maudite

Un film d’horreur à Deauville, on aura tout vu ! D’horreur, j’exagère un peu, mais d’angoisse il va sans dire. Je regarde des films de ce genre à la pelle et je pense que je deviens de plus en plus critique les concernant. The Wind m’a semblé assez confus bien qu’il rejoigne le thème de la paranoïa abordé dans The Wolf Hour également. J’ai été déroutée par l’enchaînement des événements que j’avais du mal à situer dans le temps, en me demandant s’il était question d’un flashback ou non. L’ambiance en elle-même reste propice à l’angoisse et, jusqu’à un certain point, on ne sait véritablement pas si la menace est réelle ou si elle n’est que le fruit de l’imagination de l’héroïne, ce qui vaut quelques moments percutants. Cela mis à part, je reste assez neutre quant au film dans sa globalité et lui mettrai la moyenne, ni plus ni moins.

PS : Vous n’aurez pas de photo centrée car je préfère être sur les bords =}