Incident in a Ghost Land

Ghostland

Après des années d’attente (principalement pour les fans, car le grand public ne s’était pas forcément penché tant en amont sur la question), Ghostland est enfin sorti au cinéma, plus précisément ce mercredi.

Je ne vais pas une énième fois présenter Pascal Laugier (The Secret, Martyrs – qui faisait déjà partie de la courte liste de films d’horreur à sortir en salles avec une interdiction aux moins de 16 ans), qui compte parmi mes réalisateurs de films d’horreur préférés, avec Alexandre Aja, pour ne citer que les frenchies, mais vais plutôt m’attarder sur le film en lui-même … et sa diffusion.

Car il fallait bien que je commence par un coup de gueule. Dans Paris intra-muros, seulement 9 cinémas (sur la centaine qui existe) diffusent le film ! UGC s’est encore une fois dédouané de projeter un film d’horreur dans la totalité de ses cinémas (vous le trouverez donc uniquement à Bercy et aux Halles, dans une salle pas trop petite, contrairement à celles précédemment attribuées à Insidious ou Grave) et l’interdiction aux moins de 16 ans (que j’ai trouvé fort à propos) ne vont pas aider à attirer un grand nombre de spectateurs en salles. J’ai bien peur que ces deux points entachent fortement le succès au box-office du film, pourtant bien reçu par la critique…

D’une durée d’1h30, le film en lui-même est bon. Bien tourné, bien réalisé et avec une façon décalée de filmer certaines scènes (un rapide passage en style caméra embarquée, ou encore une caméra ciblée sur une des héroïnes lors de ses déplacements dans la maison, ne nous permettant pas de voir ce qu’il peut bien se passer autour), il dispose d’une esthétique soignée. L’histoire commence par une home invasion, qui a toujours son effet peu importe le style de film mis en avant (dont Mother! dernièrement), où Pauline (Mylène Farmer) et ses filles (Crystal Reed et Emilia Jones) vont subir une brutale attaque de la part de deux inconnus au sein de leur nouvelle maison. S’en suivent les dégâts psychologiques subis par les filles et leur volonté de s’en sortir malgré tout.

Pendant la bonne première demi-heure du film, j’ai eu du mal à me détacher de l’actrice Mylène Farmer (pour son second long-métrage, 24 ans après le premier) pour me focaliser sur le personnage, ce qui ne m’arrive jamais. Pour moi, c’était Mylène Farmer et pis c’est tout, mais ce n’était en aucun cas de sa faute car je dois avouer qu’elle colle très bien à son personnage. M’ayant volontairement bouché les oreilles depuis l’avant-première au Grand Rex lundi soir, je ne connaissais pas en détails le pitch de base. J’ai donc eu des difficultés à cibler le genre d’horreur dans lequel Ghostland se situe : épouvante, surnaturel ou gore. Il est au final tout sauf surnaturel, et le gore étant autant psychologique que physique, justifie l’interdiction à un jeune public.

L’évolution des personnages mais aussi celle du film est surprenante et part dans différentes directions. La fin peut d’ailleurs s’interpréter de plusieurs manières, tout en apportant tout de même une conclusion. Il est donc probable que je retourne le voir une seconde fois, pour mieux appréhender une bonne partie du film qui ne fait sens qu’après avoir pleinement compris l’histoire dans son ensemble. Sans être un film révolutionnaire, Ghostland est un bon film d’horreur, sans temps mort qui, je l’espère, restera assez longtemps au cinéma pour permettre de palier le faible nombre de salles le diffusant.

Pour ceux qui ont déjà vu le film, je vous conseille le très bon article d’Oblikon, par Christopher Guyon, sur l’analyse des personnages et du film.

Publicités

News Janvier 2018

Avant toute chose : très belle nouvelle année à vous !

Pour faire un petit retour sur 2017 côté blog, les articles ayant le mieux fonctionné sont (avec le nombre de vues) :

Trêve Hivernale Séries Hiver 2016/2017 1 525
Trêve Hivernale Séries Hiver 2017/2018 1 243
Les Secrets de la Méthode Allen Carr 186
Le bleu est une couleur (très) chaude – L’avis d’Adèle 174
L’Univers Cinématographique Marvel 138
L’Univers des Dépendants Affectifs et Sexuels 138
J’ai testé : l’épilation laser définitive 128

Mes articles sur les trêves hivernales restent de loin les plus consultés (près de 10 fois le troisième de la liste) et sont assez bien référencés, ce qui permet (en plus de mes updates régulières) d’aider des internautes et me fait toujours plaisir.

Côté cinéma, j’ai envie de vous parler d’horreur. L’horreur revient en force en ce début d’année, avec d’une part Insidious : La Dernière Clé et de l’autre Incident in a Ghost Land (ou Ghostland).

LIN SHAYE as Elise Rainier and ANGUS SAMPSON as Tucker

Le premier est le quatrième film de la franchise Insidious et obtient des critiques en dents de scie. A peine 500 000 entrées à date en France, mais je tiens à rappeler que peu de salles (surtout en région parisienne) diffusent ce film. Exit 90% des cinémas UGC et direction Châtelet ou les MK2 / Gaumont. Tourné en un mois, Insidious : La Dernière Clé est assez bien réalisé, malgré une licence qui commence à s’épuiser. On retrouve le duo comique de chasseurs de fantômes qui permet de relâcher un peu la pression et l’ambiance emblématique des films du studio Blumhouse. La performance de Lin Shaye étant encore une fois très réussie. Ce mélange de peur et de courage reste toujours aussi bluffant. Insidious 4 est loin d’être le meilleur de la saga, mais je l’ai trouvé abouti. Il prend le temps nécessaire pour poser le décor, s’étendant assez longtemps sur l’introduction, et maîtrisant très bien les scènes d’angoisse (notamment celle dans les canalisations hihi), tout en accentuant la comédie assumé (un final en mode sucker punch qui a fait rire toute la salle, qui avait bien besoin de se détendre).

Le second, Incident in a Ghost Land, n’est autre que le prochain film (tant attendu !) de Pascal Laugier. Le bonhomme étant quand même le réalisateur, entre autres, de Martyrs et d’un des derniers clips de Mylène Farmer, City of Love. Bon, tant qu’à parler de Mylène Farmer, je vais aussi vous préciser qu’elle y occupe l’un des rôles principaux. D’où la grande impatience des fans quant à la sortie de ce film. A part le synopsis, peu d’informations ont filtré sur le film, mais la bande-annonce, sortie il y a quelques heures, nous permet enfin d’en savoir un peu plus :

Le film est enfin daté et sortira le 14 mars au cinéma. Et pour ceux qui ne peuvent pas attendre, il sera également présenté en compétition lors du Festival du Film Fantastique de Gérardmer, du 31 janvier au 4 février 2018.