Twin Peaks

News Avril 2017

L’une des petites nouveautés de cette année en termes de séries TV, c’est Riverdale. Adaptée des histoires d’Archie Comics, comme l’était Sabrina, l’apprentie sorcière il y a quelques bonnes années déjà, la série nous plonge dans la ville de Riverdale, où un meurtre vient d’être commis. Je ne vous le cache pas, c’est une série pour adolescents : romances, triangles amoureux, intrigues, cachotteries, jalousie … Mais comme Once Upon A Time, la série reste plaisante à regarder, peut-être grâce aux couleurs criardes qui nous font penser aux années 70/80, voire même à Twin Peaks

Twin Peaks justement, nous apporte sur un plateau sa troisième saison le 21 mai 2017, soit 27 ans quand même après la première. Elle sera composée de 18 épisodes et nous retrouverons avec bonheur l’agent spécial Dale Cooper en la personne de Kyle MacLachlan, mais aussi David Duchovny et Mädchen Amick, entre autres. Pour les nouveaux acteurs qui font partie du casting de cette saison particulière, on aura pêle-mêle Monica Bellucci, Michael Cera, Tim Roth, Amanda Seyfried ou encore Naomi Watts. Je ne sais pas pour vous, mais étant fan de la série originale, j’ai vraiment hâte de voir ce que cela va donner, comme nous l’avait prédit Laura Palmer à la fin de la deuxième saison :

Pour d’autres news rapides, la troisième et dernière saison de Broadchurch s’est terminée quand celle de The Leftovers commence, toujours sur HBO, toujours aussi bonne que les précédentes.

Et pour une news un peu plus perso, mon séjour estival se précise puisque je partirai une bonne semaine en Egypte au cours du mois prochain, en espérant vous rapporter de belles photos, plutôt qu’une malédiction en bonne et due forme.

Publicités

Twin Peaks

Twin Peaks est l’histoire d’une série qui réinvente l’histoire des séries.

twin-peaks-elle-sweden-02-768x1024 Je n’ai jamais vu aucun film de David Lynch, ni Lost Highway, ni Mulholland Drive, bien qu’on me les ait férocement recommandés. Recommandés tout en me disant que si l’on ne comprend rien à l’histoire, c’est normal ; rien de bien engageant selon moi. Au même titre que ces deux films, on m’a aussi souvent conseillé Twin Peaks. Mais penser à une trentaine d’épisodes de 45 minutes, dont deux pilotes d’une heure trente, ne parvenait pas à me motiver. C’est là que France Inter intervient. Revenant de je-ne-sais-plus-quelle-soirée, j’allume mon autoradio et tombe sur l’émission ciné/TV de la station, ce soir là dédiée à Twin Peaks, en l’honneur d’Arte qui a décidé de repasser la série, 20 ans après sa toute première diffusion. Ni une, ni deux, étant accompagnée dans ma voiture, d’une personne autant intriguée par Twin Peaks que moi, nous nous sommes très logiquement installés devant Arte le lendemain soir. Cela a sans doute été l’élément déclenchant, toute seule, mon courage aurait sans doute eût tôt fait de s’étioler.

Twin Peaks m’a tout de suite conquise. Autant dire que France Inter m’avait mis l’eau à la bouche en vantant à merveille les particularités de la série. Car oui, c’est une série particulière sous bien des aspects (dont l’exemple le plus parlant reste Laura Palmer, une morte en guise de personnage principal). Commençant tantôt comme une série policière, elle dérive vers le fantastique sans que cela ne soit choquant ou déroutant. Le petit pitch : Laura Palmer, lycéenne de 17 ans, est retrouvée morte, le corps enfermé dans un sac plastique. Mais qui peut bien être le meurtrier, parmi la petite douzaine de personnages centraux ? Vue comme une icône dans sa ville, Laura Palmer voit ses secrets dévoilés suite à sa mort, venant ternir l’image de la belle lycéenne, reine de beauté propre sur elle. Petits amis multiples, accro à la cocaïne, escort-girl dans un hôtel de passes… les pistes se brouillent pour nous perdre volontairement dans la recherche du meurtrier. Et quand une autre fille est retrouvée tuée, la traque de ce dernier n’en devient que plus vivace…

twin-peaks-dale-cooper

Pour mener les recherches, l’Agent Spécial du FBI Dale Cooper, joué par l’illustre et merveilleux Kyle MacLachlan (connu dernièrement pour son rôle d’Orson Hodge dans Desperate Housewives), est pour moi le personnage clé de la série. Maniaque, futé mais déjanté, élégant, serviable, sont autant d’adjectifs qui le décrivent à la perfection. Cooper se fie à ses intuitions, voire même ses visions, souvent psychédéliques, mais toujours vraies. On se rend d’ailleurs bien compte au bout de quelques épisodes, que Laura Palmer n’est pas le véritable personnage central, mais plutôt lui.

Twin Peaks nous enveloppe dans un univers sombre mais délicat, avec des couleurs qui pulsent, des personnages vivants et des rebondissements volontairement empruntés aux standards du soap opéra. Chaque personnage est unique : un nain, un géant, David Duchovny en travesti, un paraplégique, une borgne folle à lier, une femme se baladant toujours avec une bûche en bois, l’idiot du village, la secrétaire caricaturée, le manchot… tous les clichés y passent, au même titre que les personnages centraux tombent comme des mouches au fil des épisodes. J’ai été quelque peu déçue par le film Twin Peaks (Fire Walk With Me), paru après la série et racontant les derniers jours de Laura Palmer, qui est à mon avis incompréhensible pour quiconque n’a pas vu auparavant la série originelle.

Pour résumer Twin Peaks, tout le monde a quelque chose à cacher, certains avec plus d’importance et de volonté que d’autres, c’est ce qui en fait sa richesse et sa force. Et si vous ne comprenez pas tout à l’histoire, c’est normal.

03012013-twin-peaks