Granite

Les Trois Tours

Tom-Carr_Ellipse_catalogue Pour beaucoup, le monde de la finance ainsi que ses principaux représentants, sont vus comme une Bête Immonde. Je l’appellerais plutôt la puissante bête, ou bien encore la majestueuse, à chaque fois que je pose le pied au sein des tours Chassagne, Alicante ou bien encore Granite, au gré des réunions et des impondérables de la journée. Je ne vais pas parler de Basalte où je n’ai jamais mis les pieds, car je devrais appeler cet article « Les Quatre Tours » si je voulais être exhaustive, et encore, sans parler des Kupka. Je prends à chaque fois quelques minutes pour me reposer dans l’œil du cyclone, là où tous les visiteurs et salariés se croisent, s’entrecroisent, se disent bonjour, se sourient, se bousculent ou s’ignorent. Je baisse alors le regard et me perds dans la fontaine perpétuelle et la sculpture de Tom Carr qui servent de matrice aux trois tours.

Quand je suis dans Chassagne ou Alicante, je pense au passé, je pense à mon métier, je pense cobol et mainframe. L’ancienneté de ces deux tours se ressent. Comme la saveur agréable d’un après-midi devant la cheminée de ma maison de campagne. Ces tours ne sont pourtant pas mes préférées. Plus austères de par leur caractère sérieux ; après tout ce sont les doyennes. Caressant du bout de mes doigts les murs tantôt faits de pierre blanche de Chassagne tantôt de marbre rouge d’Alicante, je me sens au travail, chez moi et en vacances à la fois.

societe-generale-crise-inside

Miroir des deux autres autres, Granite est un souffle de renouveau. De treize ans plus jeune que ses sœurs, elle respire encore le neuf. A chaque étage, l’odeur véhiculée par la moquette entretenue me laisse à penser aux hôtels où j’ai coutume d’aller. Pok. Mes oreilles ont encore claqué d’avoir gravi en une dizaine de secondes les 35 étages qui me mènent à la salle où je dois me rendre. Je regarde par la fenêtre et ne peut ignorer les centaines de tombes du cimetière qui me fait face. Je ne fais rien de spécial, mais par cette vue je domine le monde. Ou du moins l’esplanade de la Défense et les villes environnantes. Je ne suis pas tradeuse, je n’ai pas d’impact financier puissant, mais je souris chaque fois en voyant la majesté de cette architecture.

Publicités