Mois: janvier 2015

Comme si c’était hier

Clarisse n’avait pas vu son précédent compagnon depuis des mois, depuis cet été. Elle ne s’en rend pas compte, elle souffre comme si cela faisait dix ans, mais se souvient des moments avec lui comme si c’était hier.

Hier justement, elle l’a revu. Elle ne l’a pas revu sans faire exprès, au détour d’une rue, au bras de sa nouvelle conquête. Non. Elle l’a revu lors d’un vrai rendez-vous. Il n’avait pas changé, il était le même, celui qu’elle aimait. Elle appréhendait beaucoup de le revoir, de peur qu’il ait changé, de peur qu’il ne se souvienne même pas d’elle. Il s’est souvenu, il lui a tenu la main, il lui a même souri.

Clarisse sait que son calvaire n’est pas fini, elle sait qu’elle va continuer à souffrir de l’aimer tant. Mais à travers ses pleurs, elle s’est réjouie hier d’avoir pu le revoir, lui parler, le regarder comme si le monde autour d’eux n’existait plus.

Publicités

Je suis Sacrilège.

On m’a très justement fait remarquer que je n’avais pas fait d’article sur les faits tragiques de cette semaine. Comment ?! J’ai un blog et je n’ai pas fait d’article dessus ? J’ai Facebook mais je n’ai pas changé ma photo de profil ? Quelle infamie ! Mea-culpa, mon article sur les soldes était déjà rédigé avant lesdits événements.

o-JE-SUIS-CHARLIE-LOGO-facebook

Hé bien non, enfin si puisque cet article est là. Je ne vais pas jouer au jeu de l’hypocrisie qui est de manifester post-trauma, de me déclarer fan d’un journal que je n’ai jamais lu ou encore de m’engager dans des problématiques néo-politiques où même les mots me dérangent de par leur fond grammaticalement incorrect (le mot « islamophobie » est aussi gênant à mes yeux que le terme xénophobie à la place de racisme, car on doit condamner la haine mais on ne peut condamner la peur). Donc non je n’irai pas manifester ou je ne changerai pas ma photo de couverture car c’est une histoire de forme qui sera oubliée la semaine prochaine. Les actes qui ont eu lieu sont ignobles et je partage bien évidemment l’indignation générale mais je ne me cacherai pas sous des faux-semblants pour me donner bonne conscience. Je souffre pour les familles, les amis, les connaissances, les inconnus, mais je ne m’en vante pas par le biais d’actions qui ne sont d’aucun intérêt, malheureusement.

Ah les soldes !

Je sors de mon coma pour vous dire que oui, cette semaine est le top départ des soldes. Oui, vous savez les filles, ces jours où vous pouvez aller acheter les vêtements normalement hors de prix, comme les sous-vêtements, vous voyez, et donc en profiter pour vous refaire une garde-robes sauf si vous êtes bizarrement toujours célibataire pile poal au moment des soldes et cela ne sert donc plus à rien car aussi bien les coups d’un soir (que vous ne connaissez pas) que les fucking friends (qui vous connaissent trop bien) n’en ont rien à faire que votre soutien-gorge soit noir alors que votre string est violet. Ah non vous ne voyez pas ? C’est que vous avez une vie bien rangée, veinardes.

soldes_by_jmgmarco-d37azn4

Sinon les soldes c’est finalement pour moi synonyme d’endroits à éviter de toute urgence. Quoi de plus détestable que des enfants qui courent dans tous les sens (mercredi, jour de coup d’envoi des soldes, la bla-gue), des mères avec leurs poussettes d’où s’émanent soient des odeurs, soient des cris et des pleurs, et bien sûr, des filles et femmes courant également dans tous les sens. Je ne suis pas phallocrate mais je peux souvent faire preuve de machisme, habituellement par ironie ou cynisme. Les soldes sont pour moi la parfaite illustration de ce que j’exècre car le plus bel exemple des clichés féminins.

Je n’ai rien contre les soldes, qui permettent l’illusion d’obtenir une revanche contre la société de consommation tout en s’y enfonçant encore plus, mais plutôt contre sa faune qui défend bec et ongles le plus petit article pour gagner un euro. Article qui n’aurait même pas été acheté hors période de soldes. Non pas pour la seule raison qu’il était plus cher, mais parce qu’il ne suscitait pas l’intérêt. Vous voulez une télé ? Ils vous proposent un drone moitié prix avec ? Vous prenez les deux alors même que vous n’aviez besoin que du premier, d’où l’impression d’avoir fait une affaire alors même que l’on se fait simplement avoir. Allez, bonnes soldes à toutes et à tous !