extraterrestre

Life : Origine Inconnue

Six membres de la station spatiale internationale sont en orbite autour de la Terre au sein d’un même vaisseau et reçoivent une sonde venant tout droit de Mars, contenant des échantillons de sol … ayant une probable source de vie. On va vite passer de « probable » à « sûr à 100% » puis encore plus vite à « oulala ça craint qu’est-ce que c’est que ce bordel ?! ».

Réalisé par Daniel Espinosa, Life fait penser à des dizaines de films du genre qu’on a pu voir avant. Sauf que celui-ci est quand même vachement bien. Avec au casting Jake Gyllenhaal, Rebecca Ferguson, Ryan Reynolds et Hiroyuki Sanada (je le cite aussi car Helix me manque <3), on assiste à un Gravity x The Thing. Ou plus vraisemblablement à un Alien remasterisé, aussi bien au niveau de la bestiole que des moyens techniques à disposition. Autant film de science-fiction que véritable thriller, Life prend le temps de poser les bases avant de faire venir l’élément déclencheur, mais quand l’aspect angoissant apparaît dans le film, il y reste jusqu’au bout. J’ai rarement été aussi stressée devant un film, cela étant aussi bien du à la forme de vie extra-terrestre en elle-même, qu’à cette sensation de promiscuité dans l’espace. L’inconnu (comment résoudre le problème / que veut cet organisme / est-ce vraiment un problème / que va-t-il se passer) est vraiment palpable tout du long, ce qui amène à une sensation de panique assez saisissante. On aurait entendu une mouche voler dans la salle de cinéma tant la tension était présente. Il y a également quelques scènes assez dures mais nous sommes plus dans l’angoisse que dans l’horreur pure.

J’ai trouvé que ce film était un film de zinzin (de l’espace), tant l’ambiance permettait de s’y plonger à fond, alors même que je m’attendais à un film de série B un peu dégueu, comme ceux auxquels les productions (grosses ou non) nous avaient habitués ces dernières années. Fort heureusement, le pari est ici réussi. Avec une mention spéciale pour la fin, qui est aussi étonnante que bonne !

Publicités

Childhood’s End VS Colony

Dans mon dernier article je parlais de Syfy et de la déception que j’avais eue face à The Expanse. Comme je ne suis pas rancunière je viens de me réconcilier avec eux grâce à une nouvelle série … endiablée.

8600033-13555702

Les séries qui mettent les espèces extra-terrestres à l’honneur sont légion en ce moment. Deux sortent du lot et je vais vous en parler aujourd’hui. Dans un premier temps, c’est le cas de Colony, qui nous parle de la Terre sous le contrôle de forces aliens, où une résistance tente de s’y opposer. Diffusée par USA Network depuis le 14 janvier, elle vient d’être achetée en France par TF1 pour une date encore non précisée. Dix épisodes sont prévus pour cette première saison et ce que je peux dire à la fin du pilote, c’est qu’on assiste avant tout à un contrôle et une occupation qui peuvent faire référence aux guerres mondiales, plus qu’à une invasion extra-terrestre lambda. Pour ce qui est des acteurs, que du beau monde : Josh Holloway (Lost, Mission Impossible) ou encore Sarah Wayne Callies (feu Lori dans The Walking Dead) dans les rôles principaux. Un seul épisode étant sorti à ce jour, il m’est difficile de me faire véritablement une idée, disons que pour le moment, j’ai une préfèrance pour …

Childhood’s End ! Le dernier cru de Syfy donc.

ChildhoodsEndBanner

Adaptée du roman Les Enfants d’Icare, d’Arthur C. Clarke, la série est une mini-série de trois épisodes, où chacun dure 1h20. Le format peut paraître assez court mais ayant vu les trois épisodes, ça se tient. Ce choix permet d’éviter les longueurs qui arrivent bien souvent dans les séries longues. Childhood’s End est mon coup de cœur de ce début d’année 2016 de par son côté surprenant sur bien des aspects. Pour résumer, des extra-terrestres, qui se nomment les Souverains / Suzerains, viennent apporter la paix, la prospérité, l’absence de maladies et finalement le bonheur généralisé sur la Terre. Mais qui sont-ils ? Pour quelle raison font-ils cela ? Ces deux questions sont les bases de cette série. Nous rencontrons les Souverains à la fin du premier épisode, et leur découverte m’a véritablement estomaquée. Mêlant religion et science, Childhood’s End parvient à nous transporter dans cette utopie moderne. Usant de timelaps (de quatre années, voire même quinze), l’histoire avance vite car nous avons besoin d’avoir une vue globale et donc à long terme sur les avancements de la Terre quant à cette nouvelle façon de vivre. Je vous conseille en trépignant cette série, rien que pour avoir des lecteurs avec qui échanger quant à la fin qui m’a déstabilisée …

X_X

3h. La lune dehors, ou serait-ce le soleil.
Et là des lumières, des lumières psychédéliques qui sortent des fourrés.
De la fenêtre on ne voit rien, juste une pelouse, une maison probablement hantée et des grillages. Pas une seule route en vue, pas un mouvement dans la campagne en pleine revégétalisation qui commence à se recouvrir de rosée.
Et puis des flashes, saccadés, au même rythme que les éclairages du phare de la Tour Eiffel, sauf qu’ici il n’y a pas 36 solutions possibles, ce sont des extraterrestres ni plus ni moins. Evidemment le simple fait de se rendre compte de leur présence a suffit pour les faire disparaître, mettant ainsi en doute l’esprit le plus vif et le plus rationnel de tous : le mien.