cinéma

Sorties Cinéma Novembre 2018

En raison d’impératifs personnels je n’ai pas pu aller au cinéma pendant quinze jours (quinze jours quoi !!!) donc j’ai rattrapé mon retard en peu de temps, car il faut dire que ce mois-ci était particulièrement bon pour ce que j’aime.

L’adaptation théâtre / cinéma du film Les Chatouilles est bien réussie, avec quelques passages décalés dans le style surréaliste, permettant un peu de légèreté dans ce film bien pesant par moments vu le sujet traité. Le personnage de la mère m’a également beaucoup choquée. Cela doit être une bonne représentation de la mère réelle mais il manque encore quelque chose à creuser derrière, ce qui va sûrement se produire par la suite vu la scène finale.

Par curiosité plus qu’autre chose, j’ai aussi vu Suspiria et j’avoue avoir failli quitter la séance au bout d’une heure tellement c’était peu compréhensible, fouillis, difficile de savoir vers où on se dirigeait et si je n’avais pas vu Chloë Grace Moretz (en tête d’affiche mais qu’on ne voit à tout péter que 5 minutes sur 2h30 de film), je me serais cru dans la mauvaise salle devant le dernier Lars Von Trier (avec le coup des chapitres par exemple, qui semble être la mode en ce moment car El Royale l’utilise également). L’ensemble n’en reste pas si mauvais que cela, mais c’est dur d’aller jusqu’au bout et de rester accroché tout du long. Les moments d’angoisse sont particulièrement réussis mais à la limite de l’insoutenable en raison d’un niveau sonore beaucoup trop hauts. Les cris d’horreur ça me va bien, mais avec une qualité sonore équivalente au Blair Witch de 2016 je dis non.

Je passe rapidement sur Millénium 4 : Ce qui ne me tue pas, qui s’affranchit de beaucoup d’éléments intéressants du livre alors que le film aurait tout à fait eu le temps d’ajouter un quart d’heure pour apporter des détails utiles. Je n’ai pas compris non plus pourquoi le jeune garçon, autiste de haut niveau dans le livre, mais très fortement autiste, n’a pas son handicap si lourdement montré dans le long-métrage, ce qui était pourtant un élément fort de l’ouvrage. Le film se regarde bien mais peut être décevant comparé au livre. Et bon sang rendez-nous Noomi Rapace !

Pour Sale Temps à l’Hôtel El Royale, j’ai eu un coup de coeur pour ce film rien qu’en voyant la bande-annonce. Le résultat final n’en est que meilleur. Bons acteurs, excellente tension tout au long du film, où tout peut vraiment arriver. Un choix de couleurs agréable, un décor au poil, j’en ressors conquise, avec tout de même une grande interrogation à la fin sur ce que contient cette fichue cassette …

Kursk également m’a transportée, malgré la présence de Léa Seydoux (c’est mon côté UGC, j’aime pas Gaumont ni l’école de la vie). Les effets spéciaux sont très bien réalisés et l’imbrication entre les scènes à l’intérieur du sous-marin et celles à l’extérieur est particulièrement réussie. Le film ne respire pas la joie de vivre mais a le mérite de bien retracer les événements, bien qu’il aurait été plus pertinent d’avoir une chronologie et des indications temporelles pour suivre l’avancée de l’histoire et comprendre s’il se passe une heure, une journée ou encore une semaine.

Finalement, j’ai terminé la semaine en beauté avec le film qui m’a fait pleurer comme une madeleine et que j’attendais depuis des années : Bohemian Rhapsody. J’ai été assez étonnée des critiques presse, qui ont royalement descendu le film, contrairement aux critiques des spectateurs, plus élogieuses.
Le film est émouvant d’un bout à l’autre. Connaissant par coeur la vie de Freddie Mercury et ayant tout de même vu certains raccourcis scénaristiques contraires aux événements réels, il n’en reste que le niveau de détails de ce film est ahurissant. Rami Malek n’en fait jamais trop, la bande-son est bien calibrée et n’est pas non plus omniprésente, et je suis vraiment ravie que ce film ait enfin vu le jour. Trois semaines après sa sortie, la salle était comble et a applaudi pendant cinq minutes. Qu’est-ce qu’on est bien au cinéma, je plains ceux qui vont décider de le voir chez eux.

Dernier film de ma liste de ce mois dernier, vu une dizaine de jours après : Overlord. Prétendument faisant partie du Cloverfield Universe, c’est avec joie et en pleine conscience de ce que j’allais voir que je me suis dirigée en salles. Consciente car je ne m’attendais pas à un film de guerre historique sérieux, mais bel et bien à voir des monstruosités. Il faut tout de même dire que les scènes de guerre sont parfaitement bien réalisées et dans le même temps réalistes.

Un beau mois de décembre m’attend, avec Astérix – Le Secret de la potion magique que j’ai déjà pu voir cette semaine et qui est le tout premier film d’animation Astérix que je vois de ma vie. Peu portée sur les bandes-dessinées, j’ai été contente de voir ce film, qui apporte un vent de fraîcheur par rapport à la catégorie de films que je vois généralement. Les gags sont d’un bon niveau et comprennent plusieurs niveaux de lecture même si l’intrigue est bien simple et redondante par rapport à ce qui s’était fait précédemment : les Romains tentent d’attaquer les Gaulois, mais finalement n’y parviennent jamais. Somme toute une bonne découverte pour ma part et encore un bon mois passé au cinéma.

PS : Encore un énorme merci à UGC qui m’a fait gagner un pack Bohemian Rhapsody, comprenant lunettes, t-shirt et divers gadgets bien sympathiques. Pour une fois que je participe à un jeu concours, je suis ravie !

Publicités

News Novembre 2018

Allez c’est parti pour des news lancées sans aucune transition :

  • Indochine à Bercy : c’était grandiose. Du grand spectacle comme on en fait hélas bien rarement. La bande a toujours autant de peps malgré les années qui passent et est toujours aussi respectueuse de son public. Un véritable partage, des effets sonores et visuels soignés, un espèce de medley blind-test et Nicola Sirkis qui traverse toute la salle pour s’approcher au plus près de tous ses fans, on adore. Autant j’étais ressortie mitigée de leur tournée de la République des Météors, autant j’ai beaucoup plus accroché à celle-ci, connaissant sans doute mieux leurs titres et profitant de l’émulation de la salle.
  • Les sorties cinéma de ce mois m’ont ravie mais un article plus détaillé sortira bientôt à ce sujet, le temps que je finalise tout ce que j’ai envie de voir (notamment Overlord, sorti aujourd’hui).
  • Le marché de Noël de La Défense commence demain sa 24ème édition et durera jusqu’au samedi 29 décembre (les jours post-Noël de déstockage à ne pas louper). Bonus track : la patinoire juchée tout en haut de la Grande Arche à partir du 8 décembre. A La Défense a également lieu la chasse aux Mickey cachés, avec 9 Mickey à retrouver sur les devantures des magasins. Je ne vais pas vous spoiler le jeu et gâcher l’organisation mais sachez que ce n’est pas si simple et qu’il vous faudra bien gambader ! Pensez à tous les niveaux du centre commercial, à passer devant quelques devantures de magasins de vêtements, de culture ou encore de bagagerie … Oui je sais ça n’aide pas tant que ça mais c’est le jeu, et vous avez jusqu’à la fin du mois pour participer, pour fêter les 90 ans de l’animal et gagner des goodies.
  • Demain matin, c’est aussi le moment d’acheter vos places pour Muse si vous n’avez pas pu en avoir parmi celles vendues la semaine dernière. En effet, une date supplémentaire est ajoutée pour le Stade de France. Mise en ligne à 10 heures !

On se retrouve très bientôt pour un compte-rendu sauvage des sorties cinéma de novembre.

News Septembre 2018

C’est la rentrée ! Le moment où je pars enfin en vacances, pour une bonne partie du mois de septembre.

Au programme de ces semaines à venir riches en événement, le festival du cinéma américain de Deauville, qui fête cette année sa 44ème édition. Les pass à la journée sont toujours aussi intéressants, de 16 à 35 €, selon le tarif plein ou réduit, permettant à chacun de visionner les grandes sorties américaines à venir. Je n’ai jamais battu mon record de l’année où j’ai vu sept films en deux jours. Il faut dire que je n’avais pas passé grand temps à la plage.

On embraye le (long) weekend du 6 au 9 septembre avec la onzième édition du Hadra, plus grand festival de trance en France, organisé pour la troisième fois au plan d’eau de Vieure, et avec cette année un thème axé science-fiction. Avec ses trois scènes principales et le son non-stop du jeudi au dimanche, le tout accompagné de stands de nourriture régionale, cours de yoga, performances artistiques, conférences et ateliers, on ne risque pas de s’y ennuyer. Prenez quand même un bon blouson, il risque de faire bien moins chaud que le mois dernier.

Et bien sûr il y avait en début de semaine la tournée de Britney Spears de passage en France pour deux dates. Par rapport à son dernier show à Paris il y a sept ans maintenant, je dois dire que j’ai été agréablement surprise. L’accent était mis sur le show évidemment plus que le son, mais tout le monde le sait, c’est Britney ! Les articles critiquant l’artiste et mentionnant ses fans déçus en raison du playback m’ont fait sourire car les vrais fans savent que Britney ne chante plus depuis longtemps. Et ce n’est grave. On sait pourquoi on se déplace, pour la princesse de la pop, pour ses tenues excentriques, pour cette ambiance à l’américaine, mais pas du tout pour ses qualités vocales, je ne comprends pas que certains aient pu passer à côté de l’info avant d’aller à son concert. Sûrement les mêmes qui retourneront tout de même la voir à sa prochaine escale française. Mention spéciale pour Pitbull qui a bien enflammé la salle pendant sa première partie. Si un jour on m’avait dit que je verrais Pitbull en live …

Je vous laisse donc, est enfin venu le temps pour moi de me tremper les pieds dans le sable et la mer, en espérant tout de même avoir encore un peu de chaleur. Bon courage à tous pour la reprise !

Ghostland

Après des années d’attente (principalement pour les fans, car le grand public ne s’était pas forcément penché tant en amont sur la question), Ghostland est enfin sorti au cinéma, plus précisément ce mercredi.

Je ne vais pas une énième fois présenter Pascal Laugier (The Secret, Martyrs – qui faisait déjà partie de la courte liste de films d’horreur à sortir en salles avec une interdiction aux moins de 16 ans), qui compte parmi mes réalisateurs de films d’horreur préférés, avec Alexandre Aja, pour ne citer que les frenchies, mais vais plutôt m’attarder sur le film en lui-même … et sa diffusion.

Car il fallait bien que je commence par un coup de gueule. Dans Paris intra-muros, seulement 9 cinémas (sur la centaine qui existe) diffusent le film ! UGC s’est encore une fois dédouané de projeter un film d’horreur dans la totalité de ses cinémas (vous le trouverez donc uniquement à Bercy et aux Halles, dans une salle pas trop petite, contrairement à celles précédemment attribuées à Insidious ou Grave) et l’interdiction aux moins de 16 ans (que j’ai trouvé fort à propos) ne vont pas aider à attirer un grand nombre de spectateurs en salles. J’ai bien peur que ces deux points entachent fortement le succès au box-office du film, pourtant bien reçu par la critique…

D’une durée d’1h30, le film en lui-même est bon. Bien tourné, bien réalisé et avec une façon décalée de filmer certaines scènes (un rapide passage en style caméra embarquée, ou encore une caméra ciblée sur une des héroïnes lors de ses déplacements dans la maison, ne nous permettant pas de voir ce qu’il peut bien se passer autour), il dispose d’une esthétique soignée. L’histoire commence par une home invasion, qui a toujours son effet peu importe le style de film mis en avant (dont Mother! dernièrement), où Pauline (Mylène Farmer) et ses filles (Crystal Reed et Emilia Jones) vont subir une brutale attaque de la part de deux inconnus au sein de leur nouvelle maison. S’en suivent les dégâts psychologiques subis par les filles et leur volonté de s’en sortir malgré tout.

Pendant la bonne première demi-heure du film, j’ai eu du mal à me détacher de l’actrice Mylène Farmer (pour son second long-métrage, 24 ans après le premier) pour me focaliser sur le personnage, ce qui ne m’arrive jamais. Pour moi, c’était Mylène Farmer et pis c’est tout, mais ce n’était en aucun cas de sa faute car je dois avouer qu’elle colle très bien à son personnage. M’ayant volontairement bouché les oreilles depuis l’avant-première au Grand Rex lundi soir, je ne connaissais pas en détails le pitch de base. J’ai donc eu des difficultés à cibler le genre d’horreur dans lequel Ghostland se situe : épouvante, surnaturel ou gore. Il est au final tout sauf surnaturel, et le gore étant autant psychologique que physique, justifie l’interdiction à un jeune public.

L’évolution des personnages mais aussi celle du film est surprenante et part dans différentes directions. La fin peut d’ailleurs s’interpréter de plusieurs manières, tout en apportant tout de même une conclusion. Il est donc probable que je retourne le voir une seconde fois, pour mieux appréhender une bonne partie du film qui ne fait sens qu’après avoir pleinement compris l’histoire dans son ensemble. Sans être un film révolutionnaire, Ghostland est un bon film d’horreur, sans temps mort qui, je l’espère, restera assez longtemps au cinéma pour permettre de palier le faible nombre de salles le diffusant.

Pour ceux qui ont déjà vu le film, je vous conseille le très bon article d’Oblikon, par Christopher Guyon, sur l’analyse des personnages et du film.

Verónica [Film 2018]

Film d’horreur espagnol qui commence par un appel d’urgence, je n’ai pas pu m’empêcher de faire le parallèle avec Rec. Après vérification, les deux ont le même réalisateur (Paco Plaza) donc je n’étais pas complètement sous l’emprise d’un cliché. J’ai entendu parler de Verónica par un synopsis mentionnant qu’il s’agissait de l’adaptation du seul cas d’exorcisme reconnu en Espagne. Au final, le film ne se résume pas du tout à cela et prend beaucoup de recul quant aux mots « exorcisme » ou « possession », souvent employés n’importe quand et n’importe comment.

Si je devais résumer l’histoire, Verónica est une adolescente normale, voire même réservée, qui doit s’occuper de ses frère et soeurs quotidiennement, car son père est décédé et sa mère travaille dans un bar avec des horaires décalés. Verónica s’essaye avec des amies à une séance de spiritisme (dans le but de contacter son père disparu), qui va avoir des conséquences néfastes pour elle.

On peut à mon sens voir le film sous deux aspects. Le premier en prenant en compte la possession de la maison (ou de Verónica elle-même mais j’ai plus de doutes là-dessus) par un esprit malin. Et le second, qui a été mon point de vue sur ce film, plutôt basé sur la psychose qu’une séance de spiritisme peut entraîner sur la santé mentale de quelqu’un. Je ne renie pas les « preuves matérielles » ou les dires de la police espagnole à ce sujet, mais j’ai vraiment apprécié la prise de recul quant à la réalisation, qui permet de mettre en avant l’impact psychologique et ses conséquences, de jouer avec les esprits.

Comprenant beaucoup de symboles (comme la représentation de l’éclipse de soleil sur Verónica sur l’image à côté, où on voit d’ailleurs à quel point les images sont travaillées), le film joue également avec les codes du genre : un Simon qui s’active tout seul (comme dans Paranormal Activity : The Marked Ones), les jeux de lumière, la présence d’un personnage religieux ambigu et l’humour sous-jacent des actions de certains personnages (comme le jeune frère qui ne sait pas encore lire et qui, voulant aider, dessine sur les murs des symboles d’invocation à la place de ceux de protection, sacré plaisantin).

La bande-son est parfaitement choisie et les paroles des chansons (espagnoles évidemment) utilisées ont tout à fait leur place sur les événements qu’elles accompagnent. Les scènes sont très bien réalisées, il y a quelques jumpscares mais le film ne se repose absolument pas là-dessus. Les formes des esprits vus à travers des vitres ou des portes-fenêtres m’ont beaucoup fait penser aux extra-terrestres présents dans Signs, ce qui tend à renforcer la tension et l’appréhension quant à ces êtres inconnus. Le long-métrage peut plus être considéré comme un thriller que comme un film d’horreur, ce qui en fait pour moi une très belle surprise de ce début d’année.

Au cinéma en 2018

Je ne vais évidemment pas faire la liste exhaustive de tous les films qui vont sortir cette année, mais plutôt mettre l’emphase sur ceux que j’attends et que j’irai fort probablement voir. Les dates de sorties (en France, hors festivals) sont données à titre indicatif et peuvent toujours être amenées à varier.

Pour commencer cette année je suis déjà allée voir trois films : Insidious : La Dernière Clé (dont j’ai parlé ici), 24H Limit (qui s’est révélé être un bon film d’action efficace, même si pas étonnant pour un sou) et La Monnaie de leur pièce (pas vraiment intéressant, tout juste passable, mais j’avais un moment libre sur ma pause déjeuner pour passer à l’UGC du coin). J’en attends donc de mieux pour la suite !

Le Labyrinthe : Le Remède mortel (7 février 2018)
Je n’ai jamais lu les livres mais j’ai beaucoup apprécié les deux premiers volets de la trilogie. Parmi la lignée des films pour adolescents qui sont sortis cette dernière décennie (Divergente, Hunger Games, Twilight), j’ai préféré le Labyrinthe car le suspense était en comparaison plus présent et faisait tenir le film, plus que ce dernier ne s’appuyait sur une romance avec des péripéties autour pour décorer. Ce que je reprocherais aux autres licences. Adapté du dernier tome de L’Épreuve de James Dashner, ce film est là pour clôturer la saga (en un seul volet s’il vous plaît) et permettra, je l’espère, de lever le voile sur certains points d’incohérence du deuxième.

La Forme de l’eau / The Shape of Water (21 février 2018)
Avec ses 13 nominations aux Oscars, Guillermo del Toro nous revient en forme depuis ses derniers blockbusters. Je suis assez curieuse quant au film, qui aborde deux genres pour lesquels j’ai un avis complètement opposé : le fantastique et les monstres (ouais !) et la romance (eurk). Quitte à aimer des vampires on peut bien aimer des hommes poissons. C’est un peu ce qui me fait peur dans ce film. J’ai pourtant confiance en Del Toro pour traiter le sujet en bonne intelligence.

Tomb Raider (14 mars 2018)
Nous y revoilà, un petit reboot de dernière les fagots. Alicia Vikander remplace Angelina Jolie et je dois dire que je vais devoir m’y habituer. On est d’accord, les premiers films ne sont pas transcendants mais ils avaient leur charme (elle aussi d’ailleurs) et ont pour moi ce goût nostalgique de l’adolescence. Rien de bien nouveau à expliquer au sujet de l’histoire, qui reprend celle de Lara Croft depuis le début et sera disponible en IMAX 3D selon les salles.

Ghostland (14 mars 2018)
Au risque de me répéter, (Incident in a) Ghostland n’est autre que le tant attendu film de Pascal Laugier, avec Mylène Farmer parmi les actrices principales. Présenté au prochain Festival international du film fantastique de Gérardmer, on devrait en déterminer le succès très prochainement. Car il ne suffit pas de mettre Farmer dans un film pour qu’il soit bon (on a hélas vu le contraire se produire). Pascal Laugier a réalisé le long-métrage mais a également fait le scénario, ce qui pèche en général le plus dans les films d’horreur. Il ne reste plus qu’à attendre et croiser les doigts.

L’Île aux Chiens (11 avril 2018)
Si vous vous souvenez de Fantastic Mr. Fox et que vous avez aimé, je pense que vous trouverez comme moi votre bonheur dans le dernier film de Wes Anderson (pas celui des Resident Evil, l’autre). La technique de l’animation en volume y est également utilisée, ce qui donne un ton très réaliste aux personnages canins. Film d’aventure (et d’amitié) qui prêtera sans nul doute à être ému, les voix américaines présentes au casting ont le mérite d’être connues : Bryan Cranston, Edward Norton ou encore Bill Murray, en passant par Scarlett Johansson et Yoko Ono. Le film fera l’ouverture à la Berlinale 2018 et nous promet assurément de passer un bon moment.

Avengers : Infinity War (25 avril 2018)
Allez, j’arrête de présenter le MCU et on va droit au but. Plus gros budget de l’histoire du cinéma (480 millions de dollars) et plus importante présence d’acteurs principaux / secondaires durant le film (67), et bankables et donc chers. Il sort en France une dizaine de jours avant de sortir aux Etats-Unis, et ne sera finalement qu’une étape pour nous mener à Avengers 4, 22ème film du MCU, prévu pour mai 2019. Je suis blasée de tous ces films de super-héros mais j’irai sûrement le voir également.

Slender Man (16 mai 2018)
Il en aura fallu du temps avant de passer d’une légende urbaine creepypasta (comme le thème de Lavanville alala) à un film d’horreur assumé. Pas grand chose à dire si ce n’est que les jeux inspirés de ce personnage étaient déjà bien flippants donc je n’ose imaginer sa présence à l’écran. Comme dit précédemment et comme souvent dans le genre de l’horreur, nous ne sommes toutefois pas à l’abri d’un bon gros navet.

Deadpool 2 (30 mai 2018)
C’est reparti pour la folie des grandeurs. Du loufoque, de la vulgarité, de l’action, le tout quand même plus mature que Kick-Ass, la suite de Deadpool arrive ! Et c’est à peu près à quoi se résume le synopsis du film : la suite des aventures de Deadpool. Et si ça peut empêcher Tim Miller de finir son Terminator 6, je dis oui.

Jurassic World : Fallen Kingdom (6 juin 2018)
Le premier film (le tout premier) était emblématique, les suivants un peu moins. Jurassic World, sorti en 2015, a fait amende honorable et s’est bien débrouillé pour faire le lien avec l’histoire originale, tout en mettant à jour les effets spéciaux et rendant le tout cohérent. J’ai un peu peur qu’ils veuillent surfer sur le succès du précédent film, sans apporter de réelle valeur ajoutée. Mais pour une fois, l’histoire ne va pas être celle d’humains qui veulent se sauver, mais d’humains qui veulent sauver des dinosaures. Le duo photogénique Chris Pratt et Bryce Dallas Howard devra donc se serrer les coudes pour réussir et en faire un bon film.

The Nun (11 juillet 2018)
Arrêtez tout ! La nonne de Conjuring a enfin son film à elle toute seule, avec Taissa Farmiga au casting (contrairement à Vera Farmiga dans Conjuring) et Bonnie Aarons qui endossait déjà le rôle de la religieuse démoniaque. Chronologiquement avant tous les autres films de la franchise, The Nun a été tourné en Roumanie sur une trentaine de jours. Point notable (qui peut faire peur mais pas dans le bon sens), il ne sera pas réalisé par James Wan, mais seulement produit par lui.

The Predator (15 août 2018)
Mouais bof, on verra. Quatrième film de la franchise (à sortir plus de trente ans après le premier), je n’en attends rien de bon. Predators (sorti en 2010) n’était pas mauvais, mais la suite de films a été largement impactée par les deux lamentables AVP (comprenez Alien vs. Predator). Comme d’habitude ça va castagner en mode survie et je ne pense pas que le succès au box office soit au rendez-vous.

Venom (10 octobre 2018)
Bienvenue dans le Sony’s Marvel Universe. Tom Hardy change de look et endosse le costume de Venom, précédemment vu dans Spider-Man 3 (le bon, celui de Sam Raimi). Une histoire centrée sur un ennemi, ce n’est pas courant. A voir si cela sera tout de même intéressant. L’occasion peut-être de savoir s’il y a un lien entre le personnage principal et Split (en attendant Glass) …

Chair de Poule 2 (17 octobre 2018)
Avouez, vous ne l’aviez pas vu venir dans ma liste celui-là. Je n’étais pas allée voir le premier au cinéma mais je l’ai vu par la suite, et j’ai été agréablement surprise. Plutôt à destination des enfants, il n’en reste pas moins bien tourné et reprenant avec plaisir les traumatismes de notre enfance présents dans les livres de R.L. Stine. Ce n’est toutefois pas encore très clair concernant la présence ou non de Jack Black dans ce deuxième opus.

Les Animaux Fantastiques : Les Crimes de Grindelwald (14 novembre 2018)
Ressortez les fanboys qui ne parviennent pas à se remettre du film Voldemort : les origines de l’héritier (très bien réalisé au demeurant pour une équipe et un budget réduits). Comme son nom l’indique, le film se concentrera sur Grindelwald et nous permettra de faire revenir Dumbledore dans l’histoire (comme des petits oignons). Je n’ai pas énormément apprécié le premier film, qui n’était à mes yeux que pour continuer de faire tenir la licence, mais j’irai sans doute voir aussi celui-là, car moi aussi je suis fan d’Harry Potter.

Bohemian Rhapsody (fin décembre 2018 ou 20 février 2019)
Dernier film et non le moindre puisque ce projet sur la vie de Freddie Mercury et de Queen a été commencé en 2010, rien que cela. C’est finalement le très bon Rami Malek qui incarnera le chanteur, après moult changements. Sacha Baron Cohen ayant quitté le projet en 2013, Daniel Radcliffe annoncé par des rumeurs démenties, avant que le nom de Ben Whishaw ne soit proposé, pour finalement aboutir sur Rami Malek après le renvoi de Bryan Singer du plateau. C’est tumultueux mais c’est peut-être représentatif du film également. A voir si le long-métrage pourra proposer un scénario cohérent après autant de modifications du staff.


Comme vous le voyez, beaucoup de plus ou moins belles choses à venir pour cette année 2018, sachant que je n’ai parlé que des films principaux et qui m’intéressaient. Ce qui laisse la place pour le reste.