Jositha [Une Foodie dans le Var]

Pour une fois je mêle article tranches de vie et article foodie. Vendredi soir, 20h30, je débarque à Toulon, ville où je suis allée une fois il y a des années de cela, autant dire que je suis perdue. Je n’allais pas trop mal ces derniers jours mais gros coup de moins bien dans le TGV, les larmes qui s’accumulent contre mes joues mais j’arrive à les retenir du mieux que je peux, je ne suis pas seule et pleurer en public, très peu pour moi. Seulement voilà, je sors de la gare, je cherche mon hôtel, je me perds un peu et là c’est le drame (le point de non retour ayant définitivement été atteint en me cognant la tête dans le range-bagages du TGV sous le regard de racailles hilares puis en voyant tous les couples enlacés et émus de se retrouver sur le quai de la gare).

A cause de la pluie battante la géolocalisation de mon téléphone tactile déconne, à cause de mes larmes qui deviennent un vrai déluge, je ne vois plus rien. Pleurer ce n’est pas facile, mais pleurer quand on est myope c’est vraiment la pire des plaies car verres embrumés et lunettes couvertes d’humidité. Bref, j’appelle la personne que j’aime car c’est la seule personne à qui j’ai envie de parler et je commence à paniquer à peine la discussion finie. Je suis perdue dans une ville inconnue et la peur de me faire agresser à nouveau refait surface. Je n’ai pas énormément faim mais je reviens de plusieurs jours à Lille où la nourriture ne pas pas convaincue, j’entre donc dans le restaurant Jositha, plus par envie de me réfugier quelque part que par réelle envie de manger comme une reine.

WP_20150116_001

C’est donc une jeune fille complètement hagarde et au top de sa sensualité qui s’est présentée, les cheveux dégoulinant de pluie et les yeux bouffis de désespoir. Malgré mon plus beau sourire quand je suis rentrée, le gérant m’a tout de suite conseillé de me reposer, que nous étions au calme dans son restaurant. Puis il m’a d’emblée proposé un verre de vin. Il ne fallait pas être devin pour savoir que j’étais au bout de ma vie, mais cet échange m’a tout de suite mise à l’aise. J’ai pris son conseil au pied de la lettre et je me suis détendue. J’ai vu arriver différents tableaux noirs, présentant la carte, les menus, les spécialités et les plats du jour. Tous les plats, rien qu’à leur nom, m’ont semblé succulents. Je suis une fervente admiratrice de poissons et je ne pouvais pas repartir de Toulon sans en avoir mangé. Je me suis donc décidée pour un bar au four avec son gratin dauphinois. L’instinct de survie et la nature humaine ont alors repris leurs droits : j’ai tout dévoré. Comme si je n’avais pas mangé depuis plusieurs jours, ce qui était tout de même un peu le cas. Le bar était présenté entier et la cuisson était parfaite : bien cuite et tendre à la fois. Je souligne le fait qu’ils aient laissé la tête, car cela m’a permise de décortiquer les joues, qui est pour moi le sot-l’y-laisse poissonnier. Après mon passage, le bar ne ressemblait plus à rien, il ne restait plus que l’arête centrale. Le gratin dauphinois, cela se voyait, était fait maison et était également accompagné de quelques légumes cuits, à mon avis, à la provencale.

WP_20150116_007 Pour finir j’ai pris un cheesecake, qui semblait fait maison également, de par le goût artisanal du fromage blanc utilisé. Ce dernier était mêlé avec du chocolat, ce qui l’a rendu très complet. Je n’aurais pas craché sur un soupçon de coulis de fruits rouges, mais le repas avait fait son œuvre : me reposer et me concentrer sur la nourriture que j’ai trouvée excellente, à tel point que j’étais rassasiée alors que je ne pensais même pas avoir faim en entrant.

Jositha est un très bon restaurant qui fait également café et salon de thé. J’ai été comblée par son ambiance intimiste mais à la fois conviviale. La cuisine est fine, aussi bien régionale qu’orientale, et les plats sont copieux. Une très bonne adresse à trois minutes à pied de la gare de Toulon.

Publicités

3 commentaires

  1. j ai devoré l article. peut etre prce que je suis obligee de bouffer que de la proteine en ce moment et du coup ton cheesecake m a affolé les papilles.
    qu est ce que tu fous a lille marseille toulon ??? pour le boulot ???
    appelle moi si ce n est pas la forme !
    des bisous

    J'aime

Laissez un commentaire si le coeur vous en dit !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s