CID

Normandes en Tête 2019

Ce vendredi 8 mars, en l’honneur de la journée internationale des droits des femmes, a eu lieu l’édition 2019 de Normandes en Tête, au Centre International de Deauville.

Inaugurée par un discours de Monsieur le Maire Philippe Augier qui avait lui-même créé l’événement en 2011, la huitième édition a attiré plus de 800 visiteurs, venus de la France entière. Ayant pour but de mettre les femmes normandes à l’honneur, cette journée sert autant pour le réseau professionnel que pour se détendre ou encore participer à la vie de la région. Conférences, ateliers et rencontres étaient à l’ordre du jour, mais pas que ! La thalasso de Deauville par exemple vous permettait de prendre soin de vous et j’ai pour ma part bénéficié du shooting professionnel proposé par les organisateurs, avec en prime maquillage et massage pour être la plus présentable possible devant l’objectif, grâce aux étudiantes de ce cursus.

Nombre de femmes connues et reconnues étaient aussi présentes pour coacher, faire découvrir ou tout simplement partager leur parcours, leur expérience et leurs conseils. A savoir qu’une projection au cinéma Le Morny clôturait cette journée, avec l’avant-première du film Mon Bébé, en présence de la réalisatrice Lisa Azuelos et de l’actrice Sandrine Kiberlain.

Normandes en Tête est un réel espace de partage, convivial, pour toutes celles qui souhaitent s’impliquer dans leur département ou plus généralement s’en servir pour leur vie personnelle ou professionnelle, où qu’elle soit, puisque l’entrée n’est pas réservée qu’aux normandes, loin de là.

Publicités

News Mars 2019

Bon regain d’énergie dernièrement, qui m’a permis d’être à nouveau productive sur le blog, même si j’ai bizarrement moins de temps libre en ce moment.

Comme d’habitude des nouvelles un peu dans le désordre. A la même période l’an dernier je changeais de poste, ce qui m’arrive à nouveau ce mois-ci, toujours dans la même entreprise, avec la vague de responsabilités et de missions à gérer que cela implique. Mais c’est pour le meilleur. Séjour aux sports d’hiver encore prévu pour ce mois de mars, après avoir passé quelques jours à me ressourcer à Londres, puis en Bourgogne, et en passant le temps d’une journée par l’édition 2019 du Salon International de l’Agriculture.

Je ne sais pas si j’en ferai un billet car je ne pense pas pouvoir y rester toute la journée, mais je serai présente ce vendredi 8 mars (journée de la femme) au Centre International de Deauville pour la huitième édition de Normandes en Tête, journée féminine de réseautage, de conférences, de rencontres et d’événements variés autour de la thématique de l’emploi. Il reste encore quelques places sur le site (entrée gratuite mais réservation nécessaire) pour celles qui seraient intéressées. Demandez le programme !

Le mois de février était court de par son nombre de jours, cela ne m’a pas empêchée d’aller onze fois au cinéma. J’en retiens en coup de cœur Le Chant du Loup et ai publié mes avis sur le blog Séries de Films, si vous souhaitez mon avis plus poussé.

Hormis les concerts et festivals prévus pour cet été (notamment le vrai faux mariage de la Caravane Passe début avril), rien d’autre à signaler côté divertissements, mais je crois que c’est déjà pas mal.

40ème festival du cinéma américain de Deauville

Depuis le 5 Septembre, s’est ouverte la quarantième édition du festival du cinéma américain ayant lieu à Deauville (en complément du festival du film asiatique se déroulant tous les ans en Mars). L’heure de faire donc le point sur la dizaine de jours qui s’annonce.

deauville20142

Demandez le programme !

J’ai beau y aller toutes les années, je n’ai pas parlé du festival sur ce blog depuis 2009. C’est avec grand plaisir que je vous exprime à nouveau ma passion dévorante pour le cinéma et en particulier pour ce festival. Le Polo Club de Deauville effectuant ses démonstrations de jeux équestres ce weekend, le festival aura été pour le moment assez dispersé. Comme d’habitude, point trop de monde (comparativement à Cannes ou Montréal) et des facilités d’accès dans tous les lieux dédiés aux séances : le CID (qui reste à mes yeux la plus belle salle de cinéma qu’il m’ait été donné de voir), le cinéma du Casino et le Morny Club. A noter également qu’on pouvait assister à Trouville à Off-Courts, festival du court-métrage, où les projections s’effectuent dans le casino de la ville.

_DSC0045

@Sacriledge

Le festival accueille cette année en tant que membres du jury, parmi les nombreuses têtes d’affiches : Emmanuelle Béart, Costa-Gavras ou encore Jean-Pierre Jeunet. Concernant les films en compétition (liste non exhaustive), nous trouvons :

  • A Girl Walks Home Alone at Night : Film d’Ana Lily Amirpour – qui réalise ici son premier long-métrage – il nous parle d’une ville austère et mortelle, où les habitants ignorent être sous la surveillance d’un vampire…
  • Juillet de Sang (Cold in July), avec Michael C. Hall (notre cher Dexter, que j’avais pu voir à Deauville en 2009 pour la présentation du film Ultimate Game, seule édition où j’avais vu sept films en un weekend !) : Il interprète là Richard Dane, un citoyen américain lambda qui tue un homme entrant chez lui en effraction. Il devient le héros de son village, mais ignore encore les conséquences de son acte.
  • Love is Strange : L’histoire dramatique d’un couple homosexuel qui rencontre les difficultés professionnelles et financières de n’importe quel autre couple, avec le très bon Alfred Molina.
  • The Better Angels : Biopic sur Abraham Lincoln, avec Diane Kruger.
  • Un Homme très Recherché : Thriller avec Philip Seymour Hoffman et Willem Dafoe (entre autres), sur fond d’espionnage post World Trade Center…
_DSC0044

@Sacriledge

Je ne vais pas revenir sur tous les films en compétition et tous les films diffusés (étant donné qu’il y en a plus d’une centaine), mais je souhaitais faire cette petite liste ci-dessus, car elle englobe mes acteurs préférés et mes genres de films aimés. On retrouve toujours les « Nuits Américaines », cette année au cinéma du casino et non au Morny, où vous pouvez visualiser tous les anciens prix du jury, de 23 heures à 6 heures du matin, dont Dans la peau de John Malkovich, Precious, Memento, Mamma Mia ! ou encore Little Miss Sunshine.

Je ne vous le répéterais jamais assez : ALLEZ AU FESTIVAL DE DEAUVILLE ! Que ce soit au festival du film américain ou bien asiatique, ce festival a tout d’un grand (ce qu’il est) mais a également les avantages d’un petit, notamment la possibilité de se loger seulement quelques semaines avant l’événement, des petits prix pour assister à un maximum de séances et une portée médiatique moindre, qui permet d’éviter un trop grand nombre de visiteurs. Festival testé, avec pour ma part presque dix années d’approbation.