squelettes

Refais-Moi l’aMor(t)

10400565_27177718827_6923_n

Photo Originale : Naïs Sendoa aka Chimik

-T’arrive-t-il de passer un seul jour sans parler de la Mort ?
-Sans en parler, oui évidemment, sans y penser, non.

Nous sommes une génération qui ne pense pas à la guerre ; pour nous elle n’existe qu’à travers les manuels scolaires ou les journaux télévisés. Elle nous semble lointaine à tous points de vue, temps comme espace, même si nous en entendons parler chaque jour que le soleil fait.
Alors à quoi bon changer d’air sous prétexte de vouloir changer d’aire ? Les morts passés s’oublient, les morts à venir semblent inéluctables, comme liés au destin de ces maures chantant leur douce litanie, en Mauritanie comme partout dans le monde.
Alors nous érigeons des sépultures, des mémoriaux, nous les parquons, nous les classons et les démarquons pour différencier la cause de leur Mort ; trier valeureux et intrépides aux paresseux placés entre épines. Tout cela pour prouver que les individus, n’étant déjà pas à égalité dans la vie, ne le seront pas plus à l’heure de la Mort.

Douce envie, fort mépris, certains restent en vie, mais pris.

Publicités