Courbevoie

Portrait – Arash Derambarsh, l’élu anti gaspillage

Le gaspillage étant (et fort heureusement) de plus en plus à l’ordre du jour, je me permets de revenir sur un élu que j’ai pu suivre de près pendant les dernières élections municipales de Courbevoie : Arash Derambarsh.

Le combat contre cet énorme gaspillage passant d’abord par la communication, puisque tout le monde doit être conscient de la situation, je vous mets ci-dessous le descriptif des principales actions faites contre le gâchis alimentaire  et des liens qui pourraient vous éclairer :

Nice-Matin-Arash-Derambarsh-724x1024

Arash Derambarsh Nice Matin Var Matin

 Soutenant continuellement ce combat, je reviendrai également plus en avant sur les trucs et astuces du Pays Châtelleraudais afin de réduire nos déchets, merci Ultradelta pour le partage !

Publicités

Le Timgad [Une Foodie à Courbevoie]

Sur ma lancée des articles à tendance gastronomique, j’en profite pour faire celui-ci, que j’aurais du faire il y a des années déjà, tant j’ai mangé à de nombreuses (et toujours aussi bonnes) reprises dans ce restaurant : le Timgad.

Timgad

D’aussi loin que je m’en souvienne, le restaurant doit au moins être ouvert depuis 25 ans 1975 après vérification et ne cesse de croître en renommée depuis lors. Proposant entrées chaudes ou froides, couscous, tajines, grillades et desserts orientaux, les menus sont également agrémentés de boissons typiques (thé, vins algériens et marocains …) et accompagnés de tout le nécessaire (harissa, pois chiches, raisins secs …). A un quart d’heure à pied de la Défense, je vous conseille d’arriver tôt le midi si vous souhaitez être sûr d’obtenir une place sans avoir besoin de réserver auparavant.

Fidèle habituée, je ne suis pas très objective pour juger de la gentillesse et du professionnalisme du maître des lieux ainsi que des serveurs, même si je peux dire avec certitude qu’ils le sont avec toute la clientèle. Je fais avant tout ce billet pour faire connaître ce restaurant au plus grand nombre, tant ce dernier le mérite.

bb97c2ec-cabe-4468-80b3-b0df3fe956c2_page_home

A savoir que le restaurant propose aussi ses plats à emporter, où bouillon, semoule et plat principal sont disposés individuellement dans des larges barquettes gardant évidemment la chaleur, pour un prix – comme sur place – tout à fait respectable.

http://www.letimgad.com/fr

« Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme »

Je fais assez peu de publicité, surtout quand il s’agit de sujets liés à la politique, mais je vais faire ici une exception à la règle. Pour la simple et bonne raison que c’est un sujet qui transcende la politique et également qui se doit de toucher le maximum de personnes possible. Amie d’Arash Derambarsh, que j’ai rencontré via le Cherche Midi, et pour qui je suis devenue colistière et community manager au sein d’une association (de) commune, Courbevoie 3.0, je viens vous parler aujourd’hui de l’énorme gâchis alimentaire qui se fait en France et des projets pour contrer ces faits déplorables. Pour plus d’informations sur Arash et la cause qu’il soutient, je vous conseille l’article de France 24 à lire ici.

1278985_10203234481761146_549023262_o

Tout le monde (ou presque) est aujourd’hui au courant des pertes alimentaires énormes créées par l’industrie alimentaire et les grandes surfaces. Pour réduire cela au maximum, Arash a mis en ligne la pétition pour dire stop au gâchis alimentaire en France. Après quatre mois de mise en ligne (et non de lutte, qui avait commencé bien avant) et plus 210 000 signatures plus tard, l’Assemblée Nationale a voté, le 21 mai 2015, à l’unanimité, les amendements à la loi sur la transition énergétique qui rendent désormais obligatoires le don par les supermarchés de leurs invendus alimentaires à des associations caritatives.

C’est une belle victoire, une énorme victoire, mais ce n’est pas encore suffisant. De fait, la pétition a été lancée à l’international en soutenant le même projet de loi pour l’Europe. Près de 632 000 soutiens ont été apportés jusqu’à présent, ce qui est également énorme, mais pas assez, compte-tenu de la logique et de l’humanité que prône un tel projet. Si j’en fais la publicité aujourd’hui, c’est que ce projet n’est pas politique, n’est pas marketing et n’est surtout pas irréalisable : c’est un projet humain. Aidez-nous, aidez-les, soutenez cette cause qui est si évidente qu’on ne devrait pas avoir besoin de se battre pour la légitimer. A savoir également qu’Arash sortira en octobre prochain son Manifeste contre le gaspillage, qui devrait permettre au plus grand nombre de réaliser l’ampleur de la catastrophe, mais aussi les moyens d’y faire face.

Une Foodie en Bretagne Altoséquanaise

Un titre disgracieux pour des raisons nécessaires puisqu’il est question aujourd’hui d’une crêperie en plein cœur des Hauts-de-Seine : Ker Lili, à Courbevoie.

Ce n’est pas la première fois que je suis allée dîner là-bas mais je n’avais pas eu le temps à l’époque d’en faire un article. Je décidais donc d’y retourner, non dans l’unique but d’en parler ici, mais aussi et surtout car la nourriture servie y est très bonne et le service des plus agréables.

WP_20150409_001 Pour une fois je commence par parler des prix : ils sont dans la moyenne de ce que l’on peut trouver. Il faut compter une dizaine d’euros en moyenne pour une galette servant de plat principal, ce qui se justifie largement de par la quantité d’ingrédients fournie.

Les galettes proposées sont multiples et originales, chacune portant le nom d’une région ou d’une spécialité. L’assiette devant moi contient une « Josselin », symbolisant la raclette puisqu’elle était composée de fromage, pommes de terre cuites au four, jambon blanc et jambon sec. Voici quelques exemples d’autres plats représentant la recherche des composants assemblés :
La Pontivy : emmental, poulet à la crème, champignons, confit d’oignons et persil
La Malonne : cheddar, confit de canard, pommes de terre vapeur, persil, crème de pruneaux
La Marinière : cocktail de fruits de mer cuisinés, poireaux à la crème, citron, chèvre

Au dessert, parmi tous les délices listés, je me « contentais » d’une simple crêpe beurre / sucre comme je les aime, c’est à dire avec autant de beurre que de sucre. Le service est rapide et surtout professionnel, aimable. Mine de rien, cela fait plaisir. Même s’il est nécessaire et logique, le sens du service et de la clientèle est de plus en plus absent des restaurants parisiens, ce qui n’est heureusement pas le cas ici.

WP_20150409_002

Calme le soir, le restaurant est plébiscité le midi par de nombreuses personnes travaillant aux abords de la Défense. Il convient donc de s’y prendre tôt pour avoir sa place au déjeuner. Enième preuve de son succès, s’il en fallait encore une. Ne possédant pas de site propre à eux, je vous glisse ici le lien vers La Fourchette, pour que vous ayez une idée des plats servis.

La Caisse de Bières

A moins de cinq minutes à pied de la Défense (Courbevoie précisément) a ouvert le magasin La Caisse de Bières, spécialisé comme son nom l’indique, en bières de toutes sortes.

WP_20141206_002

Ce magasin fraîchement ouvert ne vend pas moins de 350 variétés de bières différentes. Vous y trouverez des bières tantôt fortes (plus de 10 degrés), tantôt fruitées (dont framboise, cassis, pomme, de plusieurs marques), tantôt rares et tantôt distinguées (comme c’est le cas de la Tongerlo blonde, récompensée en tant que meilleure bière du monde) et tantôt inclassables tellement il y en a.

WP_20141206_003 Les prix sont très abordables et chaque bière est vendue avec le prix de la consigne, ce qui permet de revenir et donc d’acheter de nouvelles bières (oui, ça reste du commerce et je n’ai aucun problème avec cela). Le propriétaire de la boutique sait vous renseigner en fonction de vos goûts et vos préférences, avec l’amabilité que l’on recherche bien souvent chez les commerçants. Ouverte jusqu’assez tard le soir, il y est souvent organisé des dégustations selon les nouveaux arrivages de bières. Des caisses sont également vendues selon les variétés, ce qui est le cas pour les bières fruitées et légères par exemple, où sont regroupées un ensemble de bières intéressantes pour ceux qui souhaitent se concentrer sur une appétence particulière.

Vous y trouverez également un large choix de verres à bières, qu’on retrouve généralement dans les bars et enseignes professionnelles.

Je ne peux que vous conseiller ce magasin, où vous avez également la possibilité de vous garer grâce au parking réservé à la clientèle, qui parvient à associer quantité et qualité.