Mois: décembre 2014

Le Gône [Une Foodie en Rhône-Alpes]

Etant une semaine à Lyon, j’ai donc demandé à ce que l’on me fasse une liste de restaurants de spécialités lyonnaises bénéficiant d’une bonne qualité de produits. C’est ainsi que je me suis retrouvée au Gône, devant plusieurs verres de vin et mes plats.

Le Gône est un restaurant à la bonne franquette et je m’en suis rendue compte une fois installée. La nourriture n’y est pas mauvaise mais elle est du même acabit qu’un repas que je mange chez moi. Les poissons et les viandes sont frais, les plats sont fournis mais tout n’est que dans la moyenne. En entrée, ayant pris une salade de chèvre chaud, je me retrouve avec de la bûche, qui est quand même une variété de fromage de chèvre assez médiocre. La raie était bonne, mais elle l’aurait été encore plus si elle n’avait pas été noyée sous la sauce. Pour le dessert, il ne m’a ni plus ni moins convaincue.

WP_20141210_005

Je souhaite relativiser mes propos. Le Gône est une bonne adresse pour les personnes à petit budget (le menu le moins cher est à 19€, ce qui est quand même plus qu’abordable) et qui souhaitent manger dans des quantités convenables. Malheureusement, je juge aussi bien le fond que la forme. Quand on me redonne mes couverts après l’entrée pour que je les réutilise pour le plat ou encore qu’on n’enlève pas l’arête centrale de la raie proposée, pour moi ça ne passe pas et c’est rédhibitoire. C’est une question de point de vue mais je suis quelqu’un qui est beaucoup plus à l’aise dans un restaurant où le serveur en smoking vient cinq fois pendant le repas demander si tout va bien (sous réserve de la qualité de la nourriture servie évidemment), plutôt que dans un restaurant comme je vous l’ai décrit où le serveur va même vous déposer votre assiette sans dire un mot, alors que même un simple « Voilà » ou « Tadaaaa » aurait fait l’affaire.

Je ne peux ni vous le conseiller ni vous le déconseiller, il est dans la moyenne et dépend avant tout du type de restaurant que vous appréciez. Je suis donc sceptique mais pas Anti-Gône …

Publicités

Une soirée sexy Oh Paradis

Je souhaitais à la base faire un article uniquement sur la nourriture ingurgitée ce soir-là, mais devant le show auquel j’ai eu droit, j’ai décidé de faire un article un peu plus poussé que cela.

Je suis allée cette semaine au cabaret Oh Paradis, dans le quartier lyonnais de la Place des Terreaux. J’y suis allée en m’attendant à un spectacle mais sans savoir du tout à quoi j’allais m’attendre, et je n’ai pas été déçue.

IMAGES-CARGO-2012-OHPARADIS-1_905

Dans une unique pièce sombre mais sans que cela ne soit gênant, j’ai commencé par dîner en pensant que le spectacle serait au même moment, mais il est finalement venu après. Je vous expliquerai plus tard pour quelle raison.

Je n’ai pas choisi les plats qui composaient mon menu puisqu’il était fait tel quel à l’avance, étant compris dans le prix de la soirée. Je suis venue avec l’apriori que les cabarets ne font pas de la gastronomie leur spécialité, et j’ai été détrompée. Les plats sont fins, bien présentés et, chose que je cherchais depuis mon arrivée sur Lyon, typiques de la région. Gratin de quenellines à la bisque de langoustines sur une salade de mâche à l’huile de truffes en entrée, minute de thon albacorre et son aïoli à la mangue accompagné d’une viennoise de poulet aux saveurs d’Asie, d’une polenta fondante ainsi que des dés de courges au miel et brocoli croquant en plat (rien que ça !), pour finir sur une gourmandise pâtissière en dessert, composée à mon avis d’une tartelette feuilletée avec des myrtilles. Je suis désolée pour la mauvaise qualité des photos, qui ne représentent en rien la qualité des mets.

WP_20141209_006

Le repas m’a beaucoup plu, assez varié mais sans exubérance, bien que le thon ne soit pas forcément à mon goût car c’est un poisson un peu sec (avec du moins la manière avec laquelle il était cuisiné), mais cela n’est que point de vue subjectif.

Passé le café et le digestif, est venue l’heure du show ; il était un peu plus de 22 heures. Même si je ne savais pas à quoi m’attendre avant de rentrer dans le cabaret, je m’en suis rendue compte en apercevant les serveurs. Sans préjugé négatif, il aurait été hypocrite de dire que je n’ai pas compris à ce moment-là que j’allais voir un show transformiste. Et j’avais peur, peur que ce soit mal fait, peur que ce soit grandguignolesque. J’ai assez fréquenté le milieu du spectacle gay et transformiste dans ma vie pour savoir que certains sont bien ratés. Trop de surenchère, trop de maquillage à outrance qui donnent l’impression que ce n’est qu’une parodie plutôt qu’un vrai spectacle. Et étant plus que fan de Mylène Farmer, j’ai croisé les doigts pour que tout se passe de la façon la plus professionnelle possible.

WP_20141209_035

Ca a réussi. Le show que nous propose Oh Paradis nous en met plein les yeux, tout en sachant doser la part de professionnalisme et de grotesque qui fait également partie du milieu. Tout d’abord la variété de célébrités montrés est ahurissante, et je dois en oublier un grand nombre avec certitude : Barbara, Jacques Brel, Chantal Goya, Edith Piaf, Angelina Jolie dans Maléfique, Cher, Charlie Chaplin, Nana Mouskouri, Mistinguett, Amanda Lear, Guesch Patti, Aladdin, Marilyn Monroe et évidemment Mylène Farmer, parmi plein d’autres.

WP_20141209_044

Mylène Farmer, Angelina Jolie et Marilyn Monroe

La raison pour laquelle le show est bien distinct du repas est que tous les serveurs, barmen, directeur et même cuisinier sont sur scène (le cuisinier est par exemple celui faisant entre autres Mylène Farmer). J’ai hésité à vous mettre des photos car la qualité de mon téléphone est tellement mauvaise que cela porte préjudice aux personnages. Je vous assure qu’elles ne sont pas représentatives et que vous serez ébahis en voyant vous-même le spectacle. Dans le même ordre d’idées, je ne vais pas vous décrire tout ce qu’il se passe. Il y a des intermèdes décalés, des décors et des personnages axés Walt Disney et des artistes plaisants à voir, alors même qu’on pouvait les avoir oubliés. Mais je tairai les détails pour garder le mystère ; mon but étant justement que vous alliez voir par vous-même de quoi il retourne.

WP_20141209_019 Je m’attarde toutefois sur les scènes dédiées à Mylène Farmer. Comme je vous l’ai dit, j’avais beaucoup d’appréhension. Plusieurs décors sont mis en place, plusieurs tenues et plusieurs coiffures, pour montrer l’évolution de sa carrière, ce qui est une preuve supplémentaire du professionnalisme dont fait preuve la troupe. Pour avoir échangé avec l’artiste présent, il reconnaît lui-même avoir voulu rendre un véritable hommage à la rousse.

La durée du show est d’environ 1h30, où des dizaines de personnages se croisent, sans basculer dans les clichés vulgaires. Oh Paradis vous accueille les bras ouverts et avec le sourire, pour vous faire passer une soirée hors du commun, où vous oublierez les aléas de votre vie de façon déconcertante, comme si vous y étiez vraiment, au paradis.

Faites des Lumières ! [Lyon 2014]

WP_20141208_012
Ce weekend, et pendant quatre jours, s’est déroulée la Fête des Lumières à Lyon. Evénement aussi fameux que le 14 juillet dans la région, voire plus, il réunit tous les habitants de la ville jusqu’aux touristes venant d’une multitude de régions et pays. Trois millions de visiteurs ont déambulé dans les rues lyonnaises pour voir les illuminations présentes au fil des croisements, places et monuments principaux. Vous m’excuserez pour la faible qualité des photos, vu le monde je n’ai pas osé prendre mon véritable appareil photo.

Ce qui réjouit d’autant plus est l’entrain des habitants qui participent vraiment à l’événement en mettant des bougies à leurs fenêtres en l’occasion de la fête du 8 décembre. C’est une commémoration à voir au moins une fois, de préférence les soirs autres que le weekend (pour ma part c’était le lundi soir), pour éviter la présence de trop de monde autant que faire se peut.

WP_20141208_018

Wrong Cops

Cela fait longtemps que je voulais le voir, voilà qui est fait. J’ai vu ce weekend le dernier film en date de Quentin Dupieux (alias Mr. Oizo), Wrong Cops, avec Mark Burnham, Eric Judor et Marilyn Manson, entre autres.

wrong_cops_1

J’ai avant tout regardé le film pour le casting mais aussi pour avoir beaucoup apprécié Rubber, qui était sorti en 2010 (l’histoire d’un pneu serial-killer, rien que ça). Dans Wrong Cops, nous suivons les péripéties d’une équipe de policiers, tous plus ratés et dégueulasses les uns que les autres, où Eric Judor est un policier mélomane et Marilyn Manson un adolescent tout ce qu’il y a de plus caricatural avec son physique si particulier. Ah j’oubliais, le flic principal deale de l’herbe dans des rats morts. Ce film n’est évidemment pas à prendre au sérieux, mais offre des prises de vue sophistiquées au même titre que des dialogues coquasses.

Les personnages principaux sont aussi tous plus dingues les uns que les autres, mais pour notre plus grand plaisir. En revanche, n’attendez pas de morale finale, de gros cliffhanger ou d’une fin tonitruante, simplement la fin des intrigues mises en place au fil du film, dont certaines resteront ouvertes. Wrong Cops n’est pas un film à Oscar mais il fait passer du bon temps rapidement, puisqu’il faut simplement compter 1h20 jusqu’au générique de fin.

Meilleurs vœux pour l’année passée !

Billet écrit le 1er Janvier 2014, tôt dans la matinée, ou tard dans la nuit. Je suis tombée dessus par hasard, dans le bloc-notes de mon iPad. Ecrit il y a un an, j’étais dans le même désarroi mais avec apparemment plus d’optimisme. Mon optimisme est comme le hip-hop, il est mort.

Christmas_by_applefight « Cette nuit j’ai pris la décision difficile d’être heureuse pour l’année à venir. Difficile, car on ne décide pas de son état mental, comme de son ressenti quant à une vie qui ne correspond pas à ce que l’on voudrait en faire.

Se sentir coincé dans une vie qui bride, qui cantonne à des faits non désirés, à des volontés et désirs non assouvis. Parce que nous sommes un nombre inconsidérable en ce cas, mais que nous le réalisons. Je pense à nous pour cette nouvelle année car je sais que vous vous reconnaitrez.

Toi par exemple, qui n’en peux tellement plus, que tu montes dans n’importe quel bus de nuit, sans même en connaître la destination, pour pleurer pendant tout le trajet. Toi encore, qui insultes quiconque te regarde mal, alors que tu ne sors dans la rue que pour être regardé. Nous, les histrioniques. Mais aussi toi qui fumes une demi-cartouche de cigarettes par jour en ne mangeant qu’un jour sur cinq. Moi qui fais des crises d’angoisse et de sanglots une fois tous les deux jours, qui finis ensuite par me réfugier instantanément dans les bras et le lit de celui qui provoque lesdites crises. Toi qui penses que de toute façon nous n’atteindrons pas la trentaine. Toi, mon médecin, qui m’a affublée de tous les mots de maladies psychiatriques disponibles. Toi, que je considère comme ma sœur, qui est à l’hôpital pour une durée indéterminée pour avoir voulu en finir la nuit dernière.

Pour nous tous, pour tout le monde qui se sentira concerné, je vous souhaite une bonne nouvelle année. Mais non avec de l’hypocrisie jusqu’aux dents, souhaitant la bonne année sans même le penser, non. Je vous souhaite de laisser derrière vous tous les malheurs passés, pour que vous décidiez vous-mêmes de votre bonheur. Ça ne se décide pas, mais se mettre dans cet état d’esprit ne pourra provoquer que des effets positifs.

Je souhaite également aux personnes ne faisant que véhiculer des pensées négatives sur d’autres, d’en finir avec cela. Je le dis pour elles. A moins d’être un pervers psychopathe complet, couplé de tendances sadiques, pyromanes, nécrophiles et meurtrières, il n’est jamais bon pour soi de ressasser un ressenti négatif, un ressenti malsain. Vivre en étant aigri, en détestant la Terre entière, en méprisant ses habitants, n’est pas vivre. Je suis magnanime, je leur souhaite de retrouver des sentiments plus nobles et, malgré tout, plus humains.

Et puis à tous ceux que j’aime surtout. J’espère continuer à vous aimer encore, à vous côtoyer. J’espère que vous réussirez dans vos désirs les plus fous, les plus passionnels et passionnés. Les plus irréalistes et les plus importants aussi.

Somme toute une très bonne santé mentale pour tout le monde, base de tous les possibles, surtout celle du bonheur. »

Quand ma clope est devenue TaKlope

Je parle dans le titre de TaKlope mais je n’oublie pas tous les autres vendeurs et revendeurs d’e-cigarettes et liquides où je me fournis. Oh wait, je me souviens vous avoir dit début octobre que j’avais fait une formation pour arrêter de fumer ! Finalement je vapote encore, mais je ne fume plus de « vraies » cigarettes.

Je ne vais pas faire un article trop long, tout en sachant qu’il y a beaucoup de choses à dire à ce sujet. Tout d’abord niveau législation, nous avons toujours le droit de fumer dans les lieux publics. Pour ce qui est du lieu de travail, c’est à la discrétion de l’employeur. Ces deux prédicats resteront en application jusqu’à la fin de l’année à minima, pour le reste croisons les doigts.

Je suis en faveur de la cigarette électronique mais je m’insurge tout d’abord contre les exemplaires vendus assez facilement car les plus répandus, ceux-ci :

electronic cigarette

J’espère que le message est clair. Ce qui me désespère, c’est que bon nombre de fumeurs vont dans un premier temps tester cette e-cigarette (moins chère que les autres, vendue quasi partout, en gros abordable sur bien des plans), et donc détester, vu la qualité infecte de ce produit. Vous me direz, cela dépend des marques, en effet, mais dans la large majorité des cas c’est vraiment le modèle bas de gamme, réservé à des marques bas de gamme. Les fumeurs tentant de passer à autre chose risquent donc d’abandonner rapidement l’idée de la cigarette électronique pour revenir à la cigarette normale, malheureusement.

Pour le reste des modèles et des marques, le procédé est plus qu’abouti car les deux ne manquent pas. Je ne peux pas vous conseiller telle ou telle marque d’e-liquide par exemple, car tout dépend du goût de chacun mais également du parfum choisi. A titre d’exemple, j’adore le goût kiwi de la marque X alors que je n’apprécie pas particulièrement celui de Y, alors que pour le goût de framboise cela sera l’inverse. Je vous parlais précédemment des modèles vulgairement trop utilisés pour vous parler maintenant de ceux qui sont bien plus qualitatifs et que j’utilise dans la vie de tous les jours.

WP_20141207_004 Je conseille les deux premiers modèles à toute personne souhaitant commencer la cigarette électronique. Le procédé des mèches différent du modèle tout là-haut et la qualité globale du produit sont parfaits pour vapoter de manière simple et pratique. Je remarque d’ailleurs avec plaisir que de plus en plus de personnes que je croise vont choisir ces modèles de clearomiseurs plutôt que l’atomiseur que j’ai cité précédemment. A savoir que les deux montrés sur la photo ont une contenance doublée par rapport aux modèles standard (ce qui ne se voit pas forcément ici vu la grandeur de la batterie de la troisième).

La dernière donc est constituée d’un AeroTank, d’un drip tip tête de mort (la première cigarette permet également une personnalisation de drip tip contrairement à la deuxième) et d’un mod électronique constitué d’une pile accu, rechargeable directement via une prise électrique ou un ordinateur grâce au même câble universel qu’on utilise sur la plupart des téléphones. Le mod permet de modifier le voltage de la résistance ainsi que bien d’autres éléments selon le modèle. Pour le mien je peux également voir le nombre de bouffées fumées en une journée, le wattage et voltage, le pourcentage exact de la batterie et évidemment la date et l’heure en plus d’autres options que je n’utilise pas vraiment. Mon AeroTank permet quant à lui de régler l’arrivée d’air et donc l’intensité du tirage (comme pour une cheminée, sauf que c’est toujours autorisé en Ile-de-France) ainsi qu’une résistance plus puissante.

Il existe évidemment bien d’autres modèles, bien plus sophistiqués et puissants. La sophistication se verra dans les mods électroniques tandis que la puissance se retrouvera plutôt dans les mods mécaniques, avec un prix crescendo également. L’avantage de ces derniers mods est que la puissance est telle qu’une bouffée de liquide sans nicotine fera le même effet qu’une bouffée d’e-liquide en 6mg via les deux e-cigarettes à gauche de ma photo.

Bref je voulais faire un article concis, je vais donc m’arrêter là. Les produits proposés concernant les cigarettes électroniques sont en progression constante et les petits comme les gros fumeurs ont de quoi trouver leur bonheur parmi tous les modèles et tous les liquides en vente. C’est une évidence mais je me dois de la préciser, préférez les sites professionnels pour éviter les contrefaçons, car même si vous pourriez y gagner sur le prix, vous y perdriez niveau qualité et, mine de rien, santé.