Mois: avril 2016

Trepalium

Je vous avais précédemment parlé de la série Ainsi soient-ils diffusée par Arte, et je continue de promouvoir cette chaîne par le biais de Trepalium, diffusée en février 2016.

Dans un proche futur, la population est séparée en deux par un mur. D’un côté, la « Zone », avec les 80 % de chômeurs, de l’autre, la « Ville » hébergeant les 20 % d’actifs. Izia Katell vit dans la Zone où elle élève seule son fils. Elle est sélectionnée par le gouvernement pour devenir une « employée solidaire » à Aquaville, du côté des actifs. Elle va travailler chez Ruben Garcia, ingénieur en dépollution dévoué à son travail, qui vit avec sa femme Thaïs et sa fille devenue mutique.@Wiki

trepalium_vue_ville

En six épisodes seulement, Trepalium nous plonge dans un monde pas si éloigné que cela de la réalité actuelle, et pour cause elle évoque le thème omniprésent du travail (d’où trepalium) et plus symptomatiquement du chômage et de l’aliénation de notre société. Rappelant évidemment le système des castes et encore plus celui des murs dressés entre les populations, Arte a frappé fort autant par le scénario que par les décors utilisés et la façon mi-futuriste, mi-archaïque de traiter le sujet.

Avec Léonie Simaga et Pierre Deladonchamps en personnages principaux, la série n’a pas besoin de s’embarrasser de pléthore de personnages secondaires pour parvenir à ses fins, bien que j’aie été passablement déçue du film L’Inconnu Du Lac, dans lequel a joué ce dernier, mais ceci est une autre histoire. Tournée en Ile-de-France (à Trappes, Pantin ou encore Paris), la série nous permet de nous identifier dans les décors, sans même que nous les ayons déjà vus auparavant, peut-être grâce à une volontaire sensation de proximité et, aussi étonnant que cela puisse paraître, de banalité.

La première saison se suffisant à elle-même, il n’y aura pas de seconde saison, bien que la productrice pense à utiliser d’autres thèmes pour d’autres mini-séries du même genre, comme par exemple le vieillissement de la population …

Publicités

Portrait – Arash Derambarsh, l’élu anti gaspillage

Le gaspillage étant (et fort heureusement) de plus en plus à l’ordre du jour, je me permets de revenir sur un élu que j’ai pu suivre de près pendant les dernières élections municipales de Courbevoie : Arash Derambarsh.

Le combat contre cet énorme gaspillage passant d’abord par la communication, puisque tout le monde doit être conscient de la situation, je vous mets ci-dessous le descriptif des principales actions faites contre le gâchis alimentaire  et des liens qui pourraient vous éclairer :

Nice-Matin-Arash-Derambarsh-724x1024

Arash Derambarsh Nice Matin Var Matin

 Soutenant continuellement ce combat, je reviendrai également plus en avant sur les trucs et astuces du Pays Châtelleraudais afin de réduire nos déchets, merci Ultradelta pour le partage !