épuisement

Un Rire Inconnu

grumpy Non pas le rire d’un inconnu, mais plutôt un rire inconnu, qu’on ne reconnaît plus. Comme recevoir chaque jour une batterie neuve, gonflée à bloc et débordante d’énergie. Et l’épuiser. Rapidement, trop rapidement. Par le biais de blagues, de sourires, de gentillesses, de conversations, de rires méconnaissables. Un épuisement moral plus que physique comme si ma 3G intérieure restait allumée trop longtemps.

Sourire aux autres comme on voudrait que l’on puisse nous sourire. Et comme si notre propre sourire nous était destiné. Essayer de donner le change du reflet de l’âme tout en sachant qu’on ne pourra pas se recharger indéfiniment, que mon accumulateur de lithium s’amoindrit et qu’il est tant de trouver un autre combustible avant d’être trop anéantie pour pouvoir un jour relever la tête à nouveau.

Publicités