culture

Roux ! : l’Exposition au Musée Jean-Jacques Henner

Malgré une faible publicité (pour tout vous dire, l’unique fois où j’ai entendu parler de cette exposition était lors d’une brève chronique dans Télématin), le musée Jean-Jacques Henner ne désemplit pas, encore plus en raison de son exposition actuelle, dédiée aux roux ! Et c’est avec étonnement que j’ai remarqué que très peu de visiteurs ne l’étaient, roux.

Sur plusieurs niveaux, l’exposition se découpe autour de plusieurs thématiques : art ancien, publicité ou loisirs, peintures, ou encore vie de tous les jours. Vous trouverez donc au rez-de-chaussée un reportage d’une quinzaine de minutes sur les roux à travers la société, via différents échanges avec les personnes concernées, dont entre autres Axelle Red et Audrey Fleurot. Le reportage donne également la parole aux roux moins célèbres mais tout aussi représentatifs et touchés que les autres par les brimades subies à l’âge ingrat.

Pour un prix modique (six euros l’entrée en plein tarif), le musée ne recherche pas l’exhaustivité (pas d’interview de Mylène Farmer au catalogue !), mais à traverser le monde de l’art où la présence rousse se fait ressentir. Parfois choquante (avec le Christ roux), parfois représentative d’une pensée biaisée ou de coutumes populaires (rousse comme une putain ou une traîtresse).

L’exposition, qui peut sembler petite au premier abord, est à la mesure du musée Henner et n’en est pas épurée pour autant. Elle permet d’aborder le sujet et les problématiques d’une minorité qui s’exprime (ou a la parole) moins que les autres, créant sur son passage autant de haine que d’admiration.

Exposition jusqu’au 20 mai 2019 au musée Jean-Jacques Henner à Paris

Publicités

Weird Science

97702524Tous les jours je rêve d’une découverte scientifique sans précédent. Je rêve d’un flash info brutal et magnifique où on nous apprendrait la découverte d’une vie plus ou moins semblable à la nôtre sur une autre planète. Je ne parle pas de micro-organismes comme on en trouve ça et là, mais plutôt d’une espèce avec laquelle nous serions à même de communiquer et d’échanger des connaissances. Et quand bien même, cela serait-il réalisable ? L’être humain a déjà bien du mal à s’entendre avec ses semblables, qu’en serait-il s’il découvrait un tout autre peuple sur lequel il pourrait prendre le contrôle ?

Mais j’en rêve tout de même, j’espère être encore vivante pour entendre un jour une nouvelle de cet acabit. Mes yeux brillent quand je parle de sciences et les questions se bousculent toujours dans ma tête jusqu’à ne plus savoir comment les exprimer. Ce sujet me passionne et j’admire les personnes capables de trouver des réponses, quand les seules phrases que je suis à même de résumer sont des questions. L’univers (infini ou revenant à son point de départ ?), les champignons (animaux ou végétaux ?), la création de nouvelles espèces (telle que l’homme, pas aussi proche du singe qu’on pourrait le croire) ou encore les catalyseurs, sont autant de sujets qui me torturent à chaque fois que j’y pense ou tente de le faire.

J’admire les personnes capables de trouver des réponses quand les seules phrases que je suis à même de résumer sont des questions mais j’admire encore plus notre univers pour garder secret un nombre inconsidérable de réponses à nos questions.