Noël

Le Manoir de Paris en mode Noël

 Je vous avais dit que je continuerai mes sorties sur le mois de décembre et je n’ai pas manqué à ma parole. Je vous écris de Lille pour vous parler de Paris, et plus précisément du Manoir de Paris, maison hantée reconnue au sein de la capitale.

Située au sein des anciens magasins de vente des faïenceries de Choisy-le-Roi, mitoyenne de l’ancienne prison Saint-Lazare (peu de gens connaissent mais ça fait classe), cette maison particulière est ouverte depuis 2011, et présente différentes scènes liées à la thématique des légendes urbaines parisiennes : égouts, catacombes, fantôme de l’Opéra … Avec des événements spéciaux, comme c’est aujourd’hui le cas pour les fêtes de fin d’année, pour le spectacle d’hiver, avec des contes de Noël … plus pour les adultes que pour les enfants.

 Le Manoir de Paris c’est 1500m², avec une visite d’à peu près une heure (la température intérieure est la même qu’à l’extérieur, ce qui est bon à savoir en hiver), le tout sur plusieurs étages, avec une vingtaine de pièces différentes. Fortement déconseillé aux moins de 10/12 ans (selon le degré d’angoisse du parcours), le Manoir est rempli d’acteurs qui vont venir apporter leurs histoires … et leur lot de frayeur. Comme mentionné dans la FAQ du site, ces derniers ont également le droit de vous toucher (voire même de vous secouer), attention à ceux qui se croiraient tranquilles donc.

Pour le show en lui-même, je ne vais rien dire de plus car il est important de garder une certaine surprise lors de la visite, que cela soit pour la thématique spéciale Noël comme pour les visites « en temps normal ». Je peux toutefois vous affirmer que vous aurez droit à votre content de violence visuelle et sonore. Je n’ai pas eu peur à proprement parler mais je suis restée sur mes gardes pendant la totalité de l’attraction, et je comprends que celle-ci puisse véritablement effrayer. Le Manoir de Paris est une très bonne idée de sortie entre amis, je vous déconseille en tous les cas d’y aller seul.

Je note maintenant qu’il me faut tester Skeleton Key, l’escape game créé par le Manoir …

Publicités

News Novembre 2017

Salut les jeunes !

Peu d’articles ces derniers temps car j’étais encore par monts et par vaux (comprendre : encore dans les DOM pour le travail, mais aussi et heureusement un peu pour le fun).

Je compte rapidement mettre à jour l’article sur les trêves hivernales des séries, maintenant que nous avons des nouvelles plus précises. Niveau cinéma je n’ai pas eu le temps de parler de ce que j’ai vu récemment (Happy Birthdead, Jigsaw et des trucs un peu plus sympathiques) mais je ne désespère pas d’en faire une review succincte, en attendant Le Crime de l’Orient-Express version 2017.

En décembre je vais continuer de me bouger, mais ce mois-ci en région parisienne. Au programme : des théâtres musicaux et le Manoir de Paris édition de Noël. Pour le reste rien n’est encore fait mais ça ne va pas tarder.

Pas mal de lectures, pas mal de séries télé ces derniers temps, voire trop pour que je prenne le temps d’en parler. Comme pour les films, je tenterai d’en faire un condensé d’ici la fin de l’année, avant que cela ne devienne has been.

Sinon, Pokemon USUL est sorti et saura ravir avant tout les collectionneurs plus que les joueurs cherchant une réelle originalité. C’est toujours le piège de Noël, vouloir sa petite cartouche Pokemon, même si la pertinence de cette dernière reste à relativiser. Le marché de Noël de La Défense vient d’ailleurs d’ouvrir ses portes aujourd’hui même, avec beaucoup de stands habituels mais également quelques nouveautés. Et je cherche toujours une place pour le prochain concert de Muse sur Paris, si jamais.

Pire Noël à jamais

Je vous présente mes excuses mais j’arrête ce jour mon blogothon. Six mois jour pour jour après que mon dernier compagnon m’ait quittée. Pour être seul. J’apprends ce jour qu’en fait il n’est pas seul du tout. Et encore une fois on s’est bien moqué de moi, le dindon de la farce. La grosse dinde merdique dont tout le monde rit. Ces histoires arrivent tous les jours à tout le monde et je respecte énormément les personnes qui tiennent le coup et qui parviennent à vivre avec. Quand la vie est un cauchemar on veut ne plus se réveiller, jamais. J’arrête mon blogothon parce que je n’ai pas le courage d’écrire encore sur des sujets frivoles, sur des choses que j’essaye de faire pour passer le temps, me changer les idées, et me rendre compte que je ne profite absolument pas de ma vie. Que j’essaye de faire passer les jours, comme si c’était un véritable calvaire permanent.

Je remercie toutes les personnes qui m’ont lue ce mois-ci et vous avez été de plus en plus nombreuses. Je me sentais exister grâce à vous, à travers vous. Je remercie celui qui m’a ouvert les yeux sur ma condition, sur la personne imparfaite que je suis, car je l’aime du fond du coeur. J’espère vous avoir donné envie de voir des films, écouter des albums, sortir de chez vous. Je vous souhaite évidemment de belles fêtes de fin d’année et j’adresse tous mes voeux de courage à toutes les personnes dans mon cas. Elles se reconnaîtront et elles sont merveilleuses.

C’était mieux l’Avent

Parce qu’avaler les cachetons comme des Smarties ne fait pas passer les journées plus vite, je pense faire un marathon-blog, comme je l’avais déjà fait par le passé si mes souvenirs sont bons, c’est-à-dire un article par jour, jusqu’aux fêtes de fin d’année (sous réserve d’avoir une connexion internet tous les jours, ce qui n’est pas si sûr que ça). Si tant est que je puisse vraiment fêter quelque chose, j’espère que vous si, sinon ce blog va réellement virer en blog de dépressive pour dépressifs, et je ne vous souhaite pas cela.

Je fais tout pour passer le temps, mais à croire que cela n’est pas suffisant pour que je puisse avoir l’impression que ma vie vaut vraiment la peine d’être vécue. J’ai du aller dix fois au cinéma le mois dernier, j’ai essayé d’organiser des soirées, j’ai traîné dans des expos qui ne m’intéressaient pas, je suis en même temps Once Upon A Time, How to Get Away With Murder, Scandal, Homeland, The Walking Dead, American Horror Story et The Big Bang Theory et je trouve tout de même le temps long alors que la trêve hivernale vient à peine de commencer. Je vois les fêtes de fin d’année arriver avec appréhension car cela fait des années que je ne parviens plus à retrouver l’esprit de Noël, sans doute à force de passer ces jours seule, en me donnant un coup de pied aux fesses pour sortir « comme tout le monde » le 31 décembre, alors que, comme tous les ans, je pleure à ladite soirée car je ne m’y sens pas à ma place. Je suis retombée, en parcourant les articles de mon blog en brouillon que je n’ai jamais publiés, sur un que j’avais écrit un soir de Saint-Sylvestre, tellement déprimant que je me suis souvenue pourquoi je l’avais laissé en l’état de brouillon, bien que le texte soit abouti.

Si vous souhaitez que je parle de sujets en particulier, tout ou n’importe quoi dites-le moi. J’ai écrit cet article en à peine cinq minutes car c’est ce que je vis, ce que je ressens. Je dois plus m’appliquer quand ce sont des articles plus concrets, plus cinématesque, concertesque ou foodesque, qui me donnent un chouia plus de fil à retordre et donc plus de temps de concentration, ce qui n’est pas de refus.

Voilà, c’était l’article « tranche de vie » du moment et je me limite à aujourd’hui pour en poster d’autres du même acabit car je pourrais écrire et décrire ce même état d’âme des jours durant, depuis des mois maintenant.