Histrionic Personality Disorder

Histrionic Personality Disorder

Un trouble assez intéressant qu’il m’a été donné d’étudier ces derniers temps, côtoyant des personnes touchées, comprenant leurs difficultés, sans avoir même besoin de les comparer avec les miennes de par leurs similitudes.

Commençons par les faits, le trouble de la personnalité histrionique touche jusqu’à 3% de la population, les femmes en majorité. Ca c’est pour le préambule. Pour l’explication grosso modo, ce trouble est défini par Wikipédia comme « un mode généralisé de réponse émotionnelle excessive ». Séduction, recherche de regards, tentatives de suicide et changements d’humeur fréquents en sont les principales composantes. Ces faits liés ensemble dépendent de la psychiatrie et des troubles mentaux, pas rien donc.

Evidemment, tout le monde fait plus ou moins usage de séduction si l’on doit prendre cet exemple, et cela reste dans le cadre de la normalité tant qu’elle n’est pas additionnée aux autres faits. Chaque comportement mis à part n’est pas un signe, c’est dans leur globalité qu’ils prennent leur importance. Vous êtes par exemple histrionique (mot savant pour éviter le terme « hystérique ») si cinq des manifestations suivantes vous représentent à forte échelle :

Le sujet est mal-à-l’aise dans des situations où il n’est pas le centre de l’attention d’autrui
L’interaction avec autrui est souvent caractérisée par un comportement de séduction inadapté, ou d’attitude provocante
L’expression émotionnelle est superficielle et instable
Le sujet utilise régulièrement son aspect physique pour attirer l’attention
La manière de parler est trop subjective et pauvre en détails
Il y a une dramatisation (théâtralisme, exagération du pathos) et une exagération de l’expression émotionnelle
Le sujet fait preuve de suggestibilité : il est facilement influencé par les autres ou par les circonstances
Le sujet a tendance à considérer que ses relations sont plus intimes qu’elles ne le sont en réalité

Pour le cas des histrioniques, ils auront toujours tendance à penser que leurs actions sont normales et explicables, et non tirées par les cheveux et complètement à côté de la plaque. « Les sujets histrioniques entretiennent une certaine dépendance vis-à-vis d’autrui, leurs relations avec le sexe opposé se caractérisent par le besoin de séduction, tout en évitant les relations affectives authentiques. Les changements d’humeur fréquents et la labilité émotionnelle amènent à de véritables crises de nerfs. »

Je crois que tout est dit.

Publicités