déception

Il s’appelait Elato.

La première fois qu’il le vit, Alex était avec sa compagne, Barbara. Alex a alors rencontré celui qui partageait les jours de l’être aimé, sachant qu’ils étaient tous les deux en cours ensemble. Alex a tout de suite remarqué qu’Elato possédait un physique vilain, un visage ingrat. Il a pensé que ce n’était pas étonnant puisqu’il étudiait dans le domaine des jeux vidéo, mais cette idée lui est vite passée. Après tout il a toujours trouvé sa moitié belle comme le jour. Alex s’est tout de même senti rassuré de voir qu’il n’avait pas de grande compétition pour garder sa compagne, dans le sens où Elato semblait gentil et qu’il ne pouvait en rien être un rival.

_DSC0059bis

@Sacriledge

La seconde et dernière fois qu’il a vu Elato, c’est quand ce dernier est rentré avec et chez Barbara, en pleine nuit, quasiment main dans la main. Alex a senti le monde s’effondrer autour de lui. Elato semblait quelqu’un de sincère mais il s’est rendu compte qu’il se vantait d’avoir un copain alors même qu’on trouvait facilement son profil sur Adopte un Mec. Alex s’est aperçu qu’Elato et Barbara étaient plus proches qu’eux deux ne l’avaient jamais été. Quand Barbara refusait d’aller au théâtre avec lui, elle allait voir la pièce d’Elato. Quand elle disait ne pas être disponible pour le voir, elle allait en soirée avec Elato. La vie d’Alex a toujours tourné autour de Barbara quand la sienne tournait autour d’Elato. Il a perdu son couple, à cause de cela il en a ensuite perdu son travail. Alex sait qu’il n’a plus rien à perdre et est conscient de sa propre déchéance. Avoir conscience d’une vie partie en lambeaux alors qu’il y a trois mois encore il était le roi du monde, est le pire qui pouvait lui arriver.

Publicités

Cherche un Joueur à Jouet sans Coeur

Nous étions bien, nous étions les meilleures amies au monde. Quand je te voyais le matin, le soir, la nuit, à toute heure, j’étais heureuse. Heureuse de te parler mais aussi de t’écouter, je n’imaginais pas l’avenir car je n’en voyais pas l’intérêt. Chaque jour était un éternel recommencement et je ne pensais pas qu’il puisse en être autrement. Nous étions au centre d’un groupe d’amis qui partageaient, riaient et eurent leur bac. Tu riais de mes mots aussi bien que je riais des tiens car nous étions sur la même longueur d’ondes. Tu te confiais à moi, j’en faisais de même car je ne voyais personne d’autre qui aurait pu mieux me comprendre que toi. Nous allions en voyage ensemble comme s’il n’y avait que nous deux ; nous deux avec ton tempérament et ma maladresse si prononcés.

Alors quand je n’allais pas bien, et c’était souvent le cas, tu étais toujours là. Tu savais déceler mes problèmes entre deux de mes éclats de rire, qui étaient là pour montrer aux autres que j’allais bien, comme je l’ai toujours fait. Tu étais là. Quand c’était ton tour, je faisais tout mon possible, cela en réalisant que je ne le faisais pas aussi bien que toi.

Et puis il y eut Lui, ton action et surtout ma réaction. Et entre toi et moi il y eut l’incompréhension, la colère, la déception et la tristesse. Le mal était fait et contre toute attente nous continuions à nous voir tous les jours, nous voir sans nous regarder, sans nous parler. Tu ne comprenais pas, j’avais juste ma putain de fierté qui m’empêchait de revenir vers toi. Nous nous éloignions un peu plus chaque jour sans que nos amis puissent y faire quelque chose, chacun ayant choisi son côté entre toi et moi.

Tu me téléphonais, je ne répondais plus, je n’osais plus lever le regard vers toi au risque de voir dans tes yeux une lueur de colère ou de dépit. Cela va maintenant faire un an que nous ne nous sommes pas parlées et je m’en suis toujours voulu. J’aimerais que tout redevienne comme avant, avant cette semaine que nous attendions avec tant d’impatience depuis des mois, qui a eu de sinistres répercussions.

J’ai juste un désir, une envie, celui de te revoir et m’effondrer dans tes bras pour te demander pardon du mal que je nous ai fait.