après-propos

Juste une mise au point ♪

Bon, il est temps de resserrer quelques boulons et remettre quelques pendules à l’heure. Pour ce faire, j’invite certaines personnes à relire mon tout premier article et particulièrement le dernier paragraphe. Je me permets de citer à nouveau le passage en question « Les articles présents dans ce blog sont une fiction, les propos prêtés aux personnages, ces personnages eux-mêmes, et les lieux où on les décrit sont en partie réels, en partie imaginaires. Ni eux-mêmes ni les faits évoqués ne sauraient donc être exactement ramenés à des personnes et des événements existant ou ayant existé, aux lieux cités ou ailleurs, ni témoigner d’une réalité ou d’un jugement sur ces faits, ces personnes et ces lieux. ».

J’espère que cela est clair. Si je voulais raconter la stricte vérité sur ma vie je ne le ferais pas sur un blog, encore moins sur celui-là. Ceux qui veulent prendre au mot ce que j’y raconte le peuvent de leur plein gré, à la condition qu’ils ne viennent pas me demander des comptes, m’insulter en des termes plus ou moins dégradants ou encore me toiser de manière hargneuse sur ce que je suis libre d’écrire ou non. Certains articles sont à 100% vrais (les comptes-rendus de concert notamment), d’autres non.

Pour plus de clarté j’ai mis le lien de cet Après-Propos dans la sidebar du blog, espérant à l’avance ne plus avoir à dire une troisième fois ce que je viens de remettre présentement sur le tapis.

Cordialement.

Publicités

When you know you’re going to fall.

Un dernier article pour clôturer l’année. Un dernier article pour donner une impression d’année achevée et bien achevée. Le mois de décembre n’est pas encore terminé qu’il semble déjà oublié. Trop de retardataires à se précipiter dans les magasins déjà bondés, trop d’inquiets à être expulsés des magasins bientôt vides.
Les bonnes nouvelles sont lointaines et n’apportent que jalousie et dégoût. Les mauvaises à l’inverse, semblent si proches et si puissantes qu’elles renforcent le dépit déjà présent en éclipsant le reste. Les fêtes. Reste-t-il pourtant encore quelque chose à fêter ? Ces traditions auxquelles on tient, on se raccroche, n’ont plus aucun sens si on leur ôte leur simple volonté de consumérisme. Dommage de voir qu’il y a pourtant besoin de ce genre d’excuses pour que des repas de familles, des rassemblements se fassent. Comme s’il était délibéré de ne pas se voir toute une année durant, en prétextant en profiter bien plus au moment de ces réjouissances. Mais il y a certaines années où les fêtes viennent trop tard, et où les personnes chères ne sont plus.

Après-Propos

IM000054.JPG

Il est comme qui dirait l’usage de se présenter à la création d’un nouveau blog.
J’estime que non.
Ceux qui connaissent l’existence de ce blog me connaissent déjà bien assez pour que je n’aie le besoin de me présenter une nouvelle fois.

Pourquoi un nouveau blog? Pourquoi celui-ci? Pour faire plus sérieux sans doute, pour être plus distante vis-à-vis des moteurs de recherches surtout.
Marre aussi de tous ces articles et commentaires puériles qui pullulent de l’autre côté de la page. Je me rends compte que j’ai besoin de calme, écrire oui, être lue ça je m’en fous. Mais je me rends aussi compte que je n’ai rien de particulier et surtout d’intéressant à dire.

En outre, les articles présents dans ce blog sont une fiction, les propos prêtés aux personnages, ces personnages eux-mêmes, et les lieux où on les décrit sont en partie réels, en partie imaginaires. Ni eux-mêmes ni les faits évoqués ne sauraient donc être exactement ramenés à des personnes et des événements existant ou ayant existé, aux lieux cités ou ailleurs, ni  témoigner d’une réalité ou d’un jugement sur ces faits, ces personnes et ces lieux .