Sanctum

Encore plus bas que les abysses : Sanctum

Sanctum-poster

Sans avoir regardé la bande-annonce et pensant aller voir un film d’horreur, je me suis rendue compte que je m’étais complètement fourvoyée en rentrant dans la salle pour Sanctum. Petit point que je tiens à signaler vu la flemme que j’ai eue à mettre mes lentilles pour aller à l’UGC : les lunettes 3D adaptées aux porteurs de lunettes, c’est du vent. Je comprends bien qu’il serait difficile de faire un seul type de lunettes qui soit aussi pratique pour ceux ayant des lunettes et ceux n’en ayant pas, mais de là à dire que les paires distribuées dans les cinémas conviennent aux deux, non, elles conviennent seulement à ceux qui n’ont rien sur le nez à part une belle paire d’yeux tout neufs.

Je disais donc, Sanctum. En voyant sur les affiches, quelques semaines précédant le lancement du film dans les salles, le nom de James Cameron en majuscule, Comic Sans MS (ou presque) gras, accompagné d’une image des fonds sous-marin, mon cerveau a tout de suite fait la relation avec Abyss, l’un des premiers films de Cameron, petit succès au box office de l’époque. Mêmes fonds marins, même atmosphère fantasmagorique en retenue et même absence d’intérêt, la 3D en plus. En lisant le synopsis (des spéléo qui se retrouvent enfermés dans une grotte), j’ai pensé the Descent, La Crypte et autres … bref, un film d’horreur. Non, Sanctum est tout sauf ça, c’est un film dont je n’ai pas encore trouvé l’utilité d’ailleurs, et qui fait partie de ceux que je peux compter sur les doigts d’une seule main, où j’ai quitté la salle en plein milieu de la séance. Cameron s’amuse avec la 3D sans penser au reste, espérons qu’il ne fasse pas la même chose pour les deux prochains Avatar déjà en production, et heureusement, la non-production des prochains Matrix.

Le point positif a été les bandes-annonces que j’ai pu voir, beaucoup pour des films français, qui promettent de belles semaines à venir pour le cinéma dans sa globalité (j’y reviendrai ….).

Publicités