final

The Strain, c’est fini !

J’en parlais en 2014, lors de la diffusion des premiers épisodes. Quatre saisons plus tard, The Strain, tout comme Orphan Black, finit cette année en beauté, puisqu’on parle pas d’une série annulée, mais bien d’une fin prévue, réalisée et diffusée.

Même si elle a pu souffrir de passages à vide, je suis globalement contente de la série, contrairement à l’article de Premiere à qui je pique les superbes images. J’ai trouvé qu’elle ne misait pas tout sur l’action, sans pour autant se borner à rentrer dans le psychologique des personnages plus que de raison, comme peut souvent le faire The Walking Dead, pour ne citer qu’elle.

A des degrés différents, toutes les saisons m’ont plu. Les personnages principaux ne sont pas immortels (contrairement à certains de leurs ennemis) et il est difficile de prédire les événements qui vont venir. Je ne l’ai jamais fait mais j’ai souvent été tentée de lire les romans de Guillermo Del Toro, qui a littéralement créé un univers entier à travers les livres et la série. Je me suis pour autant avec facilité attachée aux personnages, d’autant plus que j’appréciais tout particulièrement certains des acteurs, comme Corey Stoll, David Bradley et Richard Sammel.

Je trouve que la série s’est finie vite et bien, car quatre saisons est pour moi une durée parfaite pour clôturer une série. Il y a parfois eu des longueurs mais dans la globalité, elle a su s’arrêter à temps pour ne pas faire traîner une franchise plus que de raison.

Publicités

Orphan Black tire sa révérence

Après cinq années de bons et loyaux services, Orphan Black a diffusé la semaine dernière son cinquantième et tout dernier épisode. L’occasion de revenir brièvement et de façon chiffrée (puisque j’avais déjà fait un article dessus) sur une série novatrice et bougrement addictive.

Orphan Black c’est une histoire de clones, qui devient une histoire de soeurs, et elles sont bien plus que Seven Sisters. Chapeau bas à nouveau à Tatiana Maslany, qui interprète pas moins de quinze personnages différents, secondaires comme principaux et a été à multiples reprises recompensée. Mais aussi Ari Millen, qui en joue presqu’une dizaine. Je ne cite qu’eux mais tous les acteurs sont de très haut niveau. Vous trouverez d’ailleurs ici la liste complète des personnages et des clones. Quel travail de fourmi. Pour revenir sur la cinquième et dernière saison, elle permet de bien boucler la boucle, mais avec de lourdes pertes au compteur (personnages comme spectateurs).

Avec 404 000 canadiens devant leur poste pour le pilote et 1 026 000 américains, la série s’est gamelée en France avec seulement 9000 spectateurs au lancement. Heureusement, les internets et Netflix ont permis aux spectateurs francophones de continuer à suivre la série. Malgré la qualité de la série, les audiences US sur la BBC ont chuté au fil du temps, passant d’une moyenne de 413 333 téléspectateurs lors de la saison 1 à 238 333 pour la saison 4 (chiffres non encore arrêtés pour la saison 5).

La série est belle et bien finie mais les créateurs (John Fawcett et Graeme Manson) ne souhaitent toutefois pas s’arrêter en si bon chemin. En effet, une adaptation cinématographique serait en réflexion. Pas de date prévue ni de volonté de se précipiter, le film viendra s’y l’occasion et sa pertinence se présentent !