Off-Courts

Deauville Film Festival : 10 septembre 2019

 Normalement, la journée la plus froide de la semaine – ce lundi – est derrière nous ! Ce n’est pas que je passe le plus grand de mon temps à l’extérieur, bien au contraire vu le contexte, mais je ne serais pas contre passer un peu de temps à me promener sur la plage (ce sont quand même mes vacances estivales mince !).

Je pensais vraiment voir tous les films en compétition mais je ne suis sciemment pas allée voir Bull ce matin. Il y était question d’un ancien torero dans un quartier défavorisé, et franchement ça ne faisait pas vraiment partie de mes aspirations. J’essaye d’être le plus ouverte possible et c’est également cela que j’apprécie et j’admire dans un festival : pouvoir voir des films différents, être surpris et sortir de ses préférences. Pour autant, j’ai préféré aller voir le second festival du coin qui se déroule en même temps : le festival Off-Courts de Trouville, dédié aux courts-métrages.

Bon en fait, ça c’est ce que j’avais écrit ce matin en me levant. Mais motivée par l’esprit du festival (et réveillée tôt comme d’habitude), je suis allée faire quelques emplettes à Trouville, suis passée vers Off-Courts (mais les courts-métrages sont plutôt diffusés l’après-midi, en même temps que les films en compétition à Deauville) et ai pris le bac pour rallier Deauville. Il était peu de temps avant la diffusion de Bull et j’ai donc décidé d’aller assister à la projection.

Avant d’aller plus loin, je suis très fière de vous annoncer qu’à défaut d’avoir trouvé un tableau peint avec un goéland argenté, j’ai pu me procurer à l’Office de Tourisme de Trouville une peluche de mouette. C’est un bonheur simple à mes yeux que je souhaitais souligner.

Bull

Bien que la réalisatrice n’ait pu être présente, cette dernière nous a toutefois laissé une petite vidéo de présentation de son long-métrage. Centré comme je le disais précédemment sur le milieu des toreros (que j’avais dans ma tête confondu avec la corrida, ce qui faisait que je ne voulais pas aller le voir), le film ne montre jamais de passages avec de la cruauté envers les animaux. Il nous parle du rapprochement de deux êtres que tout oppose : les passions, l’âge, le sexe, la couleur de peau. Mais chacun va donner un sens à la vie de l’autre, apprendre à le découvrir, ainsi que ses aspirations et ses blessures. Comme le film suivant, c’est un film « tranches de vie », ce qui n’est pas du tout mon domaine de prédilection. Le film, tourné à Houston, est beau sur le fond, et peut être une leçon de vie pour des adolescents qui se cherchent, mais je n’ai pas franchement réussi à ressentir les émotions des personnages et il m’a laissé de marbre.

Mickey And The Bear

Après un opening bien punchy et les éléments mis en place (une lycéenne qui travaille dans un atelier de taxidermie pour rapporter de l’argent à la maison et qui vit avec son père, ancien Marine accro aux médocs), on se rend vite compte que le film reste creux dans sa globalité. Le thème de l’addiction est vite mis au second plan et ne semble pas être réellement le sujet du film. J’aurais plutôt pensé à un syndrome de Stockholm et à la vie de tout adolescent devant jongler entre les études, un petit boulot et un ou deux parents spéciaux.

Les scènes charnelles présentes à plusieurs reprises pendant le film sont toutes évoquées avec pudeur, qu’elles soient pleines d’amour ou d’horreur. Mickey And The Bear peut avoir la volonté de nous sensibiliser au sujet de l’addiction médicamenteuse, réel problème aux Etats-Unis, mais ne réussit pas forcément à aborder le point avec explications et ouverture. Comme pour Bull, je suis restée assez neutre pendant la projection, jusqu’à la fin, poignante, sans pour autant que cela ne sauve le film à mes yeux.

J’espère rattraper le coup ce soir, car (et c’est pourquoi je poste mon article si tôt aujourd’hui), je file me mettre les pieds sous la table au Berbère (dont j’avais déjà parlé ici) avant de croiser les doigts pour avoir de la place à la projection au Morny de Waiting For The Barbarians avec Johnny Depp.

Publicités