Apocalypticodramatic

The Messengers [Série]

J’ai précisé « série », car non, je ne vais pas parler du film de 2007 avec Kristen Stewart 🙂
Mois de la tristesse que cette fin de mois de mai : annulées les séries Stalker et Forever, finies les saisons de Scandal, Once Upon A Time ou encore Bates Motel… Il me reste sous le coude Orphan Black, Brooklyn Nine-Nine, Game of Thrones et The Big Bang Theory mais je suis déjà à jour sur tous les épisodes … J’ai donc retroussé mes manches à la recherche d’une nouvelle série qui pourrait me plaire et je suis tombée sur The Messengers (Les Messagers, pour quand la série sera disponible sur les chaînes francophones).

messengers-premiere

Ce qui semble être un astéroïde, tombe sur Terre en plein désert, envoyant une onde de choc qui provoque cinq morts, qui reviennent miraculeusement à la vie, quelques instants après. […] Réunis par le destin et la prophétie biblique, les « messagers » apprennent qu’ils ont maintenant des dons surnaturels…

Je n’ai regardé que quelques épisodes jusqu’à présent mais ce n’est pas déplaisant. Cela me fait beaucoup penser aux 100 que j’ai visionné il y a peu. Les acteurs principaux ne vous seront pas inconnus car ils ont tous une filmographie plus ou moins fournie dans le domaine des séries-télévisées américaines récentes. Le pitch n’est pas trop mal mais il faut aimer le surnaturel biblique. Pour autant, je ne vais pas nous plus vous faire la roue pour vous conseiller à fond cette série puisque l’on sait déjà, suite aux trois premiers épisodes diffusés, que la série est annulée suite à des audiences exécrables. Il y aura donc une saison de treize épisodes, et pis c’est tout.

Je compte aller jusqu’au bout puisque cela ne va pas m’engager bien longtemps. A privilégier toutefois aux fans de l’apocalypse, des anges et du chaos.

Publicités

Z Nation

Bien qu’appréciant The Walking Dead, je n’ai jamais vraiment aimé les séries ou films zombiesques qui commencent directement après le plus gros de l’apocalypse. J’aime suivre l’évolution de la maladie, avoir le suspense de savoir d’où cela vient, si l’univers peut encore être sauvé ou si un remède existe. C’est pour cette raison que je préfère quand les morts-vivants sont restreints ou limités à des zones de quarantaine en début de scénario, comme Resident Evil ou Helix pour ne citer qu’eux en exemples récents. Malgré mes craintes, j’ai commencé Z Nation, série diffusée par Syfy, car les zombies sont quand même mon thème préféré.

z-nation-hd-wallpaper

Malgré mes craintes donc, car la série commence trois ans après que les zombies aient dévasté les Etats-Unis. Le scénario reposant donc sur un porteur sain qui doit être transporté jusqu’en Californie afin de récupérer son sang pour en faire un possible remède. Vu le nom, on pense bien évidemment à World War Z, livre que j’avais adoré avant que le film ne vienne le détruire, mais passons.

Ma critique va peut-être paraître déplacée car je n’ai regardé qu’un seul épisode. Mais non par manque de temps ou par manque de connexion wifi, non, simplement parce que :

Jean-Pierre-Coffe-cest-de-la-merde

Et ceux qui me lisent le savent, je suis franchement bon public et j’adore l’horreur. Mais là, j’ai peiné à finir ne serait-ce que le premier épisode. La seule raison pour laquelle je suis allée au bout était que j’espérais un cliffhanger de fou furieux ou à minima un bout de scénario.

Les acteurs ne semblent pas l’être tant que ça, le fil rouge de la série est lamentable, tout est cliché et l’action à tout va dévalorise tout ce qui n’était déjà pas trop valeureux. Cette série, c’est un peu l’adaptation ratée de Dead Rising et de la map zombies de Call of Duty. Sans déconner. On a des explosions et des coups de feu à tout va avec dans le même temps des accessoires tirés par les cheveux qu’on ne peut voir que dans les jeux vidéo. A côté de ça, on a une vague de zombies, quelques secondes de répit, une autre vague de zombies, un peu de répit, une autre vague de zombies … Bref vous voyez le genre, le seul intérêt ici est de pouvoir mettre en pause quand on veut. Mais pour moi ce fut plutôt arrêter complètement et le plus tôt possible de regarder ce truc, qui est une honte aux séries du genre.

Apocalypticodramatic

« Apporte-moi mes cachets, serre bien ma camisole »

1878138418_51b5ce613d_o

Ça y est, les grands préparatifs de Noël sont quasiment finis, ce sont ceux du nouvel an qui commencent à prendre le dessus. Que faire ? Qui voir ? Où aller ? Difficile de se sentir à part entière dans la société quand les seules réponses qui nous viennent à la bouche sont « Rien, personne et nulle part ».

Sortir pour tromper le sort comme tous les ans et espérer que la nouvelle année ne soit pas comme la précédente, comme on peut se le dire tous les ans, tout en se rendant compte que les années se suivent et se ressemblent. Ne même pas se dire que la prochaine année sera bonne, mais simplement espérer qu’elle ne soit pas pire. Et réaliser également que passer le nouvel an ne nécessite pas de faire preuve de bonheur, mais simplement de courage. Encore faut-il en avoir encore.