soleil

Et Pourtant …

Du soleil, ça faisait longtemps.
Ce même soleil qui à lui seul fait sourire certains et fuir certaines.
Il suffit de prendre deux personnages et un contexte : une jeune femme, un passage piéton et une voiture ; la voiture c’est une entité à part entière, elle obéît à des règles strictes pour mieux les contourner par la suite, elle prend soin d’elle, on prend soin d’elle juste pour la prendre par la main et la montrer à ses copains comme un trophée parce qu’elle n’est pas souvent si facile à avoir, si facile à maîtriser. Et à la fin on en perd le contrôle, elle finit dans le décor avant de se refaire une beauté et d’appartenir à un nouveau maître.

Je disais une femme qui veut traverser et une voiture qui arrive à toute vitesse.
Sans soleil elle serait déjà morte la pauvre femme. Seulement voilà, le soleil c’est la machine à hormones, le moteur qui fait couper ce dernier, celui qui fait appuyer sur les freins en disant « Il fait beau, il y a du vent et elle est en jupe, laisse-la traverser ».

Il a freiné trop brutalement, s’est fait emboutir et est mort sur le coup.
Je n’aime pas le soleil de toute manière.

Publicités