Knock Knock [Film 2015]

Me plonger dans les salles obscures m’avait grandement manqué. J’y ai découvert un film où je n’avais ni vu la bande-annonce, ni même vraiment lu le synopsis. En revanche, j’ai vu que Keanu Reeves en était l’acteur principal, et il n’en a pas fallu plus pour me décider d’aller visionner Knock Knock.

Contrairement à ce que l’on pourrait croire au début du film, ce dernier n’est pas tourné à Los Angeles (où j’aurais juré mordicus avoir reconnu les maisons), mais à Santiago. Présenté au festival de Deauville ayant eu lieu au début de ce mois, le film est seulement sorti en salles françaises ce mercredi.

On parle de harem reverse, bah là pour adopter la même logique, ce serait un Funny Games reverse. Un film où le girl power dans les tendances perverses met mal à l’aise. Pour cause, le film est étiqueté en tant que thriller érotique. Facile à croire quand on sait qu’on en doit la réalisation à Eli Roth. Keanu Reeves donc (Evan dans le film), est un bon mari et un bon père de famille, qui se retrouve seul chez lui pour le weekend prolongé, à cause du travail, pendant que le reste de sa famille est en séjour à la plage. Deux jeunes femmes vont alors sonner à sa porte et rendre son weekend bien moins paisible qu’il ne le pensait.

25

Les acteurs m’ont impressionnée. A part la famille et quelques autres personnages secondaires qu’on voit très peu, le film se concentre sur trois uniques protagonistes : Evan, Bel et Genesis, respectivement joués par Keanu Reeves, Ana De Armas et Lorenza Izzo. Tous les trois m’ont véritablement bluffée, et en particulier les deux femmes, peu connues au sein du cinéma américain. Leur interprétation est des meilleures quand on sait le rôle qu’elles jouent. Pétillantes, fraîches, naturelles, très belles et complètement cinglées, je ne pouvais pas me détacher de leur personnage une seule seconde, malgré parfois quelques longueurs durant le long-métrage.

Une réussite en demi-teinte toutefois car j’ai trouvé que le film manquait par moments de rebondissements et se reposait sur certains lauriers, mais la folie mise en avant par les acteurs et le rôle de victime joué par Keanu Reeves (c’est rien à côté des 47 Rônin) aident le film à tirer son épingle du jeu.

0111080.jpg-r_x_600-f_jpg-q_x-xxyxx

2 commentaires

Laissez un commentaire si le coeur vous en dit !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s