RATP

News Juillet 2016

Mars One entame son nouveau round, pour passer de 100 à 40 candidats (pas encore finalistes) pour le voyage sans retour à destination de Mars. Pour rappel, ils étaient 200 000 à s’être inscrits, de 140 pays différents. Mars One a également effectué des tests afin de faire pousser de la nourriture sur une imitation de sol martien et les résultats se sont avérés concluants !

matt-damon-patates-seul-sur-mars-francesoir_field_mise_en_avant_principale

Le wifi arrive dans les stations du métro parisien, merci la RATP ! Avec en prime, une accélération du déploiement de la 3G et 4G sur le réseau.

Pour la mauvaise nouvelle, Conjuring 2 : Le cas Enfield n’est pas distribué par UGC, mais seulement par Gaumont et MK2. Que les heureux possesseurs de la carte UGC illimité se rassurent puisque MK2 et le Grand Rex la prennent aussi. Mais bon ça reste dommage, on se retrouve dans le même cas de figure que pour Saw VII (Saw 3D : Chapitre Final).

Trop de charge de travail en ce moment, d’où la rareté de mes articles, mais je ne vous oublie pas, j’ai encore d’autres textes sur les bras !

Publicités

Coup de projecteur sur …

L’inconnu du métro ! (clikclik)

cp-serge-le-lapinJe suis tombée par le plus grand des hasards sur ce blog, qui ne pouvait pas me laisser indifférente vu la grande affection que je porte pour le métro parisien (entre Serge le lapin, les rencontres insolites au détour d’un changement de ligne, les dragues sans lendemain et les grèves). Le concept est tout simple : interviewer la personne qui se trouve assise en face de vous dans le métro. Facile me direz-vous mais c’est sans compter sur la gentillesse légendaire des Parisiens, le stress nous poussant à ne pas perdre du temps inutile dans la rame, la peur de l’inconnu ou encore les iPods ou autres engins nous coupant tout bonnement des autres moutons que nous sommes tous dans les transports en commun.

Filez voir et lire son blog. On y trouve des portraits souvent insolites mais toujours émouvants, donnant un tant soit peu de réconfort et de confiance envers le genre humain en guise de « tout n’est peut-être pas perdu après tout ».