Comme si c’était hier

Clarisse n’avait pas vu son précédent compagnon depuis des mois, depuis cet été. Elle ne s’en rend pas compte, elle souffre comme si cela faisait dix ans, mais se souvient des moments avec lui comme si c’était hier.

Hier justement, elle l’a revu. Elle ne l’a pas revu sans faire exprès, au détour d’une rue, au bras de sa nouvelle conquête. Non. Elle l’a revu lors d’un vrai rendez-vous. Il n’avait pas changé, il était le même, celui qu’elle aimait. Elle appréhendait beaucoup de le revoir, de peur qu’il ait changé, de peur qu’il ne se souvienne même pas d’elle. Il s’est souvenu, il lui a tenu la main, il lui a même souri.

Clarisse sait que son calvaire n’est pas fini, elle sait qu’elle va continuer à souffrir de l’aimer tant. Mais à travers ses pleurs, elle s’est réjouie hier d’avoir pu le revoir, lui parler, le regarder comme si le monde autour d’eux n’existait plus.

Laissez un commentaire si le coeur vous en dit !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s