(The) Lazarus Effect

Lazarus Effect ou The Lazarus Effect est un film d’horreur américain sorti ce mois-ci dans les salles françaises.

Pour les principaux acteurs, on retrouve Olivia Wilde (Time Out, Dr House) ainsi que Evan Peters (Kick-Ass, American Horror Story) pour ne citer que les plus connus. Lions Gate est à la production et Metropolitan à la distribution, rien de bien choquant donc. Petite remarque toutefois, Jason Blum est le principal producteur, vous savez, celui à qui l’on doit récemment Ouija

The-Lazarus-Effect-2015

Je suis rentrée dans la salle avec un fort sentiment négatif. Annabelle étant le dernier film d’horreur que je suis allée voir au cinéma et les autres que j’ai vus à côté étaient si peu transcendants que j’ai pris peur en imaginant le déclin irrévocable de ce genre cinématographique si ancien.

Nous étions une trentaine dans la salle, dont la moitié était des personnes seules et l’autre des groupes de jeunes. J’ai frissonné. Allais-je avoir droit à une séance aussi désastreuse que celle d’Annabelle ? Heureusement non, je me rendrais compte plus tard que Lazarus Effect était un film qui mettait tellement sous tension qu’il a fait fermer leur gueule à tous les spectateurs, même ceux qu’on pourrait penser plus turbulents. Je me suis même demandée s’ils avaient mangé le popcorn qu’ils avaient apporté dans la salle en arrivant tellement le silence était lourd.

Mais revenons-en au film. Pendant le premier tiers, j’étais moyennement emballée. J’étais, comme souvent, devant un film d’horreur pas bien folichon, où on sait ou pense savoir de quoi sera faite la scène suivante. Puis c’est devenu plus intéressant, plus original aussi. Bien que le thème de Lucy de Luc Besson soit très présent, il est utilisé à bon escient. Nous sommes dans un laboratoire où, pour la science, un groupe de scientifiques cherche à ramener les morts à la vie. Des morts-vivants qui sont ranimés à l’aide d’une drogue qui va leur faire, sans que cela ne soit le but escompté à la base, utiliser 100% des capacités de leur cerveau. Des zombies qui utilisent leur cerveau quoi, et mieux que les vivants, enfin une nouveauté !

Les séquences sont bien tournées et j’ai remarqué qu’aucune scène gore n’était présente dans le film. Si des personnes doivent mourir dans d’atroces souffrances, rien n’est montré en face. Les réalisateurs vont se servir de cadres de caméras et d’illusions nous permettant d’imaginer, sans nous montrer aucune douleur en face. Et c’est un très bon point, ça laisse plus de place à l’imagination que bien souvent. Cela n’empêche pas de faire face à des scènes difficiles, mais qui appartiennent plus au genre de l’épouvante que du gore. La bande-son est très bonne, aussi bien au niveau des bruitages que des musiques utilisées.

Je sais que Lazarus Effect ne va pas plaire à tout le monde mais il s’est à mes yeux détaché des longs métrages qu’on voit trop souvent. Ok, il pompe sur Lucy, mais il traite le thème à sa façon en se l’appropriant vraiment. J’ai préféré ce film à Ouija, qui a le mérite de sortir des sentiers battus.

Publicités

Laissez un commentaire si le coeur vous en dit !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s