I-Doser

I-Doser – Votre dealer légal de cocaïne

images

Pouvoir acheter des doses de drogues en toute légalité, c’est désormais possible. Apparu sur le net il y a maintenant plusieurs années, I-Doser connait un très grand succès mais à petite échelle, il est donc tout à fait probable que vous n’en ayez jamais entendu parler. Le principe est simple, il suffit d’acheter sur le site internet en question des « doses » de différents effets et de puissances différentes. L’intérêt de ce site réside dans le fait que ces doses ne sont ni plus ni moins que des fichiers audio d’une durée moyenne de trente minutes, agissant sur le cerveau de telle manière à agir comme le ferait n’importe quelle drogue.

Les doses d’I-Doser fonctionnent sur le principe du battement binaural. Les sons des doses sont réglés sur de la très basse fréquence et le battement binaural va associer les différents sons parvenant aux deux oreilles pour agir sur le cerveau. Des écouteurs sont donc plus que conseillés pour les écouter, et si ce sont des intra-auriculaires le résultat n’en sera que meilleur.
Le prix des doses ne diffère pas de celui des « vraies » drogues, certaines doses pouvant chiffrer jusqu’à 200 dollars, pour les plus puissantes. Rassurez-vous, une fois la dose achetée vous pourrez l’utiliser à l’infini. Le catalogue des I-doses brasse véritablement assez large, proposant (entre autres) des fichiers procurant les effets de l’absinthe, de l’héroïne, du THC, de la méthamphétamine, de l’ecstasy, de l’opium, du speed et même de la migraine. Je ne sais pas vous, mais je n’ai pas vraiment envie de payer pour avoir une bonne grosse migraine …

Pour ce qui est des effets, ils s’estompent quelques minutes après la fin de l’écoute de la dose. Si effets il y a. Car bien évidemment les avis divergent sur ce nouveau système de drogues parallèles. Mon avis est qu’un tel procédé ne peut pas rester légal s’il est efficace, c’est à dire si les effets des drogues restent les mêmes. Voilà pour ce qui est de la théorie, passons maintenant à la pratique. Ayant lu diverses expériences sur le net dont le résultat variait significativement en fonction de l’état dans lequel les personnes se trouvent lors de l’écoute de la piste, j’ai décidé de faire une étude assez complète en ratissant large moi aussi. Pour ce faire, j’ai regroupé mes séances selon mon état psychologique et physiologique au moment de la « prise » : un état dit normal, un autre sous l’influence légère de l’alcool et un dernier sous celle, toujours légère pour ne pas fausser les conséquences de l’écoute, de la drogue.

Les conseils de prise sont les mêmes peu importe les drogues choisies : être allongé dans une pièce noire avec ses écouteurs, tout en se concentrant sur la musique. Enfin, si on peut toutefois parler de musique à propos de sons discordants ressemblant la plupart du temps à ceux sortant d’un écran de télévision enneigé. Après quelques écoutes en étant « clean », je ressens … une totale absence de résultat, même avec des doses prétendument « très fortes ». A part une anodine tachycardie découlant à mon avis d’un stress en attendant de possibles répercutions, rien.

Même absence de résultats probants, le cerveau pourtant un peu plus nébuleux, en différenciant bien les effets des drogues réelles de celles auditives. Problème de concentration, gros manque d’autosuggestion ? Sans doute. Effet placebo ou science véritable ? Difficile de le dire avec si peu de moyens. Toujours est-il que je ne crois pas aux effets véritables de ce système D si l’on est en pleine possession de ses moyens physiques et psychologiques avant les écoutes. Ceux n’y croyant pas n’achèteront sûrement pas ces doses et ceux y croyant penseront ressentir quelques effets, aussi infimes soient-ils. Si on part de ce statut quo, rien de bien méchant que de commercialiser ce dispositif, qui, comme la voyance pour la citer en exemple, se sert d’une base scientifique pour faire passer n’importe quelle théorie, aussi invraisemblable soit-elle.

drogues

Publicités