convention

Normandes en Tête 2019

Ce vendredi 8 mars, en l’honneur de la journée internationale des droits des femmes, a eu lieu l’édition 2019 de Normandes en Tête, au Centre International de Deauville.

Inaugurée par un discours de Monsieur le Maire Philippe Augier qui avait lui-même créé l’événement en 2011, la huitième édition a attiré plus de 800 visiteurs, venus de la France entière. Ayant pour but de mettre les femmes normandes à l’honneur, cette journée sert autant pour le réseau professionnel que pour se détendre ou encore participer à la vie de la région. Conférences, ateliers et rencontres étaient à l’ordre du jour, mais pas que ! La thalasso de Deauville par exemple vous permettait de prendre soin de vous et j’ai pour ma part bénéficié du shooting professionnel proposé par les organisateurs, avec en prime maquillage et massage pour être la plus présentable possible devant l’objectif, grâce aux étudiantes de ce cursus.

Nombre de femmes connues et reconnues étaient aussi présentes pour coacher, faire découvrir ou tout simplement partager leur parcours, leur expérience et leurs conseils. A savoir qu’une projection au cinéma Le Morny clôturait cette journée, avec l’avant-première du film Mon Bébé, en présence de la réalisatrice Lisa Azuelos et de l’actrice Sandrine Kiberlain.

Normandes en Tête est un réel espace de partage, convivial, pour toutes celles qui souhaitent s’impliquer dans leur département ou plus généralement s’en servir pour leur vie personnelle ou professionnelle, où qu’elle soit, puisque l’entrée n’est pas réservée qu’aux normandes, loin de là.

Japan Expo Edition 2010

Manque_De_Respect

La Japan Expo, j’y suis allée avant-hier et j’ai encore mal aux pattes. Pourtant je n’ai pas franchement été courageuse cette année : à midi j’y rentrais, à 16h j’en ressortais. 4 heures pile poal et j’ai trouvé cela amplement suffisant. Cette année pas de problème de trains le samedi, rendons à la RATP ce qui lui appartient (RATP qui a même au la gentillesse de faire des trains directs Gare du Nord > Parc des Expositions sans s’arrêter une seule fois). Le temps gagné dans les transports en commun n’aura malheureusement pas aidé à rattraper le temps perdu dans les files d’attente une fois arrivé à destination. Et comme un peu de pluie ne fait jamais de mal, ce sont des rasades d’eau qui nous attendaient sur le parcours de boucles labyrinthiques destiné à nous faire patienter pour accéder à la Japan Expo, Saint-Graal des lolitas émos gothisantes, jeunes enfants émerveillés devant tant de mangas, jeux et babioles, et des otaques.

Je ne pourrais pas dire le nombre de visiteurs qui foulèrent les allées ce samedi mais une chose est sûre, il y en avait beaucoup trop. Entre les poignées de parents avec des poussettes, les cosplays de deux mètres de larges, les allées encore trop étroites et ceux qui se photographiaient en plein milieu du passage, rien ne facilitait la fluidité des mouvements. Comme d’habitude les conférences et interviews étaient la plupart du temps réservées à ceux qui avaient le courage de faire la queue plusieurs heures durant et les produits dérivés vendus oscillaient entre articles très chers ou articles de contrefaçon. La Japan Expo peut sembler un monde à part pour les néophytes et je le confirme. J’y vais car c’est souvent l’occasion de rencontrer des personnes qu’on a rarement la possibilité de voir ainsi que croiser Gérard Baste comme Monsieur Poulpe, ce qui me fait d’ailleurs penser que je n’ai toujours pas fait d’article sur les concerts des Fatals Picards et des Rois de la Suède et que cela remonte à tellement de mois que ça en deviendrait tout sauf intéressant.

Allez-y par curiosité, si vous avez un programme à suivre ou des articles ciblés à acheter, sinon passez votre chemin.