4/15

Roland Garros, mon Amant. [3/2]

Troisième article, sur deux prévus initialement. Un premier sur ma passion de toujours, le tennis, un deuxième sur le tournoi de Roland Garros en lui-même, côté spectateur. Et aujourd’hui un troisième et pour le moment dernier, toujours sur Roland Garros, mais côté staff cette fois-ci.

Roland-gaga

Car derrière cet événement mondialement connu, des milliers de collaborateurs et hommes de main agissent dans l’ombre. Des arbitres aux journalistes, en passant par les hôtesses d’accueil, les vendeurs en tous genres, les policiers apprêtés pour l’occasion, les ramasseurs de balles, la sécurité intérieure et extérieure, les restaurateurs et les logisticiens, entre autres, car il me serait impossible d’en faire une liste exhaustive. Les célébrités que sont les tennismen et women ou encore les spectateurs et spectatrices à la Pippa Middleton ont en général tôt fait d’éclipser tout ce bas monde, difficile de dire si cela est à raison ou non. L’envers du décor est tel qu’il n’est pas amené à être dévoilé aux visiteurs lambda, dans l’optique légitime de maintenir la vision idéaliste et magnifique qu’est ce tournoi du grand chelem. Mais ne vous méprenez pas, travailler à Roland Garros n’a rien d’un enfer (avec un seul L à Roland s’il vous plait, tout le monde semblant s’être mis d’accord pour détruire ce prénom), cela reste juste un travail.

Et quoi de plus agréable pour un/une passionné(e) de tennis d’aller chaque jour fouler des pieds ce stade ? Comme de brandir son accréditation à l’entrée avec le moins de fierté possible ? De prendre son temps, avant de reprendre le travail, à la terrasse d’un stand Nespresso tout en écoutant un orchestre jouer la bande son de Super Mario ? Tout simplement de ne pas trainer les pieds en aller au travail, et ça, ça n’a pas de prix.

Publicités