étoilé

Une Foodie chez Georges Blanc

Je poursuis ma tournée des restaurants avec une escale à Vonnas, à une quinzaine de kilomètres de Bourg-en-Bresse, au sein de l’illustre enseigne de Georges Blanc, récompensé de 3 étoiles au Guide Michelin (et 4 toques au Gault-Millau s’il vous plaît).

Je ne vais pas revenir en détails sur tout l’historique de la ville de Vonnas et de la présence de la famille Blanc (et surtout de Georges), mais sachez que s’il y a une sortie d’autoroute directe sur le village, il n’y est pas pour rien. Blanc dans le pays de la Bresse, c’est un empire. Depuis la présence de Jean Louis Blanc, limonadier dès 1872 en plein centre-ville, jusqu’aux multiples récompenses de Georges dans le milieu gastronomique et la présence du complexe hôtelier et des différents restaurants de Vonnas, qu’on appelle aujourd’hui Le Village Blanc.

 J’ai choisi de déjeuner dans l’Ancienne Auberge, principalement pour des raisons de coût et de praticité. Je n’avais ni le temps ni les moyens de déjeuner dans le restaurant principal avec son menu à 7 plats et 295€ et me suis donc « rabattue » avec plaisir dans l’auberge mitoyenne que je connaissais déjà, plutôt style bistro, où l’on mange vite et bien. J’ai choisi de prendre la spécialité du pays (que j’adore) : la volaille de Bresse. Accompagnée de morilles, de riz pilaf et de sa sauce onctueuse, qui revient à moins de 40 euros, le supplément morilles compris. Les prix pratiqués dans l’auberge sont bien plus abordables que dans l’enseigne principale et la salle est pleine tous les jours, ce qui nous fait oublier que nous sommes quasiment en rase campagne.

L’autre bon plat que je me souviens avoir goûté chez lui étant la quenelle de brochet homardine, baignant également dans sa sauce, plutôt assaisonnée. La nourriture est d’une finesse que c’en est un plaisir indéfinissable. Les plats servis sont copieux sans être écœurants pour un sou, comme on pourrait l’imaginer en voyant la sauce.

J’ai terminé mon repas (je ne dois pas dire que j’avais encore faim mais j’ai surtout mis ça sur le dos de la gourmandise) par un moelleux au chocolat coulant, accompagné de sa glace au moka.

Je suis consciente que les enseignes de Georges Blanc restent au-dessus des restaurants de la vie de tous les jours en termes de prix, mais le jeu en vaut véritablement la chandelle. Comme à chaque fois où j’y suis allée, le chef de manque pas de venir nous saluer à la fin du repas pour prendre en compte nos remarques, ce qui ne se fait pas toujours dans les restaurants où les chefs où des enseignes partout en France. Cette promiscuité est liée au fait que tout l’univers Blanc soit concentré à Vonnas, véritable symbole de l’économie de la Bresse.

Publicités

Aux Ducs de Savoie [Une foodie en Haute-Savoie]

La montagne, en temps normal ça me gagne. Plus ou moins même en sachant que mon ex compagnon a souhaité garder mes skis à 400€ pour pouvoir les donner à sa nouvelle conquête pour laquelle il m’a quittée. Nice dude. Bwef, j’ai voulu grandement me changer les idées quelques jours entre Noël et le Nouvel An, pour essayer de rentrer sur Paris d’un meilleur pied.

_DSC0249bis J’ai commencé à chercher des hôtels assez tard (genre à la mi-décembre) et évidemment tout était complet, partout. A deux doigts de renoncer, un hôtel m’a rappelée pour me prévenir d’un désistement. Ni une, ni deux, j’ai pris mon chat sous le bras et je partie Aux Ducs de Savoie, à quatre kilomètres de Megève. Je ne vais pas vous décrire mon séjour en moult détails mais je vais me concentrer comme à mon habitude sur la nourriture servie. Je peux toutefois vous parler du confort intérieur de l’hôtel mais aussi de la multitude d’activités proposées pour prévenir face à l’absence de neige (salle de ping-pong, de musculation, de lecture, sauna, jacuzzi, etc.). Ce qui était parfait vu que je n’ai pu skier qu’une seule journée.

Le restaurant propose chaque midi et chaque soir un menu différent, tout en laissant dans le même temps le choix dans la carte. Je vais devoir faire un condensé de ce que j’ai mangé pendant plusieurs jours, en ne décrivant pas tout à chaque fois car ça ne serait pas intéressant, ni pour moi ni pour vous. Egalement, je n’ai pas toujours pris les menus en photo donc je ne saurais plus avec exactitude vous dire qu’était quoi (comprenez : les menus sur les photos ne correspondent pas toujours aux plats photographiés)…

WP_20141227_006bis

Les menus sont à chaque fois très complets et essayent de varier entre poissons et viandes différentes. A chaque repas nous avons également droit à choisir entre un plateau de fromages et du fromage blanc. C’est dire s’il est impossible d’avoir faim en fin de repas. A savoir en outre, que les dîners présentent un plat de poisson mais également un plat de viande. Les quantités servies sont adéquates, ce qui permet de ressentir encore une légère faim quand viennent les desserts. Je parle de desserts au pluriel car le dîner propose à chaque fois une entrée spéciale ou bien le buffet de hors-d’œuvres, mais aussi un buffet de desserts. Crème brûlée, mousse au chocolat, crème au caramel, macarons, bûches de Noël, fondant au chocolat, île flottante, clafoutis, fruits de saison, tartes… Si vous ne trouvez rien à votre goût c’est que vous le faites exprès. Les feuilletés sont bien faits et les sauces ont l’avantage d’être disposées dans un récipient séparé et non directement sur les mets.

WP_20141228_006bis

Les plats sont fins, raffinés, et les rations sont bien dosées afin d’obtenir le juste équilibre entre trop et trop peu. Il faut également savoir qu’il ne faut pas être radin, étant donné que chaque repas coûte 39€, je suis restée trois jours, je n’ose pas encore faire le calcul. Pour conclure, les quatre étoiles de cet hôtel / restaurant sont tout à fait méritées, aussi bien concernant la qualité des chambres que celle de la nourriture servie.