Born This Way

Born This Way – Lady Gaga

Nous y voilà, l’album Born This Way est dans les bacs, l’occasion de dresser un petit bilan de ce nouvel opus.

ladygagabornthiswayclip

A la première écoute, je remarque certains titres qui se détachent des autres, sans que je n’arrive à mettre de noms dessus. Après avoir écouté, réécouté encore et encore The Fame Monster, il est difficile de se faire l’oreille à un autre album, qui se voudra forcément en dessous, tellement la barre était placée haut au premier essai. 14 chansons pour l’édition standard, 17 pour la spéciale (et six remixes), avec RedOne tout aussi présent que lors des premiers albums. Les pistes s’entremêlent sans avoir de véritables tempos permettant de les faire se démarquer les unes les autres (en comparaison à Speechless qui ne ressemblait en rien à Just Dance, en rien à Monster, en rien à The Fame, etc.), mais restent toutefois entraînantes. La première écoute passée, on distingue bien des chansons destinées à être des singles quand d’autres resteront sûrement dans l’ombre. Je pense en disant cela pour la première catégorie, à Government Hooker, Bloody Mary, autant qu’à Hair, sorti le mois dernier pour la promotion de l’album. A noter un petit côté années 90 à la S Club 7 pour les titres Fashion of His Love et Highway Unicorn.

Il m’a bien fallu plusieurs jours pour prendre mon temps à écouter l’album, discerner et différencier les chansons, pour leur donner chacune une identité et non pas les écouter d’une traite en appuyant simplement sur le bouton play de ma chaîne hifi. Et en effet, au bout de plusieurs écoutes, comme habituellement pour les albums à tendance house / pop, l’album prend la personnalité qu’il méritait. L’album en lui-même n’est pas mauvais et aura besoin de prendre de la maturité et d’un certain temps de recul pour voir s’il parvient à se maintenir sur la durée, comme le précédent.

Mes coups de coeur persos : Government Hooker, Judas, Bloody Mary, Hair (avec ses paroles empreintes d’autobio) et Electric Chapel. Un assez bon album donc, même s’il s’avère en-deçà des premiers.

Publicités