marché de Noël

News Novembre 2018

Allez c’est parti pour des news lancées sans aucune transition :

  • Indochine à Bercy : c’était grandiose. Du grand spectacle comme on en fait hélas bien rarement. La bande a toujours autant de peps malgré les années qui passent et est toujours aussi respectueuse de son public. Un véritable partage, des effets sonores et visuels soignés, un espèce de medley blind-test et Nicola Sirkis qui traverse toute la salle pour s’approcher au plus près de tous ses fans, on adore. Autant j’étais ressortie mitigée de leur tournée de la République des Météors, autant j’ai beaucoup plus accroché à celle-ci, connaissant sans doute mieux leurs titres et profitant de l’émulation de la salle.
  • Les sorties cinéma de ce mois m’ont ravie mais un article plus détaillé sortira bientôt à ce sujet, le temps que je finalise tout ce que j’ai envie de voir (notamment Overlord, sorti aujourd’hui).
  • Le marché de Noël de La Défense commence demain sa 24ème édition et durera jusqu’au samedi 29 décembre (les jours post-Noël de déstockage à ne pas louper). Bonus track : la patinoire juchée tout en haut de la Grande Arche à partir du 8 décembre. A La Défense a également lieu la chasse aux Mickey cachés, avec 9 Mickey à retrouver sur les devantures des magasins. Je ne vais pas vous spoiler le jeu et gâcher l’organisation mais sachez que ce n’est pas si simple et qu’il vous faudra bien gambader ! Pensez à tous les niveaux du centre commercial, à passer devant quelques devantures de magasins de vêtements, de culture ou encore de bagagerie … Oui je sais ça n’aide pas tant que ça mais c’est le jeu, et vous avez jusqu’à la fin du mois pour participer, pour fêter les 90 ans de l’animal et gagner des goodies.
  • Demain matin, c’est aussi le moment d’acheter vos places pour Muse si vous n’avez pas pu en avoir parmi celles vendues la semaine dernière. En effet, une date supplémentaire est ajoutée pour le Stade de France. Mise en ligne à 10 heures !

On se retrouve très bientôt pour un compte-rendu sauvage des sorties cinéma de novembre.

Publicités

Noël ? Ça va chémar.

Je vous disais il y a quelques jours ne pas être sûre d’avoir toujours accès à internet, ce qui est vrai et se vérifiera sûrement la semaine prochaine que je passerai à Lyon. En attendant, j’en profite pour vous assommer avec un autre article inutile.

Dans le même ordre d’idée que j’ai de plus en plus de mal à être imprégnée de la magie de Noël (mon âge grandissant diront certains), j’ai également de plus en plus de mal à apprécier la découverte des marchés de Noël, car de découverte, il n’y en a plus (oui, vous comprenez mieux maintenant le titre de l’article pas vrai ?).

marche_de_noel___mulhouse_1_by_ollivv-d34vfk4

Marché de Noël – Mulhouse – Olivier Beluche

J’ai passé des années à arpenter le marché de Noël de la Défense, le plus souvent enfant, où je voyais alors des choses qui me plaisaient à tous les stands. Adolescente, je trouvais toujours mon bonheur alors que j’étais maintenant seule à me faire des cadeaux, en voyant tantôt des bijoux, tantôt des chichas, ou tantôt des éléments de décoration du style bougies ou encens. Les dernières années de ma vie où je suis allée dans ces marchés, je n’en ai plus tiré que des crêpes, du vin chaud ou des sandwiches à la raclette à des prix exorbitants. A Rennes il y a deux semaines, à Reims la semaine précédente ou encore à Bordeaux où je suis en ce moment, je ne parviens toujours pas à trouver un semblant d’intérêt à nouveau pour ces lieux de foire.

La raison en est simple : on a vite fait le tour et voir un marché de Noël équivaut à les voir tous. Je me suis souvent retrouvée les pieds dans la boue le long des Champs-Elysées pour voir celui de la « plus belle avenue du monde », qui ne ressemblait en fait qu’à tous les autres. Les produits régionaux sont les mêmes quelque soit la région où l’on se trouve et les stands dans leur globalité semblent donner le don d’ubiquité à tous les marchands de ces lieux.

Je vous conseillerais à tout casser ceux de l’est de la France, bien que je doive me rendre à l’évidence : j’ai bel et bien enterré au plus profond de moi cette joie de vivre que j’avais à l’approche de ces marchés fleurissant d’un bout à l’autre du pays.

Je suis calme, comme toujours

Hier, c’était la journée de merde comme on n’en fait plus.

Vous savez, le type de journée où rien ne se passe comme prévu. Où vous vous réveillez une demi-heure avant que votre réveil ne sonne sans pouvoir vous rendormir ensuite. Où votre journée de travail se résumera aux horaires suivants : 8h30/20h15. Où vous vous renverserez du thé brûlant sur la main avant même d’arriver en salle de cours. Où tout ce que vous aviez prévu de faire ou dire passe à la trappe et où l’énervement vous guette de plus en plus. Ces jours où vous prenez cafés sur chocolats sur cafés pour tenir la journée entière, tout en oubliant de manger par la même occasion. Où vous ne savez pas où donner de la tête et où votre main va souvent plonger dans votre sac pour choisir au choix, sédatifs, calmants et magnésium. Où vous vous disiez la veille qu’il était temps d’arrêter de fumer mais qu’au final, non, ce jour là, ce n’est vraiment pas possible. Où vous vous mettez à tempêter contre des personnes n’y étant pour rien dans votre humeur du jour, tout en prenant les coupables avec un peu plus de pincettes. Ces jours où même l’horoscope du 20 Minutes semble se foutre de votre gueule et où votre ordinateur portable ne reconnait plus aucun point wifi pendant tout un après-midi. Ces jours où vous pensez en vous levant qu’il va vous arriver quelque chose de bien, que vous allez faire changer des choses dans votre vie et que vous ne pensez plus qu’à revenir 24 heures auparavant une fois sur le point de vous endormir.

Pour résumer, le nouveau clip de Mylène Farmer est décevant, Buried est décevant (je déteste illico toutes les personnes me l’ayant conseillé – bon ok pour l’originalité je lui ai tout de même mis 6/10 sur IMDB, je suis trop gentille) et le mois de décembre promet lui aussi d’être décevant. Plus que quelques jours avant les marchés de Noël, les vins chauds, les gaufres au sucre glace, les pains d’épice et les sandwiches fromage à raclette chaud / jambon corse. Hmm. Et je veux de la neige, vite, sinon je m’énerve !