vieillesse

La Personne de Trop : La Troisième !

S’il y a bien une chose qui me fait sortir de mes gonds (parmi un paquet de dizaines d’autres choses) c’est bien quand on m’adresse la parole en utilisant la troisième personne du singulier pour me désigner. Elle fait quoi dans la vie ? Premièrement, si tu t’adresses véritablement à moi, tu ne formules pas tes phrases comme ça. Tu m’as prise pour un nourrisson de deux mois qui ne sait ni parler ni comprendre ce qu’on lui dit ? Elle prendra du café comme tout le monde ? Oui, je reste un être humain et je crois pouvoir faire des efforts de socialisation quand on me le demande (même si boire un café n’est toutefois pas un effort pour moi), quand d’autres ont apparemment toujours des problèmes avec le respect et les bonnes manières. Subir pendant tout un après-midi ces (re)marques de condescendance, volontaires ou non, mais tout aussi désagréables un cas comme dans l’autre, pourrait amener ni plus ni moins à une clarification de la situation par le biais de mots orduriers, de phrases bien placées et d’ironie délicate.

Mais là où ça se complique, c’est quand lesdites paroles condescendantes sont prononcées par des personnes de cinquante années plus âgées que moi. La solution reste de simplement leur faire comprendre par un dialogue censé que je ne suis pas la jeune idiote qu’ils croient voir en moi et que la jeunesse ne rassemble pas tous les défauts. Dussent-ils oublier qu’ils sont aussi passés par là bien des années auparavant. Et elle, elle préfère se faire enterrer ou incinérer ?

Bref, il est minuit, l’heure de mon épisode de Nurse Jackie. Pour faire de beaux rêves, c’est le top. Et pour se détendre aussi ? J’en prendrai bien un deuxième alors.

Publicités

En fait c’est si simple de perdre le goût du bon pain.

Voilà une autre pause que je m’accorde, que je m’oblige somme toute, que je subis.
Pourquoi ? Tout simplement car je m’égare, je n’ai depuis ce soir plus le cœur à écrire, ça reviendra bien sur, dans quelques jours … semaines ? Non jours. Mais un peu plus que quelques alors.

C’était l’heure de manger. Elle n’avait pas faim. Ses bras ont commencé à être ballants le long de son corps, dans son fauteuil sur lequel elle était depuis maintenant quelques semaines à cause d’une énième chute.

C’est ainsi qu’elle est morte, avec la parole et la dignité en moins et les proches absents.
Je devais aller la voir dimanche soir mais j’ai préféré rester à la maison en me disant que je la verrai la prochaine fois…
C’est dire si je m’en veux aujourd’hui.

Deux enterrements en une semaine désolée mais c’est plus que je ne puis en supporter.
Mais allez ne vous inquiétez pas, sur msn, je ferai comme si de rien n’était et je continuerai à vous sourire, comme je l’ai toujours fait =)