Mad World

Jour de fête devenu jour de deuil, les lendemains ne chantent plus. 15, 16, 17 juillet, on tente de se remettre en selle, la distance aidant pour ceux n’ayant pas de proximité avec ces drames. Drames qui deviennent des habitudes auxquelles on ne s’habitue pas. L’absence de proximité qui peut aider à se détacher, se sentir plus détaché qu’on ne l’aurait cru. Plus détaché, pas moins touché, pas moins meurtri.

mad_world_by_chilek

Alors on tente de reprendre ses habitudes, mais en mieux, s’en créer de nouvelles. Reprendre goût à la vie comme l’a fait Mathias Malzieu après son hospitalisation, véritable hymne à la vie que de savoir profiter et redécouvrir les bonheurs simples. Le simple bonheur. Se lever pour aller au marché, profiter du beau temps, échanger avec les forains, payer une tournée, en recevoir d’autres, conduire par la suite et finir au commissariat. Mais ne pas être attristé par une amende ou quelques points perdus, car il y a bien d’autres choses sur lesquelles s’attrister.

Continuer à regarder d’autres feux d’artifice, sortir, penser aux autres, mais aussi penser à soi.

Their tears are filling up their glasses
No expression, no expression
Hide my head, I wanna drown my sorrow
No tomorrow, no tomorrow

Publicités

Laissez un commentaire si le coeur vous en dit !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s