historique

Run My City Edition 2019

Peu sportive, j’apprécie toutefois de me lancer des défis et d’assouvir ma curiosité, ce qui a été le cas dimanche dernier, lors de la course Run My City organisée dans Paris.

N’ayant fait qu’une seule course dans ma vie (La Parisienne, un peu plus de 6 kilomètres), j’ai pris du temps pour retrouver mes affaires de sport et m’atteler à la préparation de celle-ci, de 9 kilomètres (il était également possible d’effectuer le parcours de 15 kilomètres). Ma préparation a vite tourné court en raison d’excuses plus ou moins tirées par les cheveux (mauvais temps, aller voir Détective Pikachu au lieu de m’entraîner, etc.) et je suis finalement arrivée le jour J sans avoir pris le temps de courir une seule fois.

Il va sans dire que le début de la course a été un peu difficile pour moi, rien qu’en comptant un point de côté qui est arrivé au bout de seulement 7 minutes de course. Puis tout le reste s’est enchaîné avec facilité. Run My City est une course particulière car les rues ne sont pas bloquées. Il faut donc respecter le code de la route en s’arrêtant aux feux rouges pour les piétons et en essayant de ne pas gêner les passants sur les trottoirs. A savoir que la spécificité de cette course est surtout la découverte de lieux de Paris : musées, mairies, bibliothèques, etc. Et donc que le fait de courir n’est pas toléré dans ces lieux. Run My City n’est pas une course chronométrée où vous devez vous attendre à dépasser votre temps personnel, mais plutôt une course où l’on prend le temps de regarder et visiter les lieux qui nous entourent.

Le parcours de 9 kilomètres que j’ai effectué m’a fait entre autre passer par l’Hôtel de Sully, la bibliothèque historique de la ville de Paris, le Forum des Halles (et ses escaliers), le jardin du Palais Royal et plusieurs mairies. A savoir que le départ comme l’arrivée se situaient devant l’Hôtel de Ville, que j’ai pu brièvement visiter de l’intérieur.

Je tiens particulièrement à remercier les organisateurs, qui ont assuré un parcours rôdé, tout au long du chemin, nous facilitant dans nos déplacements et dans l’orientation du parcours, tous étant de très bonne humeur. Run My City est une course conviviale qui convient tout à fait aux participants n’étant pas forcément des plus sportifs. De plus, chaque édition s’essaye à de nouveaux lieux, permettant de refaire la course plusieurs années de suite tout en découvrant encore plus la ville de Paris.

Publicités

Le Comte de Monte-Cristo au Théâtre Essaion

Cela faisait quelques mois que cette pièce me tentait, mais je voulais me replonger d’abord dans l’univers de Dumas avant d’aller voir la représentation du Comte de Monte-Cristo au Théâtre Essaion. Le mois dernier, j’ai donc relu l’oeuvre originale et ai poussé le vice jusqu’à regarder les quatre téléfilms avec Depardieu. Me voilà donc fin prête pour aborder comme il se doit l’adaptation théâtrale de cet illustre roman.

Il est assez ardu de résumer l’ouvrage d’Alexandre Dumas en une pièce d’1h30. Les trois comédiens présents sur scène (Véronique Boutonnet, Franck Etenna et Luca Lomazzi) y parviennent pourtant tout à fait, faisant évidemment l’impasse sur beaucoup d’événements inhérents à l’histoire, mais pouvant être facilement mis de côté. A l’inverses, des éléments passés sous silence lors de différentes adaptations, sont ici mis en avant, comme par exemple la visite de Monte-Cristo au château d’If, lorsqu’il abat les dernières cartes de sa vengeance. Ce choix scénaristique permet d’utiliser une narration originale pour l’oeuvre : les flashes-back.

 Au début étonnante, voire déconcertante, la représentation gagne en puissance au fur et à mesure du dénouement et des tirades issues du livre. Poignantes, d’autant plus quand on sait que le roman de Dumas est inspiré d’une histoire vraie. Les trois acteurs jouent tour à tour le rôle de Dantes / Monte-Cristo et les autres personnages emblématiques de l’oeuvre et nous entraînent dans le tourbillon des événements tragiques et forts. Je pense qu’il est préférable de connaître l’histoire originale afin d’apprécier au mieux la pièce, mais cette dernière reste accessible à tous.

Véritable succès d’Avignon (et en salles) depuis l’année dernière, la pièce continue jusqu’au 11 février 2018 au théâtre Essaion (qui a la particularité d’être une véritable cave parisienne, permettant une bonne immersion au sein du château d’If).