Disney

Disney en concert : « Tale As Old As Time »

Les 80 ans du cinéma d’animation de Disney, cela se fête en grande pompe en France, grâce au concert Tale As Old As Time qui a eu lieu ce samedi 10 mars 2018 au Grand Rex à Paris.

 Spectacle mis en scène pour la première fois en France, pile quelques jours avant la sortie au cinéma d’Un Raccourci dans le Temps, je dois dire que j’ai été véritablement surprise par ce show. Grâce à la présence du Sinfonia Pop Orchestra, sous la baguette de Constantin Rouits, et du maître de cérémonie Benoît Allemane (voix française de Morgan Freeman et doubleur dans une vingtaine de films d’animation, entre autres), je n’ai pas vu le temps passer.

Composé de deux parties séparées par un entracte de vingt minutes, le spectacle a mis à l’honneur l’orchestre symphonique, mais également les chanteurs et chanteuses (dont la fameuse Anaïs Delva) pendant plus de deux heures, le tout accompagné d’extraits des films sur un écran géant. A savoir que le concert s’exporte ailleurs en France, avec une soirée à l’Amphithéâtre 3000 de Lyon le 19 mai 2018. C’est pour cette raison que je ne vais pas décrire plus avant les surprises qui parsèment le concert, afin que les derniers spectateurs français puissent en profiter au maximum.

Ne connaissant que très peu les chansons des films de Disney (Le Roi Lion mis à part), j’ai  réussi sans aucun problème à me sentir transportée par le spectacle et à l’apprécier comme il se doit. Un grand merci à l’équipe du Grand Rex pour cet événement exceptionnel.

Publicités

Le Roi Lion [Bluray 3D]

Petit plaisir du dimanche soir : visionner Le Roi Lion, que je n’avais pas vu depuis une bonne dizaine d’années, en bluray et en 3D. Simple délire mercantile ou véritable renouveau ?

le-roi-lion-e

C’est donc avec une grande nostalgie que je me suis retrouvée il y a quelques jours sur un canapé avec des lunettes 3D sur le nez. La 3D utilisée ici apporte une réelle profondeur au chef d’oeuvre. Les nombreuses séquences de plaine et de savane sont mis en avant et sublimées par la technique. Pour les scènes d’échanges entre les protagonistes ce n’est pas flagrant. Mais dès que le cadre s’agrandit et que l’on voit le décor, on se laisse véritablement happer par une impression de grandeur et de réalisme.

Cette édition du film s’adresse aux perfectionnistes comme aux fans de la première heure qui souhaitent revoir le film de leur enfance d’un nouvel œil. La 3D est réussie car elle se fond dans le décor sans donner une mauvaise impression de « surfait » et d’exagération.