films

Au cinéma en 2018

Je ne vais évidemment pas faire la liste exhaustive de tous les films qui vont sortir cette année, mais plutôt mettre l’emphase sur ceux que j’attends et que j’irai fort probablement voir. Les dates de sorties (en France, hors festivals) sont données à titre indicatif et peuvent toujours être amenées à varier.

Pour commencer cette année je suis déjà allée voir trois films : Insidious : La Dernière Clé (dont j’ai parlé ici), 24H Limit (qui s’est révélé être un bon film d’action efficace, même si pas étonnant pour un sou) et La Monnaie de leur pièce (pas vraiment intéressant, tout juste passable, mais j’avais un moment libre sur ma pause déjeuner pour passer à l’UGC du coin). J’en attends donc de mieux pour la suite !

Le Labyrinthe : Le Remède mortel (7 février 2018)
Je n’ai jamais lu les livres mais j’ai beaucoup apprécié les deux premiers volets de la trilogie. Parmi la lignée des films pour adolescents qui sont sortis cette dernière décennie (Divergente, Hunger Games, Twilight), j’ai préféré le Labyrinthe car le suspense était en comparaison plus présent et faisait tenir le film, plus que ce dernier ne s’appuyait sur une romance avec des péripéties autour pour décorer. Ce que je reprocherais aux autres licences. Adapté du dernier tome de L’Épreuve de James Dashner, ce film est là pour clôturer la saga (en un seul volet s’il vous plaît) et permettra, je l’espère, de lever le voile sur certains points d’incohérence du deuxième.

La Forme de l’eau / The Shape of Water (21 février 2018)
Avec ses 13 nominations aux Oscars, Guillermo del Toro nous revient en forme depuis ses derniers blockbusters. Je suis assez curieuse quant au film, qui aborde deux genres pour lesquels j’ai un avis complètement opposé : le fantastique et les monstres (ouais !) et la romance (eurk). Quitte à aimer des vampires on peut bien aimer des hommes poissons. C’est un peu ce qui me fait peur dans ce film. J’ai pourtant confiance en Del Toro pour traiter le sujet en bonne intelligence.

Tomb Raider (14 mars 2018)
Nous y revoilà, un petit reboot de dernière les fagots. Alicia Vikander remplace Angelina Jolie et je dois dire que je vais devoir m’y habituer. On est d’accord, les premiers films ne sont pas transcendants mais ils avaient leur charme (elle aussi d’ailleurs) et ont pour moi ce goût nostalgique de l’adolescence. Rien de bien nouveau à expliquer au sujet de l’histoire, qui reprend celle de Lara Croft depuis le début et sera disponible en IMAX 3D selon les salles.

Ghostland (14 mars 2018)
Au risque de me répéter, (Incident in a) Ghostland n’est autre que le tant attendu film de Pascal Laugier, avec Mylène Farmer parmi les actrices principales. Présenté au prochain Festival international du film fantastique de Gérardmer, on devrait en déterminer le succès très prochainement. Car il ne suffit pas de mettre Farmer dans un film pour qu’il soit bon (on a hélas vu le contraire se produire). Pascal Laugier a réalisé le long-métrage mais a également fait le scénario, ce qui pèche en général le plus dans les films d’horreur. Il ne reste plus qu’à attendre et croiser les doigts.

L’Île aux Chiens (11 avril 2018)
Si vous vous souvenez de Fantastic Mr. Fox et que vous avez aimé, je pense que vous trouverez comme moi votre bonheur dans le dernier film de Wes Anderson (pas celui des Resident Evil, l’autre). La technique de l’animation en volume y est également utilisée, ce qui donne un ton très réaliste aux personnages canins. Film d’aventure (et d’amitié) qui prêtera sans nul doute à être ému, les voix américaines présentes au casting ont le mérite d’être connues : Bryan Cranston, Edward Norton ou encore Bill Murray, en passant par Scarlett Johansson et Yoko Ono. Le film fera l’ouverture à la Berlinale 2018 et nous promet assurément de passer un bon moment.

Avengers : Infinity War (25 avril 2018)
Allez, j’arrête de présenter le MCU et on va droit au but. Plus gros budget de l’histoire du cinéma (480 millions de dollars) et plus importante présence d’acteurs principaux / secondaires durant le film (67), et bankables et donc chers. Il sort en France une dizaine de jours avant de sortir aux Etats-Unis, et ne sera finalement qu’une étape pour nous mener à Avengers 4, 22ème film du MCU, prévu pour mai 2019. Je suis blasée de tous ces films de super-héros mais j’irai sûrement le voir également.

Slender Man (16 mai 2018)
Il en aura fallu du temps avant de passer d’une légende urbaine creepypasta (comme le thème de Lavanville alala) à un film d’horreur assumé. Pas grand chose à dire si ce n’est que les jeux inspirés de ce personnage étaient déjà bien flippants donc je n’ose imaginer sa présence à l’écran. Comme dit précédemment et comme souvent dans le genre de l’horreur, nous ne sommes toutefois pas à l’abri d’un bon gros navet.

Deadpool 2 (30 mai 2018)
C’est reparti pour la folie des grandeurs. Du loufoque, de la vulgarité, de l’action, le tout quand même plus mature que Kick-Ass, la suite de Deadpool arrive ! Et c’est à peu près à quoi se résume le synopsis du film : la suite des aventures de Deadpool. Et si ça peut empêcher Tim Miller de finir son Terminator 6, je dis oui.

Jurassic World : Fallen Kingdom (6 juin 2018)
Le premier film (le tout premier) était emblématique, les suivants un peu moins. Jurassic World, sorti en 2015, a fait amende honorable et s’est bien débrouillé pour faire le lien avec l’histoire originale, tout en mettant à jour les effets spéciaux et rendant le tout cohérent. J’ai un peu peur qu’ils veuillent surfer sur le succès du précédent film, sans apporter de réelle valeur ajoutée. Mais pour une fois, l’histoire ne va pas être celle d’humains qui veulent se sauver, mais d’humains qui veulent sauver des dinosaures. Le duo photogénique Chris Pratt et Bryce Dallas Howard devra donc se serrer les coudes pour réussir et en faire un bon film.

The Nun (11 juillet 2018)
Arrêtez tout ! La nonne de Conjuring a enfin son film à elle toute seule, avec Taissa Farmiga au casting (contrairement à Vera Farmiga dans Conjuring) et Bonnie Aarons qui endossait déjà le rôle de la religieuse démoniaque. Chronologiquement avant tous les autres films de la franchise, The Nun a été tourné en Roumanie sur une trentaine de jours. Point notable (qui peut faire peur mais pas dans le bon sens), il ne sera pas réalisé par James Wan, mais seulement produit par lui.

The Predator (15 août 2018)
Mouais bof, on verra. Quatrième film de la franchise (à sortir plus de trente ans après le premier), je n’en attends rien de bon. Predators (sorti en 2010) n’était pas mauvais, mais la suite de films a été largement impactée par les deux lamentables AVP (comprenez Alien vs. Predator). Comme d’habitude ça va castagner en mode survie et je ne pense pas que le succès au box office soit au rendez-vous.

Venom (10 octobre 2018)
Bienvenue dans le Sony’s Marvel Universe. Tom Hardy change de look et endosse le costume de Venom, précédemment vu dans Spider-Man 3 (le bon, celui de Sam Raimi). Une histoire centrée sur un ennemi, ce n’est pas courant. A voir si cela sera tout de même intéressant. L’occasion peut-être de savoir s’il y a un lien entre le personnage principal et Split (en attendant Glass) …

Chair de Poule 2 (17 octobre 2018)
Avouez, vous ne l’aviez pas vu venir dans ma liste celui-là. Je n’étais pas allée voir le premier au cinéma mais je l’ai vu par la suite, et j’ai été agréablement surprise. Plutôt à destination des enfants, il n’en reste pas moins bien tourné et reprenant avec plaisir les traumatismes de notre enfance présents dans les livres de R.L. Stine. Ce n’est toutefois pas encore très clair concernant la présence ou non de Jack Black dans ce deuxième opus.

Les Animaux Fantastiques : Les Crimes de Grindelwald (14 novembre 2018)
Ressortez les fanboys qui ne parviennent pas à se remettre du film Voldemort : les origines de l’héritier (très bien réalisé au demeurant pour une équipe et un budget réduits). Comme son nom l’indique, le film se concentrera sur Grindelwald et nous permettra de faire revenir Dumbledore dans l’histoire (comme des petits oignons). Je n’ai pas énormément apprécié le premier film, qui n’était à mes yeux que pour continuer de faire tenir la licence, mais j’irai sans doute voir aussi celui-là, car moi aussi je suis fan d’Harry Potter.

Bohemian Rhapsody (fin décembre 2018 ou 20 février 2019)
Dernier film et non le moindre puisque ce projet sur la vie de Freddie Mercury et de Queen a été commencé en 2010, rien que cela. C’est finalement le très bon Rami Malek qui incarnera le chanteur, après moult changements. Sacha Baron Cohen ayant quitté le projet en 2013, Daniel Radcliffe annoncé par des rumeurs démenties, avant que le nom de Ben Whishaw ne soit proposé, pour finalement aboutir sur Rami Malek après le renvoi de Bryan Singer du plateau. C’est tumultueux mais c’est peut-être représentatif du film également. A voir si le long-métrage pourra proposer un scénario cohérent après autant de modifications du staff.


Comme vous le voyez, beaucoup de plus ou moins belles choses à venir pour cette année 2018, sachant que je n’ai parlé que des films principaux et qui m’intéressaient. Ce qui laisse la place pour le reste.

Publicités

Sorties Cinéma Automne 2017

Hé oui, même si les températures sont basses, l’hiver n’est officiellement pas encore là. J’ai donc encore le temps de vous donner la petite rétrospective que je vous avais promise sur mes dernières sorties ciné.

Mother!

Assez fan de Darren Aronofsky depuis Requiem for a Dream (et confortée dans mon avis par Black Swan, contrairement à ses autres films), c’est avec une vraie curiosité et une réelle envie que je suis allée voir Mother! Je pense que j’étais dans de meilleures dispositions qu’ont pu l’être nombre de spectateurs qui avaient oublié le nom du réalisateur. Car quand on connaît l’oeuvre d’Aronofsky, on ne peut pas s’imaginer que le film va être adorable, sensé, ou encore juste normal. Ce qui a pu expliquer le choc, voire le dégoût de beaucoup de personnes lors de la projection. Je savais où j’allais, de la même façon que je suis consciente de l’état d’esprit avec lequel voir un Lars von Trier.

Mother!

Le film est dérangeant et va gêner sur différents points, selon les sensibilités des gens. L’aspect home invasion, l’histoire du bébé, la métaphore biblique de tout le long-métrage … tout peut dérouter dans ce film. Je l’ai apprécié car je m’attendais à quelque chose d’aussi alambiqué mais j’ai été déçue car la première scène en dit bien trop. Mon avis est que cela reste volontaire car je n’imagine pas le réalisateur faire une aussi grosse erreur de mise en scène. Les acteurs sont bons, même si Jennifer Lawrence apparaît trop passive, malgré les louanges qui ont été faites à son égard.

D’après une histoire vraie

Je n’avais pas lu le livre, et j’aurais peut-être du. Commençant comme un thriller dramatique, le final apparaît bien décousu et le tout bourré d’incohérences néfastes au scénario. Les scènes sont assez épurées pour instaurer un climat lourd, mais trop, au risque de perdre en détails importants. Le film m’a perdue, mais pas pour de bonnes raisons.

D’Après une Histoire Vraie

Mon Garçon

Originale que cette idée du réalisateur Christian Carion (Une hirondelle a fait le printemps / Joyeux Noël) de tourner ce film alors que Guillaume Canet, le personnage principal, n’a aucune connaissance du scénario. Tourné en seulement six jours avec très peu d’acteurs – mais non des moindres – le film raconte l’histoire de Julien qui part à la recherche de son fils suite à son enlèvement. L’absence de script est bien traitée, même si on sent parfois quelques moments de mou. Je ne vais pour autant pas les critiquer négativement car ils permettent un réalisme bienvenu et une immersion vraisemblable dans l’action.

Ça

Je n’ai pas non plus lu le roman original de King, mais j’ai pu suivre les précédentes productions basées sur l’oeuvre. J’ai eu du mal à accrocher au mélange thriller / horreur / fantastique. Je suis pourtant habituée au surnaturel (vu mon quota de films d’exorcismes visionnés chaque année), mais l’aspect résolument fantastique du méchant n’a pas permis de me projeter dans l’histoire. Les effets spéciaux sont néanmoins très bien réalisés et les jeunes acteurs, surfant sur la vague du Stranger Things like, font preuve d’un bon jeu, malgré quelques écueils scénaristiques regrettables, mais liés au domaine de l’horreur.

Kingsman – Le Cercle d’Or

Kingsman – Le Cercle d’Or

Ayant adoré le premier volet, c’est avec plaisir que je suis allée voir le second. Jouant à fond la carte de la comédie et de l’action, le film est agréable de bout en bout, même si je l’ai tout de même trouvé bien long alors qu’il aurait sans problème pu être raccourci d’une demi-heure. Le tout reste du grand spectacle fait avant tout pour divertir, avec un humour british toujours au rendez-vous mais peut-être un peu moins vulgaire que lors du premier opus.

D’Éric Toledano et Olivier Nakache je n’avais vu qu’Intouchables (que j’avais apprécié sans réellement comprendre tout l’engouement lié à sa sortie). Le Sens de la Fête reste dans la même veine comique, mais sans vraiment se renouveler. J’ai beaucoup aimé le film mais on sent les gags rabâchés et les acteurs finalement cantonnés à leur style de jeu habituel. A côté de cela, la bande son est bien choisie et les décors filmés avec soin. Mais vu le rythme du film je me suis dit qu’ils auraient même carrément pu le tourner en un gigantesque plan séquence.

Épouse-moi mon pote

Je reprocherais les même tares à Épouse-moi mon pote, pour ce qui est d’user des ficelles qui ont déjà été utilisées par le passé dans leurs anciennes productions. Mais comme c’est une comédie qui fonctionne bien, cela reste cohérent de s’en servir à nouveau. Le film ne vole pas haut du tout mais c’est à la mode en ce moment, et si c’est ce que le cinéma comique français peut faire de mieux, je me dis que c’est toujours ça de pris. Si vous avez ri aux précédents films de Lacheau (Babysitting 1/2, Alibi) celui-là vous plaira aussi, même s’il n’en est pas le scénariste. Et il faut se préparer à le voir à l’écran car en 2019 ce sera lui Nicky Larson.

Jigsaw

Après six films de bon niveau et un septième qui s’est révélé être une sacrée bouse, celui-ci méritait toute mon attention. Je suis allée le voir par loyauté plus que par envie, surtout que je ne m’attendais pas à un chef d’oeuvre, bien au contraire. Finalement, il n’était pas si pire qu’on aurait pu l’imaginer. Les acteurs sont ceux de films d’horreur de série B mais cela en fait leur charme, les façons de mourir restent originales après les dizaines de meurtres qu’on a pu voir jusqu’à aujourd’hui et on a encore droit à un énième retournement de situation pendant les dernières minutes du film. J’avais beaucoup de doutes jusqu’à la moitié du film, avant de me prendre au jeu et de réaliser que la plupart des incohérences présentaient un résultat final assez pertinent. Loin d’être le meilleur de la saga, ce n’en est pour autant pas le pire.

Jigsaw

Même rengaine pour Happy Birthdead, qui semblait être de la grande lignée de ces films d’horreur nuls qu’on trouve plus facilement sur internet qu’en salles. HB surfe plutôt sur la vague d’I Wish et compagnie : moins de gore et plus de suspense, avec un soupçon de comédie, loin de virer vers le style Scary Movie. Le dénouement est sensé, mais beaucoup trop d’éléments divergents parsemés dans le film empêchent de véritablement l’apprécier. Au final, l’idée de base est sympathique (sans être originale) mais le traitement trop chaotique.

Justice League

Pas grand chose à dire au sujet de ce film si ce n’est que je commence à en avoir marre du MCU et du DCU (alors même que j’ai fait l’impasse sur beaucoup de leurs films one shot). On prend les mêmes et on recommence, qu’ils soient morts ou pas d’ailleurs. Les effets-spéciaux sont très beaux, les événements s’enchaînent, chaque pièce du puzzle se met en place … mais qu’est-ce que je me suis ennuyée ! Ça tire en longueur tous les quarts d’heure, entre les séquences comiques / émotives / analytiques, et on tourne en rond pendant une bonne partie du film. Je n’ai pas eu l’occasion de le voir en IMax, mais je ne suis pas sûre que ça aurait changé grand chose dans ma perception du long-métrage.

Paddington 2

Je ne m’étais pas déplacée en salle pour le premier (j’y vois peu de films d’animation) et ne l’ai vu que récemment à la télévision. J’ai particulièrement apprécié l’univers et la technique d’animation du fameux ourson. Avec Hugh Grant en méchant de l’histoire, ce deuxième film est encore plus émouvant (voire carrément triste par moments), même s’il utilise des blagues enfantines déjà utilisées précédemment. Pour autant, il parvient à faire sourire petits comme grands et nous permet, peu importe notre âge, de profiter encore un peu de la magie de Noël.

Paddington 2

Et finalement Le Bonhomme de Neige, que j’attendais depuis quelques temps puisque le trailer était disponible depuis la fin de l’été. Histoire intéressante, aspect thriller poussé, mais beaucoup d’éléments qui restent en suspens (le passé de Fassbender notamment). Ces éléments permettent d’assurer un certain climat lié à l’enquête mais ne trouvent jamais de réelle justification. La gestion temporelle des événements est également mal faite. J’ai mis du temps à faire la distinction entre les moments à l’instant T et les flashbacks, ce qui rend la compréhension de l’histoire assez ardue. Beaucoup de scènes assez longues également, pourtant portées par des cadrages élégants et des décors puissants. L’enquête est bonne, tout ce qui l’entoure nettement moins.

News Août 2017

Quoi de nouveau sous les tropiques ? Je passe peut-être mon tour cette année pour le festival du cinéma américain de Deauville, après une longue suite d’années où je ne loupais pas cette occasion, par manque de temps principalement (à moins que je me décide à y aller un des deux weekends sur un coup de tête, ça s’est déjà vu). Il aura cette fois-ci lieu du 1er au 10 septembre, avec parmi les membres du jury Benjamin Biolay, Emmanuelle Devos, Charlotte Le Bon et comme président Michel Hazanavicius.

Les films d’horreur ont à nouveau la côte dans les cinémas UGC puisqu’Annabelle 2 est encore à l’affiche et a passé haut la main la semaine de test « épouvante » VS « spectateurs en folie ». Le film Ça (ou tout du moins sa première partie puisque le titre international du film est It: Part 1 – The Losers’ Club) devrait donc logiquement être diffusé dans les cinémas du groupe à partir du 20 septembre (avant-première officielle au festival de Deauville justement, le 9 septembre).

Le nouvel album d’Indochine, intitulé 13, sort bientôt et n’a fait sa publicité que plutôt récemment, avant tout grâce au clip de La vie est belle, réalisé par Asia Argento (la fille de Dario !). Beaucoup de fans se sont arrêtés à Alice & June mais je trouve que La République des Meteors et Black City Parade avaient tout de même un certain cachet. Avec des titres lancinants, le groupe parvenait à nous créer un univers autour de chaque album, et il ne reste plus que quelques jours à attendre pour découvrir les 13 titres (+ 4 bonus + 4 remixes) prévus pour le 8 septembre.

Quant au Joanne World Tour de Lady Gaga il a débuté ce mois-ci à Vancouver, pour finir le 18 décembre à Inglewood, après 60 dates. Scène de 25 mètres, cinq plateformes, 44 lasers… bref le show promet d’être grandiose pour ceux qui se joindront à moi à l’AccorHotels Arena en octobre prochain.

Aux Yeux de Tous (x 2)

Suite aux conseils d’un ami, j’ai visionné Aux Yeux de Tous, film américain sorti il y a peu, avec Nicole Kidman et Julia Roberts. Sauf que mon ami me conseillait Aux Yeux de Tous, film français sorti en 2012, qui n’a aucun lien avec le premier, avec Mélanie Doutey, sur la vidéosurveillance et le traçage des individus. Au final, j’ai vu les deux.

Aux Yeux de Tous : le film américain

Sorti en 2015 aux Etats-Unis sous le titre Secret In Their Eyes, le film est un remake du film argentin Dans ses Yeux de 2009. L’histoire a lieu peu après les attentats du 11 septembre et a comme personnage principal Julia Roberts, agente du FBI, qui découvre sa fille violée et tuée. Aucune piste ne permet officiellement de conclure l’enquête et c’est un de ses amis, enquêteur également, qui va rouvrir l’enquête treize ans après, afin d’apporter à la mère une réponse.

Le scénario est bien ficelé même si on s’y perd parfois entre les actions ayant lieu en 2001 et celles ayant lieu treize ans plus tard, ce qui entraîne quelques incompréhensions au niveau de l’histoire et de la cohérence des films. Les acteurs sont parfaits dans leur rôle, avec une mention spéciale pour Nicole Kidman, qui joue toujours sur ses charmes de la plus belle et pertinente façon qui soit.

Sans être avare en rebondissements, le film a tout de même des temps plus calmes, où on peut apprécier l’avancée de l’enquête et l’entièreté du casting, avec également Chiwetel Ejiofor, Dean Norris et même Alfred Molina. On passe un bon moment, mais il faut rester concentré d’un bout à l’autre si l’on veut bien comprendre la fin qu’on ne voit pas tout à fait venir.

Aux Yeux de Tous : le film français

 Entièrement filmé par le biais de webcams et caméras de surveillance, il se focalise sur un couple de parisiens, composé d’un jeune homme lambda et d’une policière avec des moyens d’argent, ayant déposé un colis piégé à la gare d’Austerlitz, avec pour conséquence l’assassinat de plusieurs personnes. Avec Olivier Barthélémy et Mélanie Doutey dans les rôles principaux, le film est assez court mais va très vite dans l’enchaînement des événements. Nous suivons le hacker qui pirate les séquences vidéo de l’attentat et les caméras de surveillance de Paris, jusqu’à retracer la piste de notre couple, qui ne sont que des hommes de main n’ayant pas conscience de leur acte avant que le colis n’explose, et surtout, des investigateurs du complot.

Tout premier film de Cédric Jimenez, ce dernier veut nous montrer à quel point les images et vidéos peuvent être trafiquées et à quel point nous pouvons être vulnérables face au traitement des données. Webcams piratées, caméras de la ville détournées facilement : tout nous montre ici que notre droit à l’image n’est que pure foutaise. S’approchant du réalisme au maximum (entre complots politiques et lieux connus), le film tient en haleine, malgré des techniques utilisées assez rudimentaire (les sons par exemple ne sont qu’issus de téléphones ou de micros à basse qualité).

Je vous conseille donc ces deux films, selon vos goûts, qui abordent chacun à leur façon la crainte et les conséquences d’attentats.

Sorties (au) ciné février 2017

Mois le plus court de l’année, mais pourtant celui où je n’étais pas allée autant de fois au cinéma depuis longtemps. Il faut dire que beaucoup de (plus ou moins) bons films sont sortis en ce début d’année, aussi bien du côté américain que du côté français. Retour donc sur les 8 films que je suis allée voir ce mois.

Le Cercle – Rings

Fan des livres originaux de Kôji Suzuki (à qui l’on doit pour le grand public la saga Ring et Dark Water), j’avais été déçue des adaptations américaines faites il y a une quinzaine d’années maintenant. Je ne saurais dire pourquoi Ring revient maintenant au goût du jour, mais voilà, le mal est fait. Rings n’est pas un bon film, c’est un nanar dans le bon sens du terme : « il amuse par ses défauts ». En effet, les UGC s’opposant de plus en plus à la diffusion des films d’horreur, c’est le cinéma de Châtelet qui permet encore d’en voir quelques uns. A l’heure de la sortie du travail, je me doutais que la séance serait, disons, dissipée. Elle l’a été, en bien moins pire que ma séance d’Annabelle à titre d’exemple. Mais c’est bien la première fois que je n’en avais rien à faire, cela ne m’a même pas énervée. On sentait que les spectateurs n’étaient pas là pour mettre le bazar, mais qu’ils se sont retrouvés comme moi devant un film nul. Alors tant qu’à être là, autant en rire. Rings peut faire peur à ceux qui ne sont pas habitués des films d’horreur et ne s’attendront pas à certaines surprises, mais franchement, le coup du jumpscare avec le chien qui aboie … Le film n’est pas bon – j’étais pourtant contente d’y voir notre ami de TBBT Johnny Galecki – mais l’important c’était finalement de passer un bon moment devant un nanar so 90’s.

film-le-cercle-rings-photo-2-20170213153158-v2

Jackie

Natalie Portman en Jackie Kennedy, une icône représentant une autre icône, c’est dire si le casting faisait parler de lui longtemps avant la sortie officielle du film. Personne n’ignore le destin tragique de son mari, mais cela était un bon pari de prendre le point de vue de Jackie afin d’illustrer un des passages les plus marquants de la vie politique américaine. Souhaitant volontairement passer rapidement sur la tuerie en elle-même, le film en devient très plat. Les talents d’actrice de Natalie Portman ne sont plus à démontrer, mais cela ne suffit pas à sauver le film car elle ne peut pas le porter à elle seule. Ayant un fil directeur assez simplet, Jackie va se contenter d’être une succession de scènes dramatiques et de démonstration de force, sans véritablement créer un sentiment d’immersion.

Seuls

Je ne connaissais pas Seuls, pas même de nom. J’ai découvert l’univers par la bande-annonce, qui n’a réussi qu’à me faire penser à la série de livres d’Autre-Monde de Maxime Chattam. Pour faire simple : une petite poignée d’adolescents se réveillent dans leurs quartiers ne montrant plus aucune trace de vie, avec un brouillard approchant des limites de leur ville. Bien que sensiblement tourné vers les adolescents, le film dénote d’une certaine maturité. Je trouve dommage de devoir le souligner mais Seuls est un long-métrage français, mais qui assume complètement sa périphérie et ses environnements urbains.

seuls_film

Tournées en grande partie en banlieue de Pontoise à la Défense (quoi de plus simple pour filmer des paysages vides que l’esplanade de la Défense alors que le jour se lève à peine), les scènes ne trichent pas avec pléthore d’effets spéciaux mais essayent de montrer ce qu’il y a de plus effrayant, mais également de plus beau, dans la sensation de solitude. Déjà vus par-ci par-là, les acteurs n’en sont pas à leur coup d’essai et sont globalement dans le bon ton. J’ai été déçue par une fin un peu trop attendue mais ce n’est ici qu’une adaptation, il est donc difficile de critiquer l’histoire en elle-même. Je m’attendais à une espèce de remake français du Labyrinthe ou autre adaptation à la mode mais c’était une bonne petite découverte pour ma part.

A Cure For Life

De son nom original A Cure for Wellness (il faudra m’expliquer pourquoi le titre français reste un titre en anglais mais différent), A Cure for Life suit un jeune financier envoyé dans les Alpes Suisses pour récupérer un collègue qui a souhaité partir quelques temps en cure. En cure de quoi ? Bah c’est assez difficile à dire. Je dirais comparable à un centre thermal bien sous tout rapport. Du moins dans la première demi-heure du film.

cure_for_life_medecin_1

On retrouve Gore Verbinski à la réalisation (qui ne fera hélas pas l’adaptation du tant attendu Bioshock – personne ne la fera en fait), avec Dane DeHaan et Jason Isaacs (aaah Lucius Malefoy) en tant qu’acteurs principaux, accompagnés par la jeune Mia Goth, qu’on avait déjà vue dans Nymphomaniac. A Cure for Life m’a bien plu mais les critiques post séance m’ont assez refroidie. Il m’a plu car je suis rentrée dans l’intrigue d’un seul coup, pour n’en ressortir que 2h30 après. Alors bien sûr il y a un lot d’incohérences qui dépasse beaucoup la suspension d’incrédulité, mais pour autant j’ai été scotchée sur mon siège du début à la fin du film. Au premier visionnage de la bande-annonce, mon cerveau a directement fait tilt en pensant « Shutter Island« . En effet, le film montre des rapports évidents avec lui, mais ouvre de nouvelles perspectives. Je ne vous cache pas que je n’ai pas tout compris tout le temps, mais l’ambiance angoissante et l’aspect esthétique du film sont particulièrement bien réussis pour prendre plaisir à le regarder.

Alibi.com

Ok ok, vient là le moment où j’avoue que des films facilement critiquables me plaisent. Je suis fan de Philippe Lacheau depuis peu puisque je l’ai connu via le premier Babysitting. Très drôle et surtout très frais dans un cinéma français un peu rabougri, j’ai pourtant été un peu déçue par le second. Alibi.com est donc arrivé comme un changement dans une espèce de continuité : on reste sur le même style comique mais on arrête de verser dans une licence qui va vite devenir redondante.

xvmf726d3ac-f9de-11e6-83e9-2b95c0320b9a

Avec des acteurs connus et reconnus (Didier Bourdon, Nathalie Baye, Michèle Laroque…), mais aussi des participants divers (La Fouine, JoeyStarr, Norman …), le film maîtrise parfaitement le comique de situation, où (quasiment) chaque action du film aura ses répercussions à un moment où à un autre. Et bien souvent quand on s’y attendra le moins. Evidemment, il y a des scènes équivoques où on saura à quoi s’attendre, mais là encore, on parvient à être surpris, notamment par des références, par exemple, à Assassin’s Creed ou François Hollande, tombées d’on ne sait où mais qui font leur petit effet. Alibi.com est ce qui se fait de mieux dans le comique cinématographique français de ces dernières années et cela fait du bien de rire un peu. Beaucoup.

Chez Nous

Olala encore un film français, mais qu’est-ce qui m’arrive ? Hé bien j’adore André Dussollier et j’aime beaucoup la politique. Le sujet de ce film ? La montée du Front National en toile de fond, mais en premier plan une femme (de père communiste) qui va se porter candidate dans le Nord sur des listes électorales très à droites. Le principal enjeu de ce film étant les relations entre les personnages et les réactions – souvent malavisées – des voisins / amis / collègues quand ils apprennent pour qui elle vote. Deux points de vue donc : d’un côté est-ce renier qui l’on est en votant FN ou de l’autre, est-ce plutôt renier quelqu’un qu’on a toujours connu et qui est le même, sous prétexte de savoir quel bulletin il met dans l’urne ? Ne prenant absolument pas parti, le film va montrer les petits bas coups bas de la politique et l’intérieur des campagnes. Pour avoir déjà pris part à des campagnes électorales en étant colistière municipale, je me suis peut-être plus sentie concernée par l’ambiance décrite que tout un chacun. Pour autant, le film est abordable et va plutôt critiquer le système et mettre en avant l’affect des personnages, plutôt que de faire l’apologie d’un parti ou un autre. Un peu longuet dans sa première moitié, ce n’est pas le film de l’année, mais il a l’avantage de traiter la politique sous un angle particulier : en ne parlant presque pas de politique.

Raid Dingue

Je ne m’en sers pas comme d’une excuse mais je suis allée voir Raid Dingue suite à la critique dithyrambique faite par Durendal. Prétendûment film comique je ne l’ai pas trouvé si drôle que cela. Attention, je n’ai pas dit « nul », mais il était plus sérieux qu’il n’en avait l’air au visionnage de la bande-annonce. Sans faire du prosélytisme, je ne suis pas sortie de ce film avec des barres au ventre tellement j’avais ri, mais plutôt avec la fierté d’avoir un groupe d’intervention qui nous protège en cas d’attaque et en mettant pourtant la vie de ses membres en péril à chaque sortie.

Le film va mettre en avant un certain nombre de gags mais c’est le budget effets spéciaux qui m’a complètement soufflée. Je ne vais pas vous spoiler mais sachez qu’ils font exploser un grand moment français (non, pas la Tour Eiffel, quelque chose de bien moins attendu) que jamais je n’aurais imaginer voir exploser dans un film. Et surtout avec une netteté de traitement si propre. Raid Dingue n’est pas le film de l’année – j’ai préféré les autres cités plus haut – mais cela reste du divertissement, que Dany Boon a cette fois-ci axé sur un thème un peu plus grave.

Split

split-5729

Avec A Cure for Life (et prochainement T2 et Alien Covenant), Split était l’un des films que j’attendais le plus en ce début d’année. ATTENTION ! Ne regardez pas la bande-annonce pour apprécier au maximum ce film. Il est vraiment dommage de se gâcher un film de M. Night Shyamalan et je trouve que la BA en apprend déjà un peu trop.

Chapeau bas à James McAvoy pour l’incarnation des multiples personnalités présentes dans ce film. Je n’ai jamais vu aussi pertinent depuis l’époque de United States of Tara avec le talent de Toni Collette. Le film est bon mais j’ai trouvé que trop de détails étaient dévoilés dans la bande-annonce, qu’il aurait été plus cohérent de garder secrets. Pour autant l’ambiance est très travaillée, avec des moments de huis clos à la 10 Cloverfield Lane et des questionnements d’ordre physique et psychologique assez travaillés. Hélas, on voit la fin venir (je ne parle pas de la « toute toute toute fin » présente après le dénouement mais avant le générique de fin, que je ne m’attendais absolument pas à voir) car tout est délicatement distillé au fil du long-métrage, contrairement aux premiers films du réalisateur. Un bon cru toutefois du Shyamalan 2016, qui nous promet manifestement de belles choses à venir …

Sorties cinéma Septembre 2016

Evidemment, qui dit weekend, dit pour moi sorties cinéma ! Voilà un petit florilège de ce que j’ai pu voir ce mois-ci, et j’ai essayé de varier les genres pour une fois.

Frantz

François Ozon + Pierre Niney = il fallait que je fonce voir ce film. Peu de temps après la Première Guerre mondiale, quelque part dans une ville allemande, Anna (Paula Beer) se rend tous les jours sur la tombe de son fiancé Frantz devant laquelle se trouve, un jour, un étrange jeune homme (Pierre Niney)… L’homme avait un lien mystérieux avec Frantz, leur rencontre va chambouler leur vie. [Wiki]

Mélange de romance, mais aussi de beaucoup de drame, notamment par le contexte temporel, Frantz est une vraie réussite en termes de réalisation. Tourné presque en totalité en noir et blanc (où certaines séquences en couleur, liées aux souvenirs, sont en couleurs), on ne peut que se sentir projeté auprès des personnages et pris dans leur histoire. Les décors réalisés pour l’époque, aussi bien du côté Allemand que du côté Français, sont vraiment empreints de réalisme et on sent transparaître tout le soin apporté aux détails.

frantz-f514e132932-original

Blood Father

Mel Gibson c’est un peu comme Liam Neeson, il se bonifie avec l’âge pour l’aspect baston. Là il doit venir à la rescousse de sa fille plongée jusqu’au cou dans des histoires de meurtres et de cartels de drogues. Ça secoue, ça va vite du début à la fin, soit 1h30 de course, de baston et de règlement de compte. L’intrigue est parfois mise au second plan et ne vous étonnez pas si l’on fait l’impasse sur certains éléments du scénario, l’action étant prépondérante au sein du film. Bien que le budget doit être important, on se sent devant un Jason Bourse fait maison, et on se dit que Mel Gibson a encore de belles années à venir dans l’industrie cinématographique.

Blair Witch

Une vraie torture sonore et visuelle du début à la fin. Contrairement à ce que je pensais, ce n’est pas un remake du premier film (oui, il y en a eu deux, et le deuxième vaut ce qu’il vaut, c’est à dire vraiment pas grand chose), mais bien une suite du premier, avec de bonnes années d’écart. Un jeune homme souhaite retrouver sa sœur, disparue à l’époque du projet Blair Witch, et va donc refaire exactement les mêmes erreurs qu’elle, mais plus ou moins volontairement.

Ce film est un atroce navet. Je ne plaisantais pas en disant que c’était une vraie torture. Le son est incroyablement mal géré, surement prétexté par le côté « caméra à l’épaule ». Mais bon sang, ils auraient vraiment pu faire un effort à la gestion du son car c’est vraiment désagréable. Souvent trop fort et de façon complètement aléatoire (c’est à dire hormis également les scènes de tension), il est trop saccadé et devient le vrai point noir du film. Le scénario mis à part. Le cadrage mis à part aussi. Je veux bien que cela soit tourné de façon réaliste, mais du coup on ne voit rien du tout à part des gens qui gueulent la nuit dans les bois.

Les rebondissements sont ubuesques et les « idées de génie » se révèlent des gros flops : utiliser un drone pour se guider … dans une forêt avec des arbres de plus de cinquante mètres de haut. N’importe qui verrait le problème arriver. Et ceci n’est qu’un exemple parmi tant d’autres. Il ne passe que dans une dizaine de salles en région parisienne et j’ai maintenant bien compris pourquoi. N’allez pas voir ça !

Juste la Fin du Monde

Une demi-heure après me voilà dans un autre cinéma pour Juste la Fin du Monde. Je n’avais pas vu de film de Xavier Dolan car les précédents ne m’inspiraient guère. Appâtée par les acteurs présents ici (Vincent Cassel, Nathalie Baye, Léa Seydoux, Gaspard Ulliel et Marion Cotillard), j’ai tenté ma chance et je ne regrette absolument pas.

Les acteurs sont tous éblouissants car ils sortent de leurs rôles habituels (à part Cassel où l’on est habitués à ses coups de gueule mais je ne m’en lasse pas). Louis, joué par Ulliel, revient chez sa famille, qu’il n’a pas vue depuis douze ans, pour leur annoncer sa mort. Voilà le pitch et voilà ce qui va nous tenir en haleine pendant tout le film. Cela peut paraître peu mais les scènes de la vie quotidienne sont tellement bien amenées et prêtent autant à sourire qu’à être désemparé, qu’on ne voit pas le temps passer. Drôle, le film sait aussi être touchant et même si l’on peut rester sur sa fin, tout est ici compréhensible, et notamment les réactions de chacun.

La bande son est également traitée avec soin, où l’on passe de Camille, à O-Zone ou encore Moby. Une belle découverte pour ma part, et je me regarderai sûrement ses productions précédentes, en attendant son prochain film avec Kit Harington …

Victoria

Avocate, célibataire (mais avec deux enfants), Victoria (jouée par Virginie Efira) est une quarantenaire qui n’est pas vraiment au top de sa forme. Entre les affaires professionnelles et ses pauvres affaires de coeur, sa vie pourtant monotone n’est pas de tout repos.

Au milieu d’une salle comble, je me suis rendue compte que l’humour du film fonctionnait particulièrement bien, chacun prenant certaines blagues selon son propre vécu. Il n’est pas question ici d’un enchaînement de scènes prétendument hilarantes, mais plutôt de bons dialogues et réflexions sur la vie et les échecs de façon générale. Virginie Efira n’a plus rien à prouver concernant sa carrière d’actrice et Victoria nous montre qu’on peut toujours prendre du plaisir à aller voir une comédie française.

victoria

Cell

Sorti ce mois-ci également, mais directement en DVD, The Cell est une adaptation d’un livre de Stephen King, où chaque personne qui utilise un téléphone portable va devenir une espèce de zombie. Et qui sont les gentils qui veulent éradiquer ces méchants humanoïdes ? John Cusack (pendant tout le film j’ai cru que c’était Nicolas Cage ahem) et Samuel L. Jackson.

Autant le dire tout de suite, le film ne casse pas trois pattes à un canard et c’est dommage de sortir en DVD un film que les gens ne voudront sûrement regarder qu’une seule fois. Le seul mérite du long-métrage est l’intrigue de base, mais comme elle est issue d’un livre, il ne lui reste pas grand chose. La fin reste toutefois surprenante et évite l’écueil habituel, même si c’est assez décevant d’attendre les dernières minutes pour trouver quelque chose de positif à ce film.