blog

C’était mieux l’Avent

Parce qu’avaler les cachetons comme des Smarties ne fait pas passer les journées plus vite, je pense faire un marathon-blog, comme je l’avais déjà fait par le passé si mes souvenirs sont bons, c’est-à-dire un article par jour, jusqu’aux fêtes de fin d’année (sous réserve d’avoir une connexion internet tous les jours, ce qui n’est pas si sûr que ça). Si tant est que je puisse vraiment fêter quelque chose, j’espère que vous si, sinon ce blog va réellement virer en blog de dépressive pour dépressifs, et je ne vous souhaite pas cela.

Je fais tout pour passer le temps, mais à croire que cela n’est pas suffisant pour que je puisse avoir l’impression que ma vie vaut vraiment la peine d’être vécue. J’ai du aller dix fois au cinéma le mois dernier, j’ai essayé d’organiser des soirées, j’ai traîné dans des expos qui ne m’intéressaient pas, je suis en même temps Once Upon A Time, How to Get Away With Murder, Scandal, Homeland, The Walking Dead, American Horror Story et The Big Bang Theory et je trouve tout de même le temps long alors que la trêve hivernale vient à peine de commencer. Je vois les fêtes de fin d’année arriver avec appréhension car cela fait des années que je ne parviens plus à retrouver l’esprit de Noël, sans doute à force de passer ces jours seule, en me donnant un coup de pied aux fesses pour sortir « comme tout le monde » le 31 décembre, alors que, comme tous les ans, je pleure à ladite soirée car je ne m’y sens pas à ma place. Je suis retombée, en parcourant les articles de mon blog en brouillon que je n’ai jamais publiés, sur un que j’avais écrit un soir de Saint-Sylvestre, tellement déprimant que je me suis souvenue pourquoi je l’avais laissé en l’état de brouillon, bien que le texte soit abouti.

Si vous souhaitez que je parle de sujets en particulier, tout ou n’importe quoi dites-le moi. J’ai écrit cet article en à peine cinq minutes car c’est ce que je vis, ce que je ressens. Je dois plus m’appliquer quand ce sont des articles plus concrets, plus cinématesque, concertesque ou foodesque, qui me donnent un chouia plus de fil à retordre et donc plus de temps de concentration, ce qui n’est pas de refus.

Voilà, c’était l’article « tranche de vie » du moment et je me limite à aujourd’hui pour en poster d’autres du même acabit car je pourrais écrire et décrire ce même état d’âme des jours durant, depuis des mois maintenant.

Publicités

Et les meilleurs sont ……

Pas d’article sur les films qui passent au cinéma cette semaine, ça vous fera un peu de répit ! En échange j’ai dressé une petite liste sur les dix articles les plus lus du blog, histoire de voir qui remporte la palme des sujets les plus intéressants ou dont on parle le plus. Attention cela ne prend les statistiques uniquement que depuis la nouvelle ouverture de mon blog (en juillet de cette année), n’ayant pas pu garder les précédentes.

1, Les Hormones en Costard 148 vues

the_starbucks_wintercup_by_nothinimportant912, Pourquoi [N°1] : Les gens se font-ils du mal ? 106 vues

3, Secret Story, la vache à lait d’Endemol 59 vues

4, Chiffre L 56 vues

5, Annabelle [Film 2014] 54 vues

6, The Human Centipede III (Final Sequence) 48 vues

7, Kuroshitsuji : Book of Murder 45 vues

8, Les Secrets de la Méthode Allen Carr 45 vues

9, Lucy [in the Sky with Diamonds] 33 vues

10, Pokemon X / Y 33 vues

Ce qui me réjouit est de voir une telle diversité de vues ! Films, articles autobiographiques, musique, anime, jeux vidéo, cigarette et télé-réalité ! Cet ensemble ne pouvait pas être plus éclectique que cela. Mention spéciale pour Mélou qui, en tant qu’auteure invitée a dézingué toutes mes statistiques ! Egalement, même s’il n’est que huitième au classement, je suis heureuse du nombre de personnes qui cherchent à arrêter de fumer.

Merci à toutes les personnes qui me lisent, avec intérêt ou non, je le pense sincèrement.

On ne me cherche pas … mais on me trouve !

Pour fêter les plus de trois années d’activité de mon blog, je m’étais amusée à répertorier les perles des recherches ayant été faites sur Google ou autres, qui avaient permis de tomber sur mon blog à quiconque avait fait ces recherches parfois saugrenues. Voilà un petit best-of des derniers trimestres (qui datent maintenant de 2011), qui me fait tout de même me poser des questions quant à l’orientation de mon blog et ce qu’on y trouve … Je n’avais pas pris le temps de poster cet article à l’époque, mais il me permet de relativiser sur le caractère jovial des billets !

tenue de scène des danseuses de carlos (je n’ai jamais parlé de ça, je le jure !)
blague sexy a faire craquer les filles (aaah si je savais)
ce que pense mylene farmer de depeche mode (elle adore DM, merci de vous poser la question)
les plus laides filles du monde (je suis censée le prendre comment ?)
trappe a rats (wtf ?!)
yaoi sacri (quelqu’un qui me connait bien)
amnesia the dark descent yaoi (quelqu’un qui me connait très bien mais qui a tout de même des goûts douteux)
audrey a 15 ans en bikini (euh attendez ça devient trop personnel là)
nicola sirkis sans sa coloration (je ne veux même pas savoir à quoi ça pourrait ressembler)
vieille dame fuck (un peu plus de politesse envers les dames tout de même …)
l’intérieur d’un ovni (désolée, je garde secrètes les photos de mon prototype)
droguée enceinte tu t’en souviendrais (ah oui, une fois mais pas deux !)
images de barbie et de katy perry et lady gaga dans la piscine (pardon ?)
le nouvel an ça me fout toujours le cafard (non, mon blog n’est pas un blog pour dépressifs)
phrase pour foutre la haine (non, je vous assure, tout va très bien)
collégiennes en rut (dommage, vous ne pensiez pas tomber sur mon blog en tapant ça hein !)
il y a des personnes qui disparaissent sans raisons, et qui vous abandonne en sachant que ça ne va pas bien, et qui reviennent … (recherche trop longue pour que wordpress me l’affiche en entier)
respiration du piranha (hé bien c’est une très bonne question …)
humour de cannibalisme (moi qui pensais être la seule à trouver ça marrant)
pattes de 7808 (?!!)
les filles sexy du bigdil (je ne connaissais pas leur existence et je m’en portais très bien)
j’ai mangé mon auriculaire (perso j’aime le chocolat, chacun son truc)

J’ai censuré pour cet article toutes les recherches quelque peu déplacées (voire complètement tordues) qui ont mené jusqu’à moi. Le petit florilège que j’ai listé ici m’a permis de rigoler allègrement en voyant certaines recherches. Mais je me demande toujours si le pire est ce que les gens recherchent, ou le fait qu’ils tombent sur mon blog en cherchant ce genre de trucs …

Réminiscence

chats

Cela allait faire trois années maintenant que j’avais laissé ce blog à l’abandon. Pire, je l’avais caché, détruit, désireuse de ne jamais le retrouver.

J’avais supprimé ce blog car j’avais l’impression de tourner en rond. Egalement, par trois fois, celui-ci a eu des répercussions réelles, et néfastes, dans ma vie de tous les jours, malgré cette page de notes.

L’eau ayant coulé sous les ponts, je reviens car écrire ma manque. Certes, j’ai continué à rédiger, tantôt pour mon livre personnel, tantôt pour le site Anime-Kun, mais ce blog parvenait toujours à me manquer.

J’aimerais vous dire que si j’ai arrêté, puis repris ce blog trois années après, cela est du à trois années de bonheur inégalable où je profitais de la vie, et sous le coup du sort je me retrouve désœuvrée et prête à replonger dans des écrits émoglauquestes d’amours adolescentes. J’ai eu des hauts, j’ai eu des bas, comme tout un chacun, même s’il reste vrai que je ne parviens pas encore à badiner à l’instar d’Alfred de Musset.

Il y a beaucoup de choses dont j’aimerais vous parler, mais ce ne sera pas nécessairement celles dont je vais vous parler. Je m’attacherai aux articles concrets, utiles, où se cacheront tout de même des sujets désuets et grandiloquents. Cela reste un blog après tout, et égoïstement mon blog.

Je suis consciente que je ne vais pas retrouver l’intégralité de mon lectorat d’antan et ma centaine de visites quotidienne, mais ce n’est pas cela que je vise. J’ai ressenti à nouveau le besoin d’écrire et pourquoi pas d’être lue, peu importe que cela soit par une, dix ou cent personnes.

Comme vous pourrez le constater, les images issues du blog précédent n’ont pas eu la chance de survivre aussi bien que les textes. J’ai toutefois souhaité les garder car ils représentent une tranche de ma vie, et une large. J’effectuerai des modifications dans les jours, voire semaines à venir si la flemme me prend sous le bras, pour rajouter des images, des catégories ou encore des liens (comme celui de mon très bon ami AngelMJ, qui a mérité le succès qu’il rencontre aujourd’hui).

Je vais terminer là cette nouvelle entrée en matière et je vous donne rendez-vous dans les prochains jours pour un autre billet. Merci à ceux qui me lisent depuis longtemps, merci à ceux qui ont lu cet article jusqu’au bout, merci d’être là.

Sacrilège

Our time is running out

Beaucoup moins d’articles dernièrement, et ce pour de multiples raisons à chacune plus ou moins fort coefficient.

Kitty

Premièrement, si des articles viennent à manquer, sont verrouillés sous mots de passe ou encore si mon blog n’est plus référencé par les moteurs de recherches, c’est normal. Deuxièmement, les articles à tendance perso (c’est-à-dire plus humains que ceux bien vagues sur les dernières sorties de films), c’est fini jusqu’à nouvel ordre. Ou en tout cas ici, je ne sais pas vraiment encore. Ou alors je ne sais plus trop. Il est arrivé le temps où les écritures détachées, car écrites à la troisième personne ou façonnées dans des histoires mises hors contexte de la réalité, ne trompent plus l’imaginaire et ne peuvent plus qu’être accolées à une vie véritable. Je pourrais toujours continuer d’écrire comme je l’ai toujours fait, mais je n’ai pas envie qu’un parallèle trop étroit puisse être fait entre mes écrits emplis de tristes sentiments heureux, et mes actions, dires et pensées en société.

Me détacher d’articles neurasthéniques mais aussi optimismes parfois, n’équivaut pas à m’arrêter d’écrire. Toutes ces réflexions sur l’optimisme et les années qui passent ne resteront pas stériles. L’optimisme tue d’ailleurs. Comment est-il possible d’aimer quelqu’un ainsi, à s’en détester ? Comment peut-on éprouver une telle douleur, issue pourtant d’un tel bonheur initial ? Pire douleur que je me rappelle éructer, allongée sur la table de mon perceur, peau à découvert et complètement embrochée, à quel point ça fait mal. L’optimisme, tout le monde n’a que ce mot là à la bouche, seulement voilà, l’optimisme tue. Si l’on ne sait pas mettre de bornes à l’optimisme, il devient un exutoire sans fond qui ne saura qu’enchaîner des répercussions négatives, car rien de ce que l’on pourrait espérer ne se déroulerait comme prévu. L’optimisme c’est s’imaginer une vie meilleure et être au trente-sixième dessous quand la vraie vie nous rattrape. Et même si j’espérais secrètement pouvoir changer ce qui m’handicapait, je savais ce que je concédais, ce que je perdais et prenais en acceptant cette relation. J’acceptais de ne rien laisser paraître, de n’aucunement montrer mon affection pour lui en public. J’acceptais que ce soit évidemment réciproque. J’ai accepté de ne vivre pleinement que lorsque je le voyais en tête à tête. J’ai accepté tout cela car c’était le maximum que je pouvais avoir, c’était ce bonheur empoisonné, ou rien. J’ai aussi accepté de prendre soin de lui comme il prenait soin de moi, j’ai accepté de passer de merveilleux moments emplis d’une complicité infinie. J’ai accepté de recevoir bien plus que ses baisers, accepté d’être plus proche de lui qu’aucune femme ne puisse l’être. J’ai accepté de pouvoir lui confier mes sentiments, mes doutes, mes faiblesses, ma douleur, ma folie, et de me faire rassurer. Je continue de l’accepter autant qu’il accepte de recevoir mon affection, juste milieu entre nos envies respectives.

C’est le genre de dires que je ne me permettrai plus de coucher ici. Maintenant je me concentre sur l’écriture professionnelle. Celle qui ne s’arrête pas aux blogs qui pullulent sur le net, et celle qui est regardée avec des yeux plus critiques mais moins incisifs. Des yeux qui voient au-delà des maux et qui les apprécient, ou non, sans juger la personne qui les confie.

I’ll Follow the Sun

Pas beaucoup d’articles en ce moment et ce, pour plusieurs raisons. Ce sont les vacances pour tout le monde. Ma connexion internet estivale n’est pas ce qu’elle est en des temps plus normaux. Et je concentre toute ma motivation en l’écriture de mon roman, bientôt fini, bientôt proposé aux maisons d’édition.

Bonnes vacances à ceux qui en ont o/