Sils Maria

Deauville Film Festival : 12 septembre 2019

Journée calme ce jeudi avec « seulement » deux films vus, et un seul en compétition sur les deux projetés. Je ne ferai donc pas un « grand chelem » des films recherchant un prix. Je me suis véritablement posé cette question hier soir de voir ou non tous les films en compétition, même s’ils ne m’intéressaient pas forcément et j’en reparlerai dimanche lors de mon article de clôture. Aujourd’hui donc deux films (et une escapade à Pont-L’Évêque pour visiter Calvados Expérience car je suis en train d’exploser mon quota d’écran) :

Judy And Punch

C’est incroyable à quel point ce festival a au jour le jour bouleversé tout le planning que je m’étais fait avant d’arriver. Par exemple, pour ce matin j’avais prévu d’aller voir Memory : The Origins of Alien (documentaire making-off sur le premier film Alien) à 9h au Morny, puis enchaîner dans la même salle avec Sils Maria. Le temps brumeux a eu raison de Memory et j’ai finalement décidé d’aller voir Judy And Punch car The Climb (le second film en compet’ aujourd’hui) ne m’intéressait pas du tout mais je voulais en voir au moins un, et je ne regrette pas du tout mon choix !

Nous sommes plongés dans un tout autre temps et un tout autre lieu : une campagne au temps de la sorcellerie. Mais sans que cela ne soit traité sous l’angle de l’horreur. Pour autant, on sent beaucoup de modernité, notamment dans les musiques utilisées, et ça dès le générique d’ouverture. La bande son étant dans son ensemble très bonne. Une bonne touche d’humour est également apportée, même dans les moments qui le suggèrent le moins. La mort d’un personnage a dans le même temps terrifié et fait rire le public (moi y compris), et ce n’est pas souvent qu’on ne sache pas quoi éprouver devant une scène. Mêlant croyances populaires, possible rédemption, vengeance et alcoolisme, Judy And Punch est une réussite, qui parvient à nous emmener dans une autre époque et à nous divertir.

JT Leroy

Je ne connaissais pas du tout l’histoire vraie dont est issu ce film. Mais cela me permettait de voir Kristen Stewart en attendant la séance de Seberg que j’ai programmée pour demain. Le résumé de wiki (je suis désolée mais je n’ai pas le courage aujourd’hui) : Dans les années 1990, Laura Albert, une femme écrivain, se fait passer pour un transgenre nommé JT LeRoy (Jeremiah « Terminator » LeRoy). En public, JT LeRoy est « joué » par son amie Savannah Knoop jusque dans les années 2000, pour duper le monde des célébrités, de la mode et des lettres. Mais le canular sera démasqué par le New York Times. Le film est par moments un peu longuet et se déroule plutôt dans les années 2000. Je l’ai trouvé lent car ce qu’on recherche aussi c’est voir la supercherie tomber, et finalement ce n’est que très peu abordé. Nous suivons plutôt l’engrenage et l’escalade de mensonges qui lient les personnages principaux, en grande partie féminins. En tant que frenchy j’ai été contente de voir que les personnages secondaires présents lors des passages en France étaient de vrais français, parlant un vrai français, ce qui n’est pas si fréquent dans les films US. Ce film est vite oubliable mais c’était pas mal de voir Kristen filer un bécot à Diane Kruger.

Mes projets pour demain s’ils ne changent pas d’ici là ? Skin pour rattraper mon retard, The LightHouse parce que ça fait bien longtemps que j’ai envie de le voir et Seberg.

Publicités