comédie musicale

Notre-Dame de Paris [2016]

Depuis sa première représentation au Palais des Congrès le 16 septembre 1998, la comédie musicale Notre-Dame de Paris a fait du chemin, jusqu’à revenir à son point de départ cette année et une nouvelle tournée en France l’an prochain. Pour moi, parisienne, j’avais l’impression que c’était une véritable remise au goût du jour, mais la comédie musicale ne s’est quasiment jamais arrêtée en près de vingt ans :

1998 Paris
1999 Tournée internationale
2000 Las Vegas / Londres
2001 Paris / Barcelone
2002 Tournée en Italie / Moscou
2005 Tournée internationale / Montréal
2007 Tournée en Corée du Sud
2010 Anvers
2011 Tournée en Italie
2012 Tournée internationale
2013 Séoul
2014 Tournée internationale
2016 Tournée en Italie / Séoul / Gdynia / Tournée en France

N’ayant pas pu assister aux premières représentations (même si je connais pour autant les chansons sur le bout des doigts), c’est trépignant d’impatience que je suis allée voir l’une de celles ayant lieu actuellement au Palais des Congrès.

b9710211808z-1_20161113090738_000gc47voq37-3-0

Je dois vous dire que je suis retournée en enfance. Toute la nostalgie était bien présente et les nouveaux acteurs sont d’un tout aussi bon acabit que les premiers que nous avons connus au tout début. Seul Daniel Lavoie fait toujours partie de ce premier casting, et il a toujours autant de coffre et de présence.

Les décors sont très soignés et bénéficient de très bons jeux de lumière selon les situations. L’adaptation des pistes est un calque quasi parfait de celles que l’on écoutait au siècle dernier. Les chanteurs ayant également les mêmes intonations que ceux de l’époque. Avec une extrême ponctualité, nous assistons à plus de deux heures de show (dont un entracte d’un quart d’heure) où l’on ne peut qu’être bouche bée devant tant de puissance de voix et de charisme, de la part de chacun des personnages et danseurs. Les danseurs sont de véritables acrobates qui se démènent formidablement bien. J’ai également souri en voyant la mise au goût du jour des « soldats du roi », plutôt vêtus comme des CRS de nos jours.

En plus de deux heures de temps, je me suis rendue compte que je n’avais pas bougé d’un iota, tellement j’étais scotchée par l’ambiance, la bonne gestion du son et des lumières, ainsi que par le jeu des acteurs. Notre-Dame de Paris a eu raison de revenir sur le devant de la scène française et je pense que le spectacle a encore de beaux jours, voire même années, devant lui !

Publicités