spectacle

Le Vrai-Faux Mariage de La Caravane Passe

 Vendredi dernier au Cabaret Sauvage avait lieu le vrai-faux mariage de Sasha et Mona, célébré par La Caravane Passe. Revenons sur cette soirée survoltée, mêlant tubes, acrobaties, danses endiablées et jeu de la jarretière.

Ce n’était pas la première fois que le groupe organisait ce vrai-faux mariage mais c’était la première fois que j’y assistais. Même sans connaître l’ensemble des chansons par cœur, on ne voit pas une seconde le temps passer, grâce aux diverses saynètes en lien avec la cérémonie de mariage, du verre brisé aux bagarres de fin de soirée.

Ce mariage disposait également d’invités VIP comme Erika Serre qui a pu interpréter plusieurs titres, dont évidemment le fameux et entraînant Gypsy for One Day. Tout marchait du tonnerre dans cette soirée, des costumes aux interludes, en passant par la complicité des membres du groupe avec le public présent dans la salle.

La soirée s’est terminée par un set de DJ Tagada, spécialisé en musique tzigane et des balkans. Je ne le connaissais pas mais j’en retiens un musicien souriant, qui fait danser sans se poser la moindre question, et qui m’a même fait l’honneur de m’offrir un CD, merci encore !

Pour résumer, je vous conseille bien sûr les concerts de La Caravane Passe, mais encore plus ce vrai-faux mariage, si une nouvelle cérémonie se renouvelle l’an prochain …

Publicités

Disney en concert : « Tale As Old As Time »

Les 80 ans du cinéma d’animation de Disney, cela se fête en grande pompe en France, grâce au concert Tale As Old As Time qui a eu lieu ce samedi 10 mars 2018 au Grand Rex à Paris.

 Spectacle mis en scène pour la première fois en France, pile quelques jours avant la sortie au cinéma d’Un Raccourci dans le Temps, je dois dire que j’ai été véritablement surprise par ce show. Grâce à la présence du Sinfonia Pop Orchestra, sous la baguette de Constantin Rouits, et du maître de cérémonie Benoît Allemane (voix française de Morgan Freeman et doubleur dans une vingtaine de films d’animation, entre autres), je n’ai pas vu le temps passer.

Composé de deux parties séparées par un entracte de vingt minutes, le spectacle a mis à l’honneur l’orchestre symphonique, mais également les chanteurs et chanteuses (dont la fameuse Anaïs Delva) pendant plus de deux heures, le tout accompagné d’extraits des films sur un écran géant. A savoir que le concert s’exporte ailleurs en France, avec une soirée à l’Amphithéâtre 3000 de Lyon le 19 mai 2018. C’est pour cette raison que je ne vais pas décrire plus avant les surprises qui parsèment le concert, afin que les derniers spectateurs français puissent en profiter au maximum.

Ne connaissant que très peu les chansons des films de Disney (Le Roi Lion mis à part), j’ai  réussi sans aucun problème à me sentir transportée par le spectacle et à l’apprécier comme il se doit. Un grand merci à l’équipe du Grand Rex pour cet événement exceptionnel.

Le Grand Voyage de Madame Lune [Akteon]

Je continue mes sorties originales, cette fois-ci dans la thématique des spectacles pour enfants. Très en vogue dans Paris de manière générale, mais plus encore à l’approche de la période de Noël. Je suis donc allée voir à l’Akteon théâtre, Le Grand Voyage de Madame Lune, spectacle créé, réalisé et joué par la Touk Touk Compagnie.

C’est dans une petite salle de théâtre presque pleine à craquer que commence le spectacle, où les parents viennent avec leurs enfants. Ce dernier est à destination des petits, à partir d’un an, même s’il est souvent préférable d’attendre peut-être trois ans, histoire qu’ils puissent rester concentrés pendant la petite heure que dure le spectacle, afin de ne pas déranger les autres spectateurs.

Nous sommes projetés dans la vie quotidienne d’une lavandière, découvrant la lune chez elle, et lui proposant de partir en voyage, pour lui faire découvrir mer, forêts, ville … Le tout incluant plusieurs des chansons les plus connues des enfants : Meunier tu dors, Coucou le hibou et d’autres que je vous laisse découvrir.

Avec seulement deux acteurs, la compagnie parvient à nous emporter dans les différents lieux, grâce aux décors pratiques et cohérents, mais aussi grâce aux effets sonores et musicaux qui accompagnent le récit.

Le Grand Voyage de Madame Lune est un spectacle ludique qui saura ravir petits et grands, permettant d’habituer les enfants à la culture et étant une très bonne raison de sortir découvrir de nouveaux univers pendant les vacances scolaires, même s’il fait froid dehors.

Spectacle à l’Akteon du 25 novembre 2017 au 7 janvier 2018

Un opéra à la Madeleine

Je continue mes virées dans Paris en testant les concerts ayant lieu dans la capitale, notamment au sein de l’église de la Madeleine.

Je suis parfois tombée sans le savoir à l’avance, sur divers spectacles réalisés dans l’église, tantôt des champs religieux évidemment, tantôt à tendance plus gospel. Je me suis également rendue compte que bon nombre d’événements étaient organisés à la Madeleine, à un rythme assez effrené.

eglise-de-la-madeleine-630x405-c-thinkstock

Pour se renseigner, il suffit de se rendre sur le site officiel. En cette fin d’année par exemple, pas un jour ne passe sans un concert. Sur des périodes moins « festives », les spectacles se déroulent plutôt le weekend. Mozart, Beethoven, Ravel, Vivaldi … les plus grands sont joués en ces lieux, où l’acoustique architecturale permet d’apprécier encore plus les morceaux mis en avant.

Il faut compter entre 20 et 30 euros la place, que vous pouvez acheter sur les sites de ventes de billets habituels, ou directement le jour même à l’église. Je vous conseille d’arriver en avance car le placement est libre. L’opéra de Mozart que je suis allé voir cette semaine a fait salle comble, puisque cette dernière était déjà remplie à plus de la moitié une demi-heure avant le début du spectacle. Et tant qu’à y aller complètement dans l’ambiance parisienne, je vous conseille le restaurant Le Colibri, place de la Madeleine, qui fait preuve d’un bon rapport qualité / prix, pourtant proche des rues parmi les plus chères du Monopoly.

Olivier de Benoist : 0 / 40

On ne pourra jamais se lasser de Paris, ne serait-ce que par le renouvellement perpétuel de la culture que la ville offre. Entre comédies musicales, théâtres, musées … la capitale est toujours un motif de découverte. Cette semaine, je me déplacée pour le one man show d’Olivier de Benoist, ayant lieu au Café de la Gare (même s’ils n’ont pas de café à l’intérieur ni de gare à proximité) jusqu’à la fin de l’année.

olivier-de-benoist-affiche Le Café de la Gare fait partie de ces anciennes salles de spectacle où l’on croirait entendre les chansonniers. Ici le placement se fait par ordre d’arrivée. Je vous conseillerai néanmoins d’arriver pour l’heure, car quiconque fait une demi-heure de queue pour ensuite aller aux toilettes à l’intérieur du théâtre se voit piquer la place qu’il comptait prendre. Le spectacle dure 1h30, première partie de Jérémy Charbonnel comprise (c’est vrai qu’il est pas mal), sans entracte, et sans temps mort.

Pour ceux qui connaissent déjà Olivier de Benoist, je n’ai rien à leur apprendre. On retrouve l’humour caustique qui le caractérise et, pour une fois ce n’est pas une blague, il laisse en grande partie les femmes tranquilles. A vue d’oeil les deux tiers du show sont composés de sketches inédits, comprenez par là « pas passés à la télévision ou radio ». Je préfère le préciser car il n’y a rien de pire que d’aller voir un spectacle comique, en ayant déjà eu connaissance de l’intégralité du show par le biais de divers canaux. Enfance, scolarité, mariage, paternité … Toute la vie du comique est passée au crible, de 0 à 40 ans, d’où le titre du spectacle.

Olivier de Benoist montre qu’il est un vrai show man qui ne concurrence personne sur les thèmes qu’il aborde. Et ce genre de spectacle nous prouve encore qu’il est possible de sortir à Paris, rire, s’amuser, le tout pour une vingtaine d’euros ! Si je devais noter 0/40, ce serait un 15/20.

Notre-Dame de Paris [2016]

Depuis sa première représentation au Palais des Congrès le 16 septembre 1998, la comédie musicale Notre-Dame de Paris a fait du chemin, jusqu’à revenir à son point de départ cette année et une nouvelle tournée en France l’an prochain. Pour moi, parisienne, j’avais l’impression que c’était une véritable remise au goût du jour, mais la comédie musicale ne s’est quasiment jamais arrêtée en près de vingt ans :

1998 Paris
1999 Tournée internationale
2000 Las Vegas / Londres
2001 Paris / Barcelone
2002 Tournée en Italie / Moscou
2005 Tournée internationale / Montréal
2007 Tournée en Corée du Sud
2010 Anvers
2011 Tournée en Italie
2012 Tournée internationale
2013 Séoul
2014 Tournée internationale
2016 Tournée en Italie / Séoul / Gdynia / Tournée en France

N’ayant pas pu assister aux premières représentations (même si je connais pour autant les chansons sur le bout des doigts), c’est trépignant d’impatience que je suis allée voir l’une de celles ayant lieu actuellement au Palais des Congrès.

b9710211808z-1_20161113090738_000gc47voq37-3-0

Je dois vous dire que je suis retournée en enfance. Toute la nostalgie était bien présente et les nouveaux acteurs sont d’un tout aussi bon acabit que les premiers que nous avons connus au tout début. Seul Daniel Lavoie fait toujours partie de ce premier casting, et il a toujours autant de coffre et de présence.

Les décors sont très soignés et bénéficient de très bons jeux de lumière selon les situations. L’adaptation des pistes est un calque quasi parfait de celles que l’on écoutait au siècle dernier. Les chanteurs ayant également les mêmes intonations que ceux de l’époque. Avec une extrême ponctualité, nous assistons à plus de deux heures de show (dont un entracte d’un quart d’heure) où l’on ne peut qu’être bouche bée devant tant de puissance de voix et de charisme, de la part de chacun des personnages et danseurs. Les danseurs sont de véritables acrobates qui se démènent formidablement bien. J’ai également souri en voyant la mise au goût du jour des « soldats du roi », plutôt vêtus comme des CRS de nos jours.

En plus de deux heures de temps, je me suis rendue compte que je n’avais pas bougé d’un iota, tellement j’étais scotchée par l’ambiance, la bonne gestion du son et des lumières, ainsi que par le jeu des acteurs. Notre-Dame de Paris a eu raison de revenir sur le devant de la scène française et je pense que le spectacle a encore de beaux jours, voire même années, devant lui !