Bourgogne

News Mars 2019

Bon regain d’énergie dernièrement, qui m’a permis d’être à nouveau productive sur le blog, même si j’ai bizarrement moins de temps libre en ce moment.

Comme d’habitude des nouvelles un peu dans le désordre. A la même période l’an dernier je changeais de poste, ce qui m’arrive à nouveau ce mois-ci, toujours dans la même entreprise, avec la vague de responsabilités et de missions à gérer que cela implique. Mais c’est pour le meilleur. Séjour aux sports d’hiver encore prévu pour ce mois de mars, après avoir passé quelques jours à me ressourcer à Londres, puis en Bourgogne, et en passant le temps d’une journée par l’édition 2019 du Salon International de l’Agriculture.

Je ne sais pas si j’en ferai un billet car je ne pense pas pouvoir y rester toute la journée, mais je serai présente ce vendredi 8 mars (journée de la femme) au Centre International de Deauville pour la huitième édition de Normandes en Tête, journée féminine de réseautage, de conférences, de rencontres et d’événements variés autour de la thématique de l’emploi. Il reste encore quelques places sur le site (entrée gratuite mais réservation nécessaire) pour celles qui seraient intéressées. Demandez le programme !

Le mois de février était court de par son nombre de jours, cela ne m’a pas empêchée d’aller onze fois au cinéma. J’en retiens en coup de cœur Le Chant du Loup et ai publié mes avis sur le blog Séries de Films, si vous souhaitez mon avis plus poussé.

Hormis les concerts et festivals prévus pour cet été (notamment le vrai faux mariage de la Caravane Passe début avril), rien d’autre à signaler côté divertissements, mais je crois que c’est déjà pas mal.

Publicités

La Palmeraie [Une Foodie en Bourgogne Orientale]

Difficile de critiquer un restaurant oriental (ok, trêve de politiquement correct, vous êtes comme moi, vous allez bien « au couscous » ?), tellement je trouve cette nourriture délicieuse et que je la trouve rarement mauvaise. Pour autant, j’ai pu comparer un bon nombre de restaurants du même acabit dans Auxerre et ses environs (Le Mouflon d’Or, Chez Momo, Le Cercle (où je devais retourner ce soir-là mais il était exceptionnellement fermé), ou encore Les Palmiers à Clamecy), pour pouvoir vous donner un petit aperçu de La Palmeraie, à proximité du centre ville d’Auxerre.

dsc0067

La Palmeraie n’est pas mon restaurant préféré d’Auxerre, je vous dis d’emblée que je défends farouchement Le Cercle. Néanmoins, la qualité et la quantité des ingrédients servis n’étaient pas négligeables. Les quelques reproches que je peux faire sont liés à la viande qui n’était pas si délicieuse que cela et au bouillon que j’ai trouvé un peu fade. Attention toutefois, je suis quelqu’un qui met généralement la barre très haut quand il s’agit de nourriture et je suis bien consciente que la grande majorité des clients trouvera ce restaurant très bon. Le service y est simple, voire même familiale, ce qui permet de se sentir comme chez-soi, mais en mieux. Les prix ne sont pas excessifs et la table est bien fournie comme vous pouvez le voir sur la photo. Une dernière remarque, que je souhaiterais voir appliquée à l’ensemble des restaurants orientaux, qui serait de systématiquement demander la cuisson de la viande, ce qui permettrait d’apprécier au mieux les plats selon les goûts de chacun.

110 [Une Foodie en Bourgogne]

Encore un article sur de la nourriture, je ne sais pas si c’est bon signe, mais promis je ne vais pas faire uniquement un blog sur ça, même si ces articles ont toujours un franc succès. Et promis je mange parfois chez moi de temps en temps …

WP_20150213_004 Toujours est-il que j’étais invitée à une soirée organisée par une coopérative icaunaise, avec le traiteur Bourgogne Morvan pour ce qui était du repas. Je parle ici de cette soirée non pour faire de la publicité concernant la coopérative, mais plutôt pour le traiteur directement, qui a fait du très bon travail.

Comme nous étions près de 800 personnes, le menu était imposé. Je préfère le signaler, sinon on va encore dire que je mange du foie gras ! Quoique. J’adore en effet le foie gras mais j’ai beaucoup plus de mal lorsqu’il n’est pas complètement cuit. Nous avions ici en plus, du foie gras façon crème brûlée ainsi que du poêlé. Les petites quantités servies permettaient de ne pas être écœuré, tout en conservant de l’appétit pour les mets suivants. Le foie gras poêlé était également servi chaud, très bon point compte-tenu du nombre de personnes à nourrir. A noter en revanche, un peu trop de gelée dans la portion de foie gras comme on peut le voir en bas de l’image.

La suite s’est découpée de façon évidente comme c’est le cas lors d’un long repas, c’est-à-dire un poisson suivi d’une viande. Le plat de poisson constitué d’une harmonie de lotte et de homard, avec sa julienne de légumes à l’américaine. Pour ce qui était de la viande, j’ai pu déguster des aiguillettes de suprême de pintadeau fermier, avec une duxelles de morilles ainsi qu’une garniture de légumes. Les plats ont toujours été bien constitués, avec un savant dosage du met principal et de l’accompagnement.

WP_20150213_006

Contrairement à ce que peut faire croire la mauvaise qualité de mes photos, les plats n’étaient pas ensevelis sous la sauce. De plus, elle n’était pas écœurante pour un sou. Pour finir, un petit (façon de parler, il n’était pas petit du tout) entremet chocolat et crème brûlée (pour l’intérieur) et sa sauce Bourbon.

Je n’ai pas grand chose à vous décrire de plus, si ce n’est que la soirée était très réussie, aussi bien au niveau des plats que de la rapidité et la qualité du service, pour lesquels on peut remercier Bourgogne Morvan Traiteur. Un grand merci aux organisateurs et à tout le staff qui aura mis la barre de l’édition 2015 très haut !